Recherche

15 janvier 2020

En plein coeur du mouvement des Gilets Jaunes - Un jeu sans fin !

Ce qui suit est une histoire du journaliste américain, Christopher Ketcham, qui s’est immergé dans les manifestations en France en mars 2019. Au fil des rencontres, des échanges, des affrontements, il explore cette colère populaire.

Quand j'ai rattrapé les Gilets Jaunes, le 2 mars, près du Jardin du Ranelagh, ils se déplaçaient en masse à travers les rues, toute circulation s'était arrêtée. Les habitants de Passy, ​​l'un des quartiers les plus riches de Paris, sont restés bouche bée, séparés et effrayés. De nombreux magasins et commerces le long de l'itinéraire de la marche, qui ce jour-là traversait 12 km dans la ville, ont été fermés pour l'occasion, les propriétaires craignant la foule volatile, qui venait principalement de l'extérieur de Paris et était considérée comme un racaille d'envahisseurs.

L'un des objectifs des marcheurs était de perturber les affaires comme d'habitude, de stopper le commerce, de propager les troubles et, ce faisant, de se faire entendre. Ils étaient dans les rues tous les samedis depuis la première action des Gilets Jaunes, le 17 novembre 2018, lorsque près de trois cent mille citoyens se sont rassemblés à travers la France pour protester contre les taxes et les réformes fiscales qu'ils ont senti injustement peser sur les pauvres, la classe ouvrière, les retraités, les retraités. et les chômeurs. Deux samedis de décembre, alors que le mouvement s'intensifiait, ils se sont rassemblés par milliers à Paris et, dans une éruption de vandalisme terrible, ont causé des millions de dollars de dégâts matériels dans la ville la plus chère du monde. Le 1er décembre, les manifestants se sont déchaînés dans les quartiers de luxe de Paris : sur les Champs-Élysées, l'avenue Hoche, l'Opéra, la rue de Rivoli, place Saint-Augustin, et sur le boulevard Haussmann, brisant les vitrines des magasins, pillant et mettant des voitures sur Feu. Sur la place Vendôme, berceau de boutiques de bijoux de renommée mondiale, les Gilets Jaunes ont entassé des sapins de Noël en plastique et les ont enflammés, déclarant que le Père Noël, père de consommation, était venu se venger. Dans le quartier de la place de l'Étoile, des hôtels particuliers ont été vandalisés et brûlés. Ce sont les redoutes de la haute bourgeoisie méprisée, qui se prélassent à l'aise pendant que le reste de la France languit, et l'émeute est la réponse à cette iniquité.

Il y a eu beaucoup de violence et beaucoup de souffrance depuis décembre, et pas seulement à Paris. Les citoyens de Rouen, Toulouse, Bordeaux, Lyon, Nîmes, Nantes et Nice ont bombardé des flics avec des marteaux, des roulements à billes, des rochers et des pavés arrachés dans les rues. Les plus sérieux parmi les manifestants ont lancé des cocktails Molotov qui ont mis le feu aux flics. Il y a eu des batailles dressées contre les forces de l'ordre qui se sont terminées par des manifestants ensanglantés et repoussés sous une vague de matraques. Des centaines de propriétés ont été saccagées et incendiées, et au moins 2 200 manifestants ont été blessés, certains perdant les yeux, les mâchoires, les mains et les pieds par des balles en caoutchouc, des cartouches de gaz lacrymogène et des grenades à dispersion que les policiers et les gendarmes ont tirées dans d'énormes volumes pour disperser la foule. À la mi-décembre, le président français, Emmanuel Macron, confronté à des troubles civils dépassant tout depuis les manifestations étudiantes de 1968, a déclaré l'état d'urgence nationale. "Le peuple fait allusion à la Révolution française", a déclaré un professeur de sciences politiques à Sciences Po à Paris au New York Times : "Nous devons couper la tête du Roi."

Aujourd'hui, le 2 mars, les Gilets Jaunes, vêtus de leurs gilets jaunes, l'équipement de sécurité réfléchissant que les automobilistes français sont tenus de porter et qui est devenu la marque de solidarité du groupe, longent la rue du Ranelagh. Ils ont scandé "Paris, réveille-toi !" Et un appel et une réponse de "Êtes-vous fatigué? Non, nous ne sommes pas fatigués !" Certains portaient le tricolore français, le drapeau national enraciné dans la révolution de 1789, qu'ils tenaient haut sur de longs mâts. Certains se sont périodiquement lancés dans une interprétation basse et gutturale de la Marseillaise, comme le faisaient les Gilets Jaunes chaque fois qu'ils se réunissaient. "Écoutez le son dans les champs", chantaient-ils :
Les hurlements de ces redoutables soldatsIls viennent parmi nousPour couper la gorge de vos fils et de vos conjoints.CA VA PETER !
Je courais pour les rejoindre quand j'ai croisé deux femmes délicieusement habillées qui regardaient avec un visage inquiet et pétulant alors qu'elles promenaient leurs chiens dans le parc. L'un d'eux vivait de l'autre côté de la rue du Ranelagh et a dit qu'elle n'osait pas s'approcher de la foule. "Les élites françaises n'ont pas ressenti une telle peur depuis un demi-siècle", avait édité Le Monde diplomatique, un mensuel de gauche, en février, le mois de mon arrivée à Paris, "et ce n'est pas la peur habituelle de perdre une élection, à défaut de quoi de réformer ou de voir leurs actions glisser sur le marché boursier, mais la peur de l'insurrection, de la révolte et de la perte de pouvoir."

Au printemps, les Gilets Jaunes se sont transformés en un mouvement qui a largement éclipsé leur intention initiale, qui était de protester contre une augmentation modeste des taxes sur les carburants imposée en 2018 par le gouvernement Macron. La nouvelle taxe sur le carbone - neuf cents de plus par litre de diesel, quatre cents de plus par litre d'essence - a peut-être été la cause immédiate qui a galvanisé les Gilets Jaunes, mais l'aggravation des conditions de ce que les manifestants ont appelé l'injustice fiscale a fourni la poudre pour une explosion.

Le contexte était l'élargissement par le gouvernement des doctrines du néolibéralisme. Une nation décriée par ses élites dirigeantes alors que le grincement, la croissance lente, la dette et le chômage - en décalage avec l'économie mondiale en roue libre - devait enfin être libérée des contraintes de l'État social qui avait été en place depuis les années 40. Faire démarrer la machine de croissance signifiait, bien sûr, réduire les dépenses sociales - cela signifiait, c'est-à-dire un programme d'austérité pour ceux qui avaient le plus besoin d'aide. Les pierres angulaires du sens français particulièrement égalitaire de l' égalité et de la fraternité devaient être assouplies et éventuellement dissoutes. Après tout, c'est ce que l'Union européenne et le Fonds monétaire international ont exigé des États membres pour le plus grand bien des flux de capitaux.

Élu en 2017, Emmanuel Macron, ancien banquier d'investissement jeune et impérieux de Rothschild, où il avait accumulé des richesses considérables, a adopté un programme qui a constitué la refonte la plus complète des systèmes de protection sociale, de fiscalité et de réglementation de l'histoire de la France moderne. Macron a aboli une taxe de longue date sur les actifs supérieurs à 1,5 million de dollars, la remplaçant par une taxe foncière plus modeste qui exonérait d'autres formes de richesse. Il a réduit le soutien gouvernemental aux étudiants universitaires et aux logements à faible revenu, et il a facilité le licenciement des employés par les entreprises. Il a poussé à la privatisation des autoroutes, des chemins de fer et des aéroports. Dans le même temps, il a supervisé les coupes continues dans les transports en commun, les hôpitaux publics et les écoles publiques, ainsi que la fermeture des maternités, des garderies et des bureaux de poste dans les zones déjà mal desservies, principalement dans les zones rurales, semi-rurales et ce qu'on appelait 'périurbaine', les ceintures de développement en difficulté qui entourent les villes les plus prospères.

Certes, Macron élargissait et accélérait simplement les réformes favorables aux investisseurs de son prédécesseur, le socialiste centriste François Hollande, sous lequel Macron avait exercé les fonctions de ministre de l'économie et qui avait mis fin à sa propre présidence avec une cote d'approbation record de 4%. Une partie de ce qui a poussé les Gilets Jaunes à l'agitation, à l'état de ce qu'ils appelaient ras-le-bol - une expression d'exaspération particulièrement française, presque intraduisible, qui signifie quelque chose comme 'le bol est rempli' - est que les parties du putatif Ces dernières années, la gauche ne se distinguait pas de celle de la droite. Partout où les électeurs français se sont tournés, il y avait en quelque sorte un seigneur néolibéral sur eux au Palais de l'Élysée, favorisant les diktats de l'Union européenne, les forces des marchés non réglementés, le poids lourd de la mondialisation.

Puis vint la taxe sur le carbone. Macron l'a mis en œuvre pour limiter les émissions de la nation, une partie de son intention de rendre notre planète encore plus belle, mon cul ! Son libellé s'est moqué délibérément du déni du changement climatique de Donald Trump, et aux yeux de la communauté internationale, il a décrit Macron comme un progressiste héroïque à la avant-garde de la question la plus importante de notre temps. À la maison, cependant, la taxe de Macron semblait placer le fardeau de la responsabilité écologique sur les classes les moins capables de le supporter: ceux des régions les plus pauvres de France, en dehors des grandes villes, qui dépendaient plus que jamais de leurs voitures pour le transport dans des endroits où les services ferroviaires et d'autobus disparaissaient sous le régime de l'austérité et dont les centres villageois - il n'y a pas si longtemps, les lieux de boulangeries, boucheries, pâtisseries, cafés, brasseries et bars - avaient été creusés par les multinationales et le commerce électronique.

Pendant ce temps, Paris a bien compris, son exclusivité telle que seulement 7% des nouveaux propriétaires de la ville chaque année proviennent désormais de la classe ouvrière. Les manifestants n'ont pas perdu de vue que les pauvres et les riches ont des empreintes carbone très différentes. J'ai entendu la même plainte de Gilets Jaunes à plusieurs reprises : "Les riches, ce sont eux qui prennent les avions. Ce sont eux qui consomment le plus." Les 10% les plus riches des Français émettent environ 17 tonnes de carbone par habitant, selon une étude d'Oxfam en 2015, tandis que les 50% les plus pauvres en émettent moins de cinq. (Aux États-Unis, la disparité est encore plus prononcée, les 10% supérieurs émettant 50 tonnes par habitant et les 50% inférieurs en émettant huit.) L'hypocrisie apparaissant comme étant intégrée dans la taxe carbone de Macron, plus que tout autre facteur , a incité à l'action les Gilets Jaunes que j'ai interviewés. Ce fait indiquait une réalité concrète sous-jacente à la passion inébranlable du mouvement, à savoir que si vous voulez faire face au changement climatique à l'échelle mondiale, vous devez d'abord renverser localement les régimes des riches.

Durant une manifestation du 16 mars le long des Champs-Élysées - le 18e samedi à la suite où les Gilets Jaunes y avaient été, et une journée de vandalisme extraordinaire éclipsée seulement par la violence du début décembre - un Gilet Jaune nommé Claude Josset, âgé de 64 ans, un mécanicien d'usine de la banlieue parisienne qui supervisait la production de béton, avait le sourire aux lèvres en expliquant que "les riches ont un problème devant eux maintenant".

Ses camarades manifestants, dans l'une des nombreuses mêlées ce jour-là, avaient tenté de briser le cordon de cow-boys qui empêchait la foule de se diriger vers la place de la Concorde et le palais Élysée à proximité, la résidence officielle du président Macron. Des explosions au loin nous ont secoué les oreilles et la Marseillaise a retenti à travers des panaches de gaz lacrymogène. Une poussée contre la police a cherché à ouvrir la voie à la Concorde. Je l'ai rejoint et j'ai été frappé avec le gaz et j'ai pris la fuite. Josset m'a demandé si j'allais bien.

"Nous tiendrons les Champs comme un point stratégique de blocus", m'a-t-il dit. Il portait un gilet jaune et une casquette gavroche, et il avait des yeux brillants. "Regardez autour de vous : c'est l'avenue des riches. Il est symbolique de le tenir. Mais notre message n'est pas seulement là. Cela doit être mondial. C'est au niveau mondial que nous devons changer les choses. Les riches sont dans tous les pays. Ils ont des milliards et des milliards, et ils en veulent toujours plus. Nous ne pouvons pas toujours en avoir plus sur notre petite planète. Nous nous battons pour la valeur humaine, afin que tous puissent vivre dans la dignité. Et pour cela, nous devons partager."

J'ai demandé à Josset quelles politiques il espérait mettre en place avec les interruptions hebdomadaires. Il m'a suggéré de lire les demandes du mouvement, publiées dans des brochures et en ligne. Entre autres choses, les Gilets Jaunes ont appelé au rétablissement de la taxe sur les super-riches ; réglementation et forte taxation des intérêts technologiques monopolistiques (les GAFA, en sténographie en français avec un air de mépris : Google, Amazon, Facebook, Apple) ; une baisse des impôts sur les petites entreprises et les propriétaires individuels ; plus de financement pour les écoles publiques, les hôpitaux, les garderies ; plus de transport en commun ; limites de la rémunération des dirigeants ; des salaires minimums et des allocations de chômage plus élevés ; une transition à l'échelle nationale des combustibles fossiles grâce à des mesures progressives, dans lesquelles les riches paient pour la transition; et bien d'autres choses qui allaient jusqu'à un appel au renversement de la Ve République, une réécriture de la constitution et, si nécessaire, un "Frexit" de l'UE

Les Gilets Jaunes ont également exigé une réforme radicale du processus législatif. Des référendums populaires de masse, tenus à intervalles réguliers, annuleraient des lois jugées contraires à l'intérêt public et, vraisemblablement, promulgueraient des lois pour le bien de tous. Ces référendums d'initiative citoyenne, ou RIC, serviraient à éjecter du pouvoir, comme à coups de guillotine, détestaient les élus comme Emmanuel Macron. Le RIC serait un programme de démocratie directe extrême.

Aucune de ces propositions ne vient immédiatement à l'esprit lorsque la plupart des gens pensent aux Gilets Jaunes. En février, après trois mois de protestations, le rédacteur en chef du Monde diplomatique, Serge Halimi, a interrogé les lecteurs sur la prépondérance des commentaires des médias français sur le mouvement et l'a trouvé bouillonnant de mépris. Les Gilets Jaunes comprenaient une "minorité haineuse", a déclaré Marianne, un hebdomadaire parisien, et une horde de perdants qui étaient "consumés par le ressentiment comme par les poux", selon Le Point, un autre hebdomadaire. "Gilets jaunes, la bêtise va-t-elle gagner?", A demandé un éditorialiste du Point. C'étaient des "hacks poujadistes gênants", a expliqué un journaliste de Libération. Ils étaient des "barbares et une foule cagoulée", selon Le Figaro, qui a cité un expert constitutionnel qui a dénoncé la "réversion vers une forme primitive de lutte de classe". Luc Ferry, éminent philosophe et politologue français, a déclaré que la police "devrait en fait utiliser ses armes pour une fois" contre "ces voyous, ces salauds. . . des banlieues qui viennent chercher un combat."

Ce mépris était associé à des mensonges. Les Gilets Jaunes, a-t-on dit, n'étaient qu'un véhicule pour le Front national de Marine Le Pen (récemment rebaptisé Rassemblement National), dont la principale préoccupation des partisans était de redonner de la grandeur à la France en opprimant ou en expulsant 5,7 millions de musulmans du pays. Les Gilets Jaunes voulaient aussi que les gays soient opprimés, le public a été informé, ainsi que les Juifs, ainsi que tous ceux qui ne remplissaient pas les critères d'une identité gauloise idéalisée dont le drapeau était censé porter les Gilets Jaunes.

"À une époque où les groupes sociaux se cristallisent et où il y a une lutte de classe non déguisée", écrit Halimi, chacun doit choisir son camp. Le sol central disparaît. Et même les personnes les plus libérales, les plus instruites et les plus distinguées abandonnent toute prétention à une coexistence pacifique... C'est ce que la classe moyenne a fait face aux Gilets Jaunes. Ses porte-parole habituels, qui maintiennent soigneusement l'apparence d'une pluralité d'opinions lorsque les temps sont calmes, ont unanimement comparé les manifestants aux racistes, aux antisémites, aux homophobes, aux comploteurs et aux fauteurs de troubles.... Tout un univers social s'est réuni, des Verts aux vestiges du Parti socialiste, de la Confédération française démocratique du travail aux présentateurs de l'émission matinale de France Inter.

Les médias américains ont emboîté le pas à leurs collègues en France, écoutant le récit des sauvages de la campagne-bumpkin devenus fou furieux. Reportage pour la Nouvelle République, Alexander Hurst a qualifié les Gilets Jaunes de laids et illibéraux, leur ascension inséparables de la politique d'extrême droite. Hurst prétendait dévoiler le cœur antisémite du mouvement des Gilets Jaunes, la preuve étant quelques incidents disparates de manifestants maudissant des Juifs dans la rue ou faisant des salutations nazies, un comportement qui devait en quelque sorte définir un mouvement impliquant des centaines de milliers de personnes. Adam Nossiter du New York Times, en écrivant en décembre, a opté pour un portrait de Gilets Jaunes dans le centre-ville de Guéret, dans le centre de la France, où les "acides... romans d'un célèbre fils natif, l'écrivain antisémite du XXe siècle Marcel Jouhandeau" avait habitué les habitants de Guéret" à se moquer d'eux comme l'incarnation de l'arriération provinciale. "Nossiter caractérisait les Gilets Jaunes avec une insinuation sournoise: ils étaient tous les descendants de ceux qui ont inspiré les personnages de Jouhandeau." Le comité de rédaction du Times a exercé son discernement avec une description ridiculement inadaptée des Gilets Jaunes comme les cousins des Américains qui ont voté pour Donald Trump, et des Polonais, Hongrois et Italiens qui ont élu des gouvernements populistes et antidémocratiques.

En trois semaines d'interview de dizaines de Gilets Jaunes choisis au hasard dans les rues de Paris, dans d'autres villes comme Rouen et dans les petites villes de la capitale, je n'ai trouvé personne qui correspondait à ce profil - pas un partisan du Rallye National ou de la Marine Le Pen, pas celui qui a mentionné les Juifs, ou a exprimé la haine des immigrants ou des musulmans, ou dont les idées de gouvernance pourraient être décrites à distance comme illibérales. Quand j'ai mentionné Donald Trump, ce que j'ai obtenu en réponse, de ceux qui ont pris la peine de nous suivre politique, crachait des invectives doublées de dégoût envers les stupides Américains pour l'avoir élu.

Parmi les Gilets Jaunes que j'ai rencontrés à Paris, il y avait un prêtre de vingt-neuf ans du nom de Cyrgue Dessauce, de la Communauté Aïn Karem, paroisse catholique de la ville, qui portait des sandales en cuir et une croix en bois autour du cou et maintenu au ventre un portrait encadré de la mère du Christ. "C'est un mouvement qui défend les pauvres", m'a-t-il dit, "qui demande au gouvernement de servir le bien commun et non l'économie". J'ai rencontré une femme de cinquante-trois ans nommée Nathalie Konik, une saisonnière qui était sans emploi quand nous avons parlé, qui portait un djembé et, au rythme du tambour, a lancé un appel aux "140 000 sans-abri à travers la France, que nous ne voyons pas dans la capitale puisqu'ils dorment dans nos forêts, par des ruisseaux, dans les bois. Je suis indigné à la vue de ces familles dormant dans la forêt ! On aurait pu penser que cela venait des contes de Zola !" Sur les Champs-Élysées, j'ai rencontré Louis Pines, un adolescent de treize ans à lunettes, qui portait son gilet jaune un badge qui disait que le politicien pense aux prochaines élections, le l'homme d'état pense à la prochaine génération. Son ami Romann Ramfal, un adolescent de dix-sept ans dont la mère avait émigré de l'île Maurice, m'a dit : "Nous voyons nos parents se débattre chaque jour. C'est pourquoi nous sommes Gilets Jaunes." Une blonde pâle de 61 ans nommée Nelly Urbaniak a présenté un tract décrivant le scandale du projet de privatisation des aéroports parisiens. Romain Choquet-Hubert, un étudiant en commerce d'une vingtaine d'années, incroyablement beau, m'a dit que "c'est le peuple contre les élites. Pour nous, le libéralisme est fini en France." Il se tenait devant un mur de police comme un animal déchaîné, aboyant des insultes, les défiant d'attaquer, riant de leurs visages masqués - "Vos lâches masques! Quelle honte honteuse et dégoûtante vous êtes, serviteurs de Macron !" - puis il m'a tiré de côté et, sur son smartphone, a glissé pour trouver un tableau des profils de vote français. 54% des personnes employées comme policiers ont voté pour Le Pen lors de la dernière élection présidentielle. "Vous voyez les racistes, les fascistes", m'a-t-il dit. "C'est la police !"

En avril, suite à l'Assemblée générale, une réunion à Saint-Nazaire des représentants régionaux des Gilets Jaunes, le mouvement a annoncé officiellement son intention de forcer la France à abandonner le capitalisme et à mettre fin à l'expropriation des vivants. Yannick Jadot, militant écologiste et partisan des Gilets Jaunes qui a été élu en 2009 en tant que représentant français au Parlement européen, a résumé la réflexion dans une interview à l'AFP : "L'explosion climatique et l'explosion des inégalités sociales sont deux symptômes du même modèle de développement qui nuit à l'environnement tout comme aux hommes et aux femmes." L'appel d' avril a invité les Français, avec le spectre de la catastrophe climatique avant tout à l'esprit, "à créer ensemble, par tous les moyens nécessaires, une nouvelle base mouvement socio-écologique."

Pourquoi la photo des Gilets Jaunes en tant que xénophobes d'extrême droite persiste-t-elle ? La diffamation des Gilets Jaunes par l'establishment français, selon Serge Halimi, était entièrement au service des intérêts de classe. Les classes moyennes et supérieures avaient fermé les rangs autour de Macron et contre le mouvement à partir de décembre, lorsque les sondages ont montré un soutien populaire continu pour les Gilets Jaunes malgré leurs perturbations hebdomadaires. "Parce que la bourgeoisie ne savait pas où cela irait", m'a dit Halimi. "Ils ont vu une recrudescence d'acteurs spontanés qui n'étaient pas familiers et effrayants, et ils ont fini par croire que Macron était la seule chose qui se tenait entre eux et la foule. Ils avaient vraiment peur que le soutien d'une révolte violente conduise à tout le moins au chaos économique."

En lien avec cette peur, Halimi m'a dit, "était un désir de tarer ou d'avilir la composante politico-économique révolutionnaire avec une composante sociale indésirable." Les Gilets Jaunes n'étaient pas seulement racistes, détestant les Juifs, dénigrant les gays, xénophobes, anti-immigrés et nationalistes, mais aussi si ignorants et analphabètes qu’ils étaient impropres aux rigueurs de l’économie mondiale. Halimi a cité Dominique Strauss-Kahn, sommité du Parti socialiste, qui, dans un livre de 2002, avait tracé les lignes de démarcation entre ceux qui dirigeraient la France à l'ère de la mondialisation et ceux qui ne le feraient pas. "Parmi les premiers," a déclaré Strauss-Kahn, "qui a fortement influencé le cercle restreint de conseillers de Macron, étaient des salariés, avertis, informés et éduqués, qui constituent l'épine dorsale de notre société. Ils assurent sa stabilité, en raison de leur attachement à l'économie de marché. Quant au groupe le moins aisé, hélas, on ne peut pas toujours s'attendre à une participation pacifique à une démocratie parlementaire."

Pour les journalistes américains, la mauvaise interprétation des Gilets Jaunes peut être due à la tentative de les faire entrer dans le spectre politique américain, mais pour les Français, en particulier les élites du pays, les Gilets Jaunes ressemblaient de façon troublante aux sans-culottes de la révolution, qui ont également ont obtenu leur nom pour leur choix de vêtements. Les sans-culottes étaient "un mouvement de pauvres ouvriers, de petits artisans, de commerçants, d'artisans, de petits entrepreneurs", écrit l'historien Eric Hobsbawm, et eux aussi recherchaient une démocratie égalitaire et libertaire, localisée et directe - la force de la révolution - les manifestants, les émeutiers, les constructeurs de barricades. Hobsbawm a postulé que les sans-culottes, poussés par l'hostilité envers les riches, ont innové un nouveau modèle de changement social :
l'action directe ou les émeutes, l'écrasement de machines, de magasins ou des maisons des riches. . . . Une telle action directe par des hommes et des femmes autrement politiquement immatures pourrait devenir une force décisive, surtout si elle se produisait dans les capitales ou d'autres endroits politiquement sensibles.
En l'occurrence, les idéologues qui ont accédé au pouvoir en 1793 sur le dos des sans-culottes, inaugurant le règne de la terreur - parmi eux, Maximilien Robespierre, Georges Danton et Jean-Paul Marat, les principales personnalités qui ont dirigé le Comité de la sécurité publique. la guillotine de 17 000 citoyens - a offert le premier aperçu flou de ce qui allait devenir le système de protection sociale menacé aujourd'hui. La société est obligée de subvenir aux besoins de tous ses membres, soit en leur procurant du travail, soit en assurant les moyens d'existence à ceux qui ne peuvent pas travailler, écrit Robespierre, avocat, dans sa Proposition de déclaration des droits de l'homme et du citoyen. Marat, un journaliste enclin aux appels insensés à la violence des foules, comme Will et Ariel Durant l'ont écrit dans leur histoire de la période, a déclaré la nécessité d'une redistribution massive des richesses, d'une éducation publique gratuite et universelle, et une subsistance assurée pour les pauvres et les chômeurs, y compris les moyens de se nourrir, de se loger et de se vêtir convenablement, la prise en charge de la maladie et de la vieillesse et l’éducation des enfants. Si ces choses ne sont pas données gratuitement, prévient le direction de la Terreur, alors les pauvres avaient le droit de les prendre de force, en utilisant le pouvoir de l'émeute.

La foule déchaînée était une créature laide, vicieuse et trempée de sang. À la charge de la Bastille en juillet 1789 - l'événement du 14 juillet que la France commémore comme sa fête nationale la plus sacrée - les émeutiers, saisissant fusils, canons et poudre à canon, décapitent le commandant du fort, lui piquent la tête et défilent à travers le des rues. En août, le soulèvement qui s'était propagé à travers le pays était aveugle dans sa fureur, selon les Durants. Il y a eu d'innombrables assassinats de seigneurs ou de riches bourgeois et partout les aristocrates qui avaient abandonné leur maison ont rencontré l'anarchie spontanée. Un député à l'Assemblée nationale a rapporté que les biens de toutes sortes sont la proie des violences les plus criminelles ; de tous côtés des châteaux sont incendiés, des couvents détruits. A l'abbaye de Murbach en Alsace, les paysans qui avaient travaillé la terre environnante brûlaient sa bibliothèque, emportaient son assiette et son linge, débouchaient ses tonneaux de vin, buvaient ce qu'ils pouvaient, et laisser le reste couler dans les égouts. En septembre 1792, alors qu'une armée royaliste convergeait vers Paris pour remettre Louis XVI au pouvoir, les sans-culottes, leur fureur attisée par les éditoriaux de Marat, descendaient sur les prêtres, les aristocrates et les royalistes qui avaient été emprisonné par milliers comme sympathisants de la contre-révolution. Le monde ne serait pas libre, comme le croyait le credo de l'époque, jusqu'à ce que le dernier roi soit étranglé avec les intestins du dernier prêtre. Au couvent des Carmélites et à la prison de l'Abbaye de Paris, la foule a tué les prêtres, après jugement sommaire, avec des épées, des couteaux et des gourdins. Dans une autre prison de la ville, la princesse de Lamballe, autrefois très riche et très belle, une amie bien-aimée de Marie Antoinette, a été décapitée, son corps mutilé, son cœur déchiré et mangé.

Le samedi 16 mars, environ 10 000 personnes se sont rassemblées sur les Champs-Élysées, semant un tel chaos que les médias français ont ensuite déclaré le samedi de trop. Les manifestants comprenaient Claude Josset ; une retraitée de la fin de la soixantaine nommée Marie-Thérèse Marchon, qui portait le drapeau tricolore sur un poteau ; l'étudiant en affaires enragé Romain Choquet-Hubert ; Mark Lafont, technicien de contrôle qualité âgé de cinquante ans pour la société aéronautique française Safran ; une chômeuse de vingt-trois ans nommée Léa Beauvais, une infirmière bénévole chargée de soigner les blessés ; et une danseuse professionnelle à la fin de la quarantaine du nom de Caroline Alriq, de Bordeaux, dont le grand-père avait combattu dans la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale et qui avait l'habitude de déclarer un collaborateur toute personne ayant concédé au néolibéralisme en France. "Cela fait cinq mois que je dors à peine", me dit Alriq. "J'ai tout mis dans ce mouvement. Je le fais pour mon grand-père à tout le moins. La plupart des Français ne lui ressemblaient pas. La plupart des Français étaient des collaborateurs silencieux." Chacune de ces personnes, et presque toutes les personnes que j'ai rencontrées lors de la manifestation des Champs-Élysées ce jour-là, vivaient en dehors de Paris. Il n'y avait aucun dirigeant à qui ils faisaient référence ou qu'ils défendaient pour un mandat, aucune figure charismatique qui parlait pour eux et, contrairement aux participants aux manifestations et aux grèves généralement organisées en France, ils n'adoptaient aucune affiliation à un parti. Ils étaient sans leader, anarchistes, une masse d'individus agissant ensemble - et la seule façon de comprendre le tout était de comprendre chacun d'eux.

À midi, la foule avait été bouclée par la police pour ne pas pouvoir se diriger vers la place de la Concorde ou le palais de l'Élysée à l'extrémité est des Champs. Je me tenais près du cordon tandis que la ligne de policiers anti-émeute (autrement dit, les cow-boys) - sans visage, masqués, blindés - regardait les Gilets Jaunes. Une terrible explosion à proximité a retenti dans mes tympans - c'était un feu d'artifice, que les manifestants jetaient souvent aux flics et ailleurs, allumé pour semer la confusion. Il y a eu un rassemblement de milliers de personnes qui ont scandé "Laissez-nous passer !" Soudain, comme tirée d'un canon, la foule s'est jetée contre le mur de la police, dont la ligne défensive s'est brisée comme une brindille, les officiers tombant au sol, et un flot d'humanité s'est déchaîné. La police a monté une contre-attaque furieuse avec du gaz lacrymogène, leurs matraques se balançant et leurs boucliers claquant dans la foule, qui a été envoyée en se dispersant dans le sens d'origine.

J'ai été pris dans la panique folle, poussé contre un mur et étouffé brièvement. Ma gorge s'est fermée lorsque le gaz a frappé, mais je portais une cagoule et des lunettes et un bandana sur mon visage, et j'ai échappé au pire. Ceux qui étaient moins chanceux, sans protection, ont été temporairement aveuglés, hurlant, se serrant les uns les autres, les bras tendus, la peau enflammée, la morve coulant du nez, certains avec de la mousse bouillonnant aux lèvres. Marie-Thérèse Marchon, portant son tricolore, gémissant hystériquement, répétait encore et encore : "Nous continuons ! Nous continuons ! Nous continuons !" J'ai vu une vieille femme à proximité, à peu près du même âge que Marchon, battue à coups de matraque. Un garçon avec de grands yeux souriants - il n'avait pas plus de dix-huit ans - s'est tourné vers moi et m'a dit : "N'ayez pas peur." Il a déroulé son propre drapeau, à l'intérieur duquel un pavé était niché. Quelques instants plus tard, avec un bâillement strident, il l'a déchaîné à la police.

Il y avait maintenant une accalmie, comme si un épuisement soudain avait vaincu les combattants, et, comme une rivière inversant la direction, les gens se tournaient et se dirigeaient lentement vers l'ouest, en remontant l'avenue. C'était le schéma tout au long de la journée: escarmouches, gazages et grenades, les Gilets repoussaient à un endroit seulement pour se rallier et attaquer à un autre. Il y avait plus de chants anti-capitalistes et anti-Macron et le refrain toujours répété de la Marseillaise. J'ai rencontré Mark Lafont, l'employé de Safran, qui vivait à Montmorency, une banlieue de Paris, et qui m'a dit: "Nous sommes dans une dictature financière. Je suis là pour le renverser." Quelque part dans la foule se trouvaient sa mère et son père, tous deux âgés de 70 ans, et il s'inquiétait pour eux. Je rejoignis Lafont alors qu'il se dirigeait vers l'ouest, vers l'Arc de Triomphe, où au loin montaient des panaches de gaz lacrymogène. Je pouvais entendre les explosions de grenades et de feux d'artifice. J'ai détourné le regard et Lafont était partie.Le long de l'avenue, il y avait une atmosphère de carnaval, comme une foire de rue, les Gilets Jaunes se balançant, assis sur des trottoirs, debout en nœuds, parlant, fumant, conspirant, buvant de la bière, poussant le cri de guerre de "ah-oo, ah-oo" ou avec des regards de réfléchir à l' épuisement hébété.

Le soleil émergeait des nuages ​​de course et éclairait l'avenue. Des Gilets Jaunes avec de la sueur sur les sourcils ont diligemment creusé des pavés ou ébréché des projectiles de pierre fraîche des façades des bâtiments. À intervalles irréguliers, ils avaient construit des barricades - des chaises arrachées aux restaurants, des morceaux de jardinières en bois brisées (les plantes arrachées, le sol éparpillé), des tapis de caoutchouc volés dans les cafés en plein air - et les ont mis le feu, la fumée épaisse et noire, épongeant le soleil et écoeurant d'inspirer. J'ai dépassé plusieurs kiosques à journaux incendiés, les conflagrations de trente pieds de haut. L'un des flammes a attrapé un réverbère, qui a explosé, et une foule de centaines de personnes a regardé la danse des flammes avec un étrange silence respectueux. (Pourquoi, me suis-je demandé, détruisent-ils les kiosques, ces redoutes de petits propriétaires, des gens de leur classe, qui auraient pu être des alliés naturels,qui un jour plus tard irait à la télévision française, devant les ruines de leurs commerces, pour exprimer sa répugnance pour le mouvement? Je pensais que c'était honteux, stupide, un signe que la foule se déchaînait, stupide.)

En remontant l'avenue, je suis allé, où à l'Étoile, sous l'Arc de Triomphe, d'autres batailles se sont déroulées. Des anarchistes des Blacks Blocs vêtus de masques à gaz et de casques, ont mené la charge, rejoints par des Gilets Jaunes qui ont libéré une pluie de pavés qui crépitait sur l'armure des flics anti-émeute. Des cocktails Molotov sont tombés sur la police et ont explosé, les aspergeant de flammes. Ailleurs, brandissant des marteaux et des morceaux de tuyaux en acier et des panneaux de signalisation déracinés, la foule a brisé les fenêtres de la boutique Celio, fournisseur de vêtements pour hommes à la mode. Chemises, vestes et pantalons s'élevaient dans les airs comme une fontaine. Ils ont pillé la bijouterie Swarovski, ses boîtes bleues dispersées dans la rue par centaines, vidées de montres, bracelets, bagues, boucles d'oreilles et broches. (Une Gilet Jaune avec laquelle j'ai parlé plus tard a dit qu'il avait ri en lisant que la boîte Swarovski bleue était intemporelle. Selon la littérature de l'entreprise, et que chacun contient un peu de magie, un bijou étincelant qui peut nous faire sentir aimés et extraordinaires.) Ils ont attaqué Longchamp, le détaillant de sacs à main haut de gamme, et Hugo Boss, le drapier, et Eric Bompard, l'âme du cachemire, et Omega, la manufacture horlogère suisse de luxe, les vitres brisées, des mannequins nus jetés dans la rue et démembrés, la marchandise pillée ou piétinée ou déchirée en lambeaux. Les écrans de verre des guichets automatiques de HSBC ont été éclatés sous les coups de marteau. Le Fouquet's, la brasserie du super-riche où Nicolas Sarkozy, président de centre-droit de la France de 2007 à 2012, a célébré sa victoire électorale, a été saccagé et immolé. (Les sociologues Michel Pincon et Monique Pincon-Charlot dans un livre de 2010 décrivaient Sarkozy 's mandat comme une oligarchie, un gouvernement des riches, pour les riches.) L'après-midi, lorsque les pompiers ont éteint le feu et la brasserie chic a été réduite à une épave cendrée, les Gilets Jaunes ont regardé leur accomplissement et ont plaisanté. "C'est vraiment dommage - où allons-nous manger ce soir ?" "Je vais prendre un Sarkozy frit, s'il vous plaît, avec un Macron brûlé." Une femme de 60 ans nommée Michele Fabiano, qui travaillait avec des enfants handicapés en public les écoles, m'a dit avec un fier dédain, "je ne pleurerai pas pour le Fouquet's".

Une autre bataille a éclaté, au coin de la rue Balzac. Une trompette a retenti, un klaxon a explosé, quelqu'un a battu un tambour, des voiles de gaz lacrymogène ont effacé le soleil, et les cendres des kiosques enflammés et des barricades brûlantes sont tombées sur nos têtes. La foule a attaqué avec des fragments de métal, des pavés et des morceaux de vélos et scooters cannibalisés, aspergeant les projectiles d'une file de policiers anti-émeute qui se sont retirés en courant. "C'est beau de voir des gens comme ça", a déclaré un homme avec une bière à la main, sans dents de devant et le visage hideux et déformé d'une silhouette Bosch. La foule a abattu des barrières métalliques, érigées sur une devanture de magasin, qui mesuraient quatorze pieds de haut et vingt pieds de large, et les a levées ensemble pour former des boucliers massifs, qu'elles brandissaient contre la police en chargeant la rue Balzac. Les Gilets Jaunes exultaient, beuglant "ah-oo, ah-oo" et un chant révolutionnaire.

Les flics ont répondu avec une autre volée de gaz lacrymogène, les bidons tremblant et explosant, rebondissant sur la tête des gens. J'ai été frappé directement avec le gaz, m'effondrant à genoux, aveuglé, vomissant, hyper-ventilant, tourné et tordu et écrasé dans la foule bouillonnante, dans ce qui ressemblait à une promenade de bétail. De nulle part, un homme vêtu d'une cagoule - je n'ai jamais vu son visage - m'a pris dans ses bras, m'a versé une solution saline dans les yeux et m'a relevé. Son nom était Tanguy, 23 ans, et je voulais m'accrocher à lui, mais dans le barattage des gens, il était parti. Je me suis enfui de la bataille de la rue Balzac vers la boutique détruite Hugo Boss au sud de l'avenue. Un père et un enfant de sept ans dans ses bras regardaient la mêlée à distance, leurs visages illuminés d'anticipation. Un couple de personnes âgées gloussa à la vue des fenêtres Hugo Boss brisées et du vestibule détruit. "C'est moi, le boss", a déclaré les graffitis sur les murs du magasin. J'ai verrouillé les yeux avec une femme masquée au gilet jaune, âgée d'environ 65 ans, qui a abaissé son bandana et a souri et m'a donné un coup de pouce joyeusement délirant.

Je me suis enfui plus loin dans une rue latérale et j'ai trouvé un poste de secours composé de volontaires en blanc avec des symboles de la Croix-Rouge sur leurs chemises et casques. "Ça a été très mauvais aujourd'hui, très violent. Ils gazent tout le monde", m'a dit un médecin. Sur le trottoir s'étalaient une demi-douzaine de victimes, assommées, apathiques, en état de choc, certaines avec des masques à oxygène. Les blessures du 16 mars, m'a-t-on dit, incluaient une personne qui avait perdu une main des grenades à dispersion, une autre dont le pied était tellement lacéré par des éclats d'obus qu'il pendait par des cordes de chair. L'utilisation apparemment aveugle de ces méthodes non létales lors des contrôle des foules par les autorités françaises a suscité la condamnation de nombreux groupes de défense des droits humains, dont Human Rights Watch et Amnesty International. Léa Beauvais, médecin, m'a dit que les grenades ont explosé autour d'elle alors qu'elle tentait de soigner un homme sur les Champs ce jour-là que la police avait matraqué. Beauvais m'a montré l'endroit où elle l'avait bandé. Le sol était éclaboussé de beaucoup de sang frais, et nous regardions le sang en silence.

Face à la réponse policière croissante à leurs propres escalades, les Gilets Jaunes, bien sûr, ne pouvait pas tenir les Champs-Élysées pendant plus d' une journée symbolique chaque semaine. À la tombée de la nuit, le 16 mars, avec au moins 24 devantures de magasins et autres propriétés attaquées, environ 5,6 millions de dollars de dégâts causés à Paris et environ 200 personnes arrêtées, les manifestants avaient été évacués de l'avenue.

Ce n'était qu'un samedi dans un continuum, un acte dans une pièce sans fin, comme les Gilets Jaunes avaient pris l'habitude d'appeler leur rituel du week-end. En avril, après plus de cinq mois d'actions directes et d'émeutes, les Gilets Jaunes avaient causé près de 200 millions de dollars de dégâts matériels. Effrayant les visiteurs potentiels en France, ils auraient réduit les réservations d'hôtels au cours d'un seul mois, décembre 2018, de 1,1% dans tout le pays et de 5,3% à Paris. En février, l'AP a rapporté que depuis l'avènement du mouvement, 72 600 travailleurs dans 5 000 entreprises avaient été rémunérés à des heures réduites, pour un salaire réduit, et que les entreprises des centres-villes de France "avaient vu leurs revenus chuter de 20 à 40% en moyenne ces dernières années. semaines à cause des manifestations qui ont lieu tous les samedis." Bruno Le Maire, ministre de l’économie, a déclaré en décembre que l'impact des manifestations était grave et continu et il a souligné que Paris avait été le plus durement touché.

La perturbation, la destruction, le chaos avaient atteint au moins certains des objectifs du mouvement. Immédiatement à la suite des manifestations de décembre, cherchant désespérément à apaiser la foule, Macron a supprimé la taxe sur le carbone méprisée. Il l'a suivi ce mois-ci avec un plan de relance de 10 milliards d'euros pour aider les pauvres et les classes moyennes inférieures de la France, malgré les inquiétudes de l'Union européenne soucieuse de l'austérité. En avril, après les violences de la mi-mars, il a annoncé de nouvelles concessions, estimées à 5 milliards d'euros supplémentaires, qui incluaient des baisses d'impôts pour les ménages à faible revenu, l'indexation des pensions sur l'inflation, et une plus grande latitude pour les maires et les élus régionaux. fonctionnaires pour repousser les coupes dans les services publics de leurs districts. Serge Halimi m'a dit que le soulèvement avait stoppé sur ses traces. Macron prévoit de supprimer cent vingt mille emplois dans la fonction publique, qui font déjà défaut. Il a suscité l'opinion publique contre la privatisation d'Aéroports de Paris, et il est probable maintenant que ce très mauvais plan n'aboutira pas. Rien de tout cela n'aurait été possible sans les Gilets Jaunes.

Les Gilets Jaunes auraient pu revendiquer la victoire sur ces questions et rentrer chez eux. À ce jour, ils ne l'ont pas fait. Ils ont refusé d'être apaisés par ce qu'ils perçoivent comme des miettes jetées du trône du pouvoir. Leur guerre contre les riches, à l'ère du changement climatique, est menée par une compréhension unique parmi les mouvements de protestation en France : que le privilège de seigneur et le privilège de polluer sont une seule et même, et que faire face à la crise climatique signifie une confrontation avec le capitalisme non réglementé. C'est un appel aux armes qui devrait résonner dans le monde entier.

La rage ne s'en va pas et la rage en France, pays remarquablement instable parmi les démocraties occidentales, a eu des conséquences. La nation a progressé et régressé gravement, dans des crises et des spasmes à une échelle épique. Sa Première République, celle de 1792, dégénère en meurtre de masse, puis tyrannie et guerres napoléoniennes, ambition grandiose de 'Liberté, égalité, fraternité' non réalisé. Sa Seconde République, à la suite du soulèvement de Paris de 1848 - mené par les enfants des sans-culottes, une classe ouvrière armée - ne dura que trois ans, se dissipant dans la restauration bonapartiste. La révolte de la Commune de Paris en 1871 a cédé la place à la Troisième République, qui a duré presque aussi longtemps que la Cinquième République actuelle, mais s'est terminée par la honte nationale de la collaboration, de l'État policier de Vichy et de la déportation de 75 000 Juifs - et ceci dans le pays qui, en 1791, devint le premier en Europe, poussé par des révolutionnaires enracinés comme Robespierre, à déclarer juifs citoyens officiels avec tous les droits et protections dus.

Le système de protection sociale envisagé pour la première fois pendant la Terreur n'a été mis en œuvre avec succès qu'après des troubles sociaux massifs après le traumatisme et les bouleversements de la Grande Dépression et une fois de plus après la Seconde Guerre mondiale. La constitution de la France et ses pouvoirs ont été abandonnés et reconfigurés à plusieurs reprises, pour le meilleur et pour le pire. En 1968, pendant quelques jours de révolte, la Ve République s'effondre presque. Les Gilets Jaunes réclament une nouvelle République fondée sur la justice sociale, économique et surtout écologique. Le temps nous dira s'ils ont la force et les moyens d'amener la France au point de crise nécessaire.

Article traduit sur Mag Harper
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...