Recherche

29 juillet 2012

Choisir un bon mot de passe fort

Lorsque vous créez un compte sur un site d'achats en ligne (FNAC, Carrefour,...) forums, plate-forme de blogs, messagerie,.... vous allez mettre votre pseudo ou votre nom ainsi qu'un mot de passe. Consulter sa messagerie, compte bancaire,... vous entrez votre identifiant et votre mot de passe pour accéder au contenu. Un mot de passe faible peut être trouvé facilement (par exemple : les mots de passe genre azerty, nature ou 0000 sont à proscrire).

Pour vous assurer une parfaite confidentialité de votre compte ou espace personnel et une facilité d'usage, votre mot de passe doit être fort, difficile à décrypter et facilement mémorisable. Surtout, ne jamais utiliser le MEME mot de passe sur les sites.

Voici quelques astuces pour composer un mot de passe fort.

Votre mot de passe doit contenir des chiffres et des lettres.
Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum.
Votre mot de passe ne doit figurer dans aucun dictionnaire.
Votre mot de passe ne doit pas contenir des caractères qui se ressemblent (le 1 pour le i, le 0 pour le O, le 3 pour le E).
Pas de nom ni mot dans votre mot de passe
Vous pouvez utiliser toute combinaison de chiffres et de lettres à l'exception des accents é, è, à, des espaces et des caractères spéciaux -, $, & etc.
Les caractères autorisés pour le mot de passe sont :
- Les lettres minuscules [a-z].
- Les lettres majuscules [A-Z].
- Les chiffres [0-9].
- Les caractères spéciaux [@#*~; . : ! ? +=].
Utilisez minimum 3 catégories sur les 4 pour composer un mot de passe fort qui sera très difficile à le déchiffrer.

Remarque : certains serveurs n'aiment pas trop les caractères spéciaux.

Composer un mot de passe facilement mémorisable

Un bon mot de passe doit être fort mais aussi facilement mémorisable par le détenteur du compte. Il doit être facile à saisir et ne doit pas nécessiter de multiples copies ou pense-bêtes. Il ne faut cependant pas qu'il soit trop simple ou trop facilement identifiable.

Une méthode consiste à prendre comme mot de passe la liste des premières lettres d'une phrase, d'une expression que vous connaissez bien, en y introduisant le cas échéant des caractères spéciaux, des chiffres, minuscules ou majuscules.

Par exemple, prenez cette phrase suivante : J'aime regarder la télé sur France 2, le mot de passe sera : j@rltsF2

Un autre exemple (version longue) : je suis né le 22 septembre 1985 à 15 h 32 à Paris, le mot de passe sera : jsnl22s85@15.32@P

Vous obtenez ainsi un mot de passe qui sera très difficile à décrypter et que vous n'aurez aucune difficulté à le mémoriser. De temps en temps, changez votre mot de passe.

Attention aux sites véreux qui peuvent subtiliser votre mot de passe via le phishing et par email (voir les images d'exemple de messages frauduleux sur le site de Aidewindows [#]). Les webmasters, les banques, les opérateurs,... ne demanderont JAMAIS votre mot de passe ou autres cordonnées.

Certains serveurs DNS peuvent bloquer les sites suspects notamment Norton DNS et Open DNS mais aussi les navigateurs Web et les antivirus.

Soyez prudents sur le Web.

23 juillet 2012

Témoignage explosif d'une patiente - Sa lettre ouverte sur les effets secondaires des vaccins

Vaccination : la lettre d'une mère inquiète à son médecin [#]
Docteur,

J'espère que vous lirez cette lettre jusqu'au bout car les dix minutes d'entretien téléphonique que vous m'avez octroyées ne me suffisent pas pour expliquer toute l'étendue du problème.

Je voulais dénoncer les effets secondaires des vaccins, en l’occurrence l'autisme de ma fille, et logiquement, je me suis tournée vers vous puisque sur tous les médicaments, il est expressément indiqué : « Ne pas hésiter à demander l'avis de votre médecin ou de votre pharmacien et à signaler tout effet non souhaité et gênant qui ne serait pas mentionné sur cette notice ». Ce que j'appelle la pharmacovigilance et je me doutais qu'il y avait quantité de paperasses à remplir, ce que je m'apprêtais à faire avec vous. Mais vous m'avez répondu que ça ne se faisait pas, que dans le seul exemple que vous avez rencontré, le couple avait lui-même ramené ses papiers. Parlions-nous de la même chose ?

Aviez-vous bien compris ma demande ? Pas sûr, car un médecin qui ignore la pharmacovigilance, cela m'a paru inconcevable.

Vous m'avez demandé de vous fournir ma documentation, ce que j'ai fait pour avoir une base de discussion. Outre le livre de Marie-Christine Dépréaux « autisme : une fatalité génétique ? », j'ai joint des extraits de Wikipédia sur la toxicité du mercure, de l'aluminium et du formaldéhyde (donc unanimement reconnu), un article sur les accidents vaccinaux de Sylvie Simon, la page web sur la loi des vaccinations (vos droits services-publics.fr) et un texte de ma plume.

Vous m'avez répondu lors du second appel téléphonique, que vous vous étiez renseignée au centre de pédiatrie, qu'ils affirmaient qu'il n'y avait aucun lien entre la vaccination et la flambée de l'autisme, que la documentation que je vous avais donné n'était qu'un tissu de mensonges, que le cas particulier de ma fille n'était pas imputable aux vaccins et que, si je vous croyais responsable de son sort, je n'allais qu'à aller voir ailleurs pour me soigner.

Pourtant, votre manque d'empathie et de professionnalisme m'a fait beaucoup de bien ce jour-là.

Revenons sur tous ces points :

  • « Un tissu de mensonges » ?
  • Le mercure est un poison extrêmement toxique : c'est vrai.
  • L'aluminium est neurotoxique : c'est vrai.
  • Le formaldéhyde est cancérigène : c'est vrai, il est classé « cancérigène certain » pour le CIRC (centre international de recherche sur le cancer).
  • Ces trois poisons et d'autres sont présents dans les vaccins : c'est vrai (voir « Constituants des vaccins » de Jean Pilette ).
  • Les amalgames dentaires sont composés à 50% de mercure : c'est vrai.
  • La loi française n'exige que la vaccination contre le tétanos, la diphtérie et la poliomyélite : c'est vrai.
  • Qu'il y a une forte progression d'autisme, de TED et d'enfants avec troubles de l'attention : c'est vrai.
Je peux même rajouter d'autres informations glanées depuis :

En 2009, il n'y aurait plus de dérivés du mercure dans les vaccins pédiatriques, mais toujours dans ceux de la grippe (aviaire, H1N1).

Les Etats-Unis, où le taux de vaccination est le plus important du monde, a un taux de mortalité infantile équivalent à celui d'un pays pauvre.

Il y a moins de dix autistes chez les Amish : 3 enfants ont été vaccinés et un autre vivait près d'une usine très polluante.

« Silence, on vaccine » est un excellent reportage, même s'il est surtout axé sur le ROR et l'hépatite B.

« Vaccinations, les vérités indésirables » de Michel Georget est un excellent livre qui explique parfaitement les mécanismes de l'immunisation et les multiples interrogations liées aux vaccins.

L'autisme est la grande cause nationale 2012.

L'Ordre des Dentistes continue à proclamer que le mercure contenu dans les amalgames dentaires est sans danger pour la santé (lettre de janvier 2012), alors qu'on le supprime des thermomètres, des piles, qu'on le distribue à ces mêmes dentistes dans des capsules pré-dosées pour limiter l'intoxication, qu'on exige d'eux qu'ils récupèrent ce poison dans des récipients appropriés, qu'on conseille des filtres dans les crématoriums. Comment peut-il connaître l'incidence sur la santé puisque les malades vont voir leur médecin (ou un psychiatre) et non les dentistes ?!

On accuse les amalgames dentaires d'être à l'origine de la sclérose en plaque, des maladies de Parkinson, d'Alzheimer (considéré comme l'autisme des personnes âgées car les symptômes se ressemblent) et de Crohn entre autres.

On accuse aussi l'aluminium, qu'on retrouve dans nombre de vaccins et produits de consommation courante, d'être à l'origine de ces mêmes maladies, ce qui n'est pas incompatible quand on sait que le mercure décuple son pouvoir pathogène en contact d'autres métaux.

Des médecins appellent les effets secondaires du Gardasil et Cervarix « le catalogue des horreurs », c'est dire !

Vous vous êtes renseignée au centre de pédiatrie de je ne sais plus où, ils vous ont rassurée qu'il n'y avait aucun lien entre vaccination et autisme.

C'est un peu léger de leur part : face à une accusation aussi grave, j'aurais souhaité toute leur documentation, au moins aussi riche et précise que dans le livre, ce qui est un de ses grands atouts, il cite ses sources. Je veux des preuves que les vaccins sont hors de cause. Mais je doute que vous en récoltiez davantage. Non seulement on envoie les enfants avec troubles du comportement en psychiatrie (là, on vous aurait confirmé l'explosion des cas) mais aussi parce que les généralistes et les pédiatres ne font pas remonter l'information. Apparemment la situation que nous vivons est un classique : quand l'Afssaps reçoit un dossier, elle demande l'avis du médecin traitant et si celui-ci nie la corrélation, elle le classe sans suite. Voir les victimes du vaccin contre l'hépatite B (association REVAHB).

« que ma fille est un cas particulier. »

Oui, c'est parce que c'est mon enfant et qu'elle a un problème, que je me renseigne autant pour trouver des solutions. Qui me le reprochera ? Mais son cas n'est pas isolé car il y a environ 80 000 enfants autistes en France et ce chiffre est en augmentation. 1 enfant sur 10 000 en 1970 ; un enfant sur 156 en 2011. J'appelle ça une épidémie galopante ! ! ! Selon le mode de calcul, il s'agit d'une augmentation de 500% à 600%. On peux logiquement exclure la génétique, le genre humain aurait muté en quatre décennies ? Une meilleure reconnaissance des symptômes, comme prétendent les psychiatres ? Où sont nos autistes adultes, je n'en connais pas alors qu'ils devraient faire légion. D'ailleurs j'ai découvert ce handicap avec Rain Man en 1989 et je ne suis pas la seule.

Il s'agit d'une cause environnementale ! Toutes les classes sociales sont touchées, toutes les régions françaises. On peut donc exclure une exposition locale (type usine), la nourriture (les plus aisés ne mangent pas les même produits que les plus démunis ; de plus, les parents d'autistes vous diront les difficultés à faire varier l'alimentation de leurs enfants), les biens de consommations qui n'existaient pas dans les années 70 (même s'ils créent d'autres problèmes).

Les vaccins répondent à ces critères : uniformément administrés, avec augmentation du nombre de doses. De nombreux témoignages et études à travers le monde tendent à le prouver.

Vous êtes médecin, vous avez obligation par la loi de vous former continuellement. Qu'importe si l'information vient d'Internet ou de vos patients, si vous la vérifiez et l'analysez ? Jetez un œil sur les plaintes des victimes du vaccin contre l'hépatite B, celles des « filles Gardasil », écoutez la conférence de Sylvie Simon, l'entretien de Claire Séverac, visionnez leurs témoignages. Vous trouverez tout cela très facilement.

Voici le mien, qui est malheureusement celui de nombreuses autres personnes :

A 24 ans, on m'a posé l'équivalent de 7 amalgames dentaires, sans me demander mon avis, ni m'expliquer les différentes options. Donc depuis, j'ai entre 3 et 7 grammes de mercure dans la bouche qui dégage continuellement son poison. J'ai eu des céphalées dès le début mais j'ai cru qu'elles étaient dues à mon nouveau travail très stressant. Un an et demi plus tard, j'ai fait enlever le plus gros amalgame. Cette dentiste a été correcte car elle a récupéré tous les éclats. Le résultat a été rapide puisque j'ai eu moitié moins mal au crâne. Je savais que le mercure dentaire était toxique mais j'ignorais les différents symptômes. A cette époque, il n'y avait pas tous les renseignements qu'on trouve sur Internet, mon information venait d'un seul article dans une revue de vulgarisation scientifique.

Peu avant ma dernière grossesse, une nouvelle dent s'est cassée (c'est mon lot). Cette fois-ci, une autre dentiste m'a laissée me débrouiller avec les déchets qu'elle a éparpillé dans ma bouche. Pas d'aspiration, rien qu'un misérable verre d'eau pour me rincer. Alors que la pose et la dépose des amalgames sont des moments critiques. Je lui ai servi de poubelle, ni plus ni moins.

Les jours suivants, j'ai eu les symptômes d'une intoxication : odeurs fantômes, désorientation, difficultés de concentration, trou de mémoire, fatigue. Je n'ai pas fait le lien tout de suite. Je me suis tournée vers un problème de thyroïde, mais maintenant je sais que le mercure altère le fonctionnement de cette glande. Tous mes soucis de santé collent bien mieux à cet empoisonnement.

Lors de mes trois grossesses, aucun médecin ne m'a demandé si j'avais des amalgames, ni mise en garde au sujet de l'allaitement (le mercure traverse le placenta et passe dans le lait), seuls les pivots ou implants (je ne sais plus lequel) inquiétaient les anesthésistes et urgentistes. Ainsi, à des degrés divers, j'ai donné à tous mes enfants leur dose quotidienne de mercure.

Pour ma fille qui a des traits autistiques :

A 2 mois, malgré mon sentiment qu'elle était trop petite pour subir une vaccination, je suis venue la faire piquer. Je croyais que c'était obligatoire et que c'était la meilleure chose à faire malgré tout. Le carnet de santé induit en erreur. Certes, il est explicitement marqué que seules les vaccinations contre la diphtérie, le tétanos et la polio sont obligatoires mais en petit sur trois lignes, message vite « gommé » par l'assertion que les crèches et écoles peuvent réclamer davantage (auquel cas, elles seraient hors la loi, à mon avis). Par contre, le calendrier vaccinal est tellement mis en valeur, confus que seul un professionnel peut le décrypter. Alors, comme la très grande majorité des parents, je vous ai fait confiance et j'ai naïvement pensé que vous ne feriez que les vaccins obligatoires. Vous m'avez juste demandé pour l'hépatite B et le pneumocoque. C'est tout. En vantant pour ce dernier (Prévenar) qu'il prévenait les otites (ce qui est ma phobie parce qu'on ne les voit pas). Depuis, j'ai lu sur un site pro-vaccins que c'était faux. Argument de vente fallacieux ? Ignorance de votre part ? Ont-ils réalisé que ça ne marchait pas ?

Donc, à 2 mois, 4,200 kg, ma fille reçut une injection d'Infarix Hexa (Diphtérie, tétanos, coqueluche, trois souches de polio, hépatite B, Haemophilus influenzae type B) plus une de Prévenar (7 polyosides pneumococciques). Personnellement, je considère qu'elle a dû se défendre contre au moins seize agents infectieux.

Avec :

  • Aluminium (1450µg+ 500 µg+ 950µg)
  • Norme tolérée pour un adulte (environ 70kg) : 15mg/l par jour (litre de quoi?).
  • Pour ma fille de 4,200kg : 2,9mg dans 1ml d'eau pour injection (2 vaccins).
  • Je vous laisse choisir le mode de calcul, sels ou phosphates ou oxydes d'aluminium, je n'y connais rien mais certains affirment que les bébés reçoivent plus de 150 fois la dose tolérée.
  • « Sans sels d'aluminium » devient un slogan porteur pour les désodorisants alors que ces produits sont en contact avec la peau et éventuellement inhalés. J'imagine l'effet d'une injection !
  • Formaldéhyde (x2) Irritant pour la peau et les muqueuses, favorise l'asthme chronique, provoque leucémies et cancers des voies respiratoires.
  • Lactose anhydre (12600µg). Intolérance au lactose. Est-ce pour cela que les enfants autistes supportent mal le lait ?
  • 2-Phénoyéthanol (2500µg). Solvant pour les peintures, antiseptique. Potentiellement toxique pour le système nerveux. Allergène qui peut provoquer des troubles cutanés.
  • Polysorbate 20 (E432) et Polysorbate 80 (E433). Peuvent causer de sérieuses réactions allergiques
  • Des traces de deux antibiotiques.
  • L'antigène de surface de l'hépatite B est produit sur des cellules de levure génétiquement modifiées (OGM), les poliovirus sur des cellules dérivées de reins de singe.
  • Chlorure de potassium. Utilisé pour les injections létales aux Etats-Unis, bien sûr les doses sont différentes mais tout de même. J'y vois là le lien avec la mort subite du nourrisson qui survient statistiquement entre la naissance et un an avec un pic entre 2 et 4 mois. Exactement le moment conseillé par le calendrier vaccinal pour piquer son enfant : 2, 3 et 4 mois ! ! !
  • Glutaraldéhyde. Toxique (toxicité cellulaire et systémique), qui une fois inhalé peut causer une irritation sévère des yeux, du nez, de la gorge et des poumons, ainsi que des maux de tête et des troubles de la perception.
  • d'autres produits que je n'arrive pas à décrypter : hémagglobuline filamenteuse, pertactine, phosphate disodique, phosphate dihydrogénique de potassium, glycine.
Alors prouvez-moi que nous ne l'avons pas empoisonnée ! Cherchez tous les documents possibles pour cela, demandez aux laboratoires ce qu'il y avait vraiment dans les vaccins. Vous avez les numéros de lot, ce devrait être plus facile pour vous.

Deux semaines plus tard, je revenais parce qu'elle n'avait pris que 150g et qu'elle régurgitait. A aucun moment, vous n'avez fait le lien avec le vaccin, alors que c'était la seule indication sur la page du carnet de santé : « 2 mois, examen normal > vaccins faits ». Cela aurait dû nous sauter aux yeux. Ma seule excuse est ma fatigue. Je la nourrissais et, dès que je la posais dans son berceau, elle se réveillait en pleurant. Elle m'épuisait et je n'arrivais plus à avoir du recul pour analyser la situation. Pourtant la cassure des courbes de poids et de périmètre crânien est si nette, même en restant dans la moyenne des enfants , même si elle a récupéré par la suite.

Et vous avez continué à suivre le calendrier vaccinal et j'ai bêtement suivi vos indications :

  • 3 mois : Infarix Quinta
  • 4 mois : Infarix Hexa + Prévenar
  • 9 mois : MMR vax. Pas de métaux lourds mais 3 virus vivants atténués qui peuvent se recombiner à l'envie et former un super-virus. Beaucoup de parents l'accusent d'avoir déclenché l'autisme de leur enfant. Voir les travaux du Dr Wakefields repris par d'autres scientifiques qui montrent bien le lien. Ma fille ne devait rentrer à l'école qu'à 3 ans, pourquoi l'avoir vaccinée aussi tôt ?
  • 13 mois : Prévenar
  • 14 mois : MMR vax. Mes deux grands ont reçu l'équivalent ROR vax de cette dose à 5 ans !
  • 16 mois : Infarix Hexa
Je vous fais grâce de la liste exacte de tous les poisons qu'elle a reçu. Vous aviez prévu pour ses 6 ans, le Revarix (que ma fille aînée a reçu à 8 ans) mais ce vaccin est réservé à l'adulte (cf Doctissimo, entre autres), exceptionnellement 6 ans. Alors que l'obligation légale est un rappel de poliomyélite, et encore ! Le texte que j'ai trouvé sur le Code de la Santé est très vague.

Voilà, par ignorance, bêtise, crédulité, excès de confiance, naïveté, j'ai empoisonné mes propres enfants ! ! ! Vous ne pouvez pas savoir à quel point ça me fait mal ! J'ai été tellement choquée quand j'ai réalisé cette horreur que j'en suis vraiment tombée malade ! Et je sais que je mettrais longtemps à m'en remettre, comme un deuil. J'imagine que bon nombre de médecins honnêtes vont avoir la même réaction quand ils prendront conscience qu'ils ont réduit l'espérance et la qualité de vie de leurs patients en croyant bien faire.

J'ai des milliers de regrets, mais je ne veux pas avoir celui de m'être tue. Je refuse d'être complice de cette catastrophe sanitaire, je ne veux pas que d'autres parents vivent les mêmes drames que nous. C'est pour ça que je vous informe et que je le dénonce.

Maintenant voici mon deuxième problème :

Comme les parents et les médecins méconnaissent les signes de l'autisme (normal, avant il y en avait très peu), on les diagnostique tard, vers 2-3 ans, voire plus pour ceux qui accèdent au langage. La relation de cause à effets du(des) vaccin(s) n'est donc pas immédiate. Pourtant avec de sérieuses études épidémiologiques, on en aurait le cœur net. Pourtant, de nombreuses études statistiques le prouvent.

Je vais devoir user mon énergie à démontrer que ma fille a été lésée par la vaccination, mais je n'aurai aucun recours contre l'Etat, car il ne dédommage que les vaccinations obligatoires, le reste étant considéré comme un choix personnel (?!) des parents . Dès la première piqûre sur mes enfants, vous m'avez ôté les chances de faire valoir mes droits puisque ces vaccins sont couplés avec d'autres non obligatoires. Les victimes des vaccins contre l'hépatite B peinent encore à être indemnisées même si elles y ont été obligées pour pouvoir travailler. Je sais ce qui m'attend dans cette jungle.

Pourtant l'Etat, via le Ministère de la Santé, cautionne le carnet de santé et décide des campagnes publicitaires sur la vaccination (ROR, H1N1, Hépatite B...). Son logo y figure. Le calendrier vaccinal est pernicieux, obscur et toxique. Il est présenté de manière à induire en erreur. Seule la vaccination contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite devrait être consigné sur le carnet de santé, avec des indications claires et conformes à la loi.

J'ai aussi remarqué que, lorsqu'il y avait un problème avec un vaccin, les autorités s'empressent de le recommander aux plus jeunes, parce que selon elles, les bébés ne font pas les réactions indésirables des grands. Normal, leur système immunitaire est immature, c'est comme si on demandait à un enfant de trois mois de marcher, physiquement, c'est impossible !

Hépatite B : nombreuses plaintes pour les adultes et adolescents > pas de problème pour les bébés.

ROR : mes deux grands ont été vaccinés à 15 mois. Des parents s'alarment et font le lien de cause à effet avec l'autisme > Passage de la vaccination à 9 mois + rappel cinq mois plus tard.

Gardasil : 15000 effets secondaires, plus de 25000 victimes, 110 morts officiellement > ils veulent maintenant vacciner les garçons alors qu'il n'est pas prouvé que le papillomavirus soit responsable du cancer du col de l'utérus, qui est une maladie peu courante malgré tout.

Alors que le principe de précaution aurait dû prévaloir. Ne trouvez-vous pas ça scandaleux ? Moi, ça me révolte !

Comme je regrette de ne pas m'être penchée sur le sujet plus tôt ! Je me serais épargnée toutes ces souffrances. J'aurais choisi en toute connaissance de cause. Maintenant, je paie au prix fort mon ignorance et ma crédulité. Je sais que nous sommes à l'aube d'un nouveau scandale sanitaire.

Que dois-je faire ? Vous attaquer en justice pour non-information, mauvais conseils et empoisonnement ? Alors que je crois encore naïvement que vous aussi, vous êtes victime de votre ignorance. Je n'en vois pas l'intérêt, mais je sais que d'autres parents ne vous le pardonneront pas. Vous seule pouvez arrêter de piquer à tout va et informer correctement vos patients sur les risques et la loi. Moi, je ne peux que vous mettre en garde. Si mes renseignements sont erronés ou imprécis, je vous prierais de me le dire. J'attends d'avoir un rendez-vous car j'ai tellement de questions et de choses à vous dire. Cette lettre n'est qu'un résumé succinct de tout ce que j'apprends.

J'espère simplement que vous serez sensible à mes arguments.

Votre patiente depuis 11 ans.
La suite :
Mon médecin m'a répondu qu'il n'y avait pas de preuve que les vaccins étaient responsables de l'autisme de ma fille. Peut-être, mais je lui ai demandé de me prouver qu'elle n'avait pas été empoisonnée. Elle m'a dit aussi qu'elle n'avait pas d'intérêts dans l'industrie pharmaceutique, je veux bien la croire mais quand elle suit le calendrier vaccinal, elle contribue aux intérêts de ceux qui le définissent, et eux, je suis persuadée qu'ils baignent dans les conflits d'intérêts.

Personnellement, j'aurais préféré prendre le risque que mes enfants aient la rougeole. Oui, ils auraient eu 1 chance sur 1000 ou 3000 d'avoir de graves complications, voire un décès, mais avec le vaccin du ROR, ils ont eu 100% de chance d'avoir cette maladie puisque qu'il s'agit de virus vivants atténués. Il suffit d'une mauvaise conservation ou d'un organisme fragile pour que ceux-ci retrouvent toute leur virulence. Sans compter qu'ils peuvent se recombiner avec ceux de la rubéole et des oreillons et devenir un super-virus.

Si le ROR est vraiment responsable d'autisme, c'est une chance sur 150 d'être autiste.

Le calcul est vite fait, non ?

J'ai un peu réussi à ébranler mon médecin, elle a promis de se renseigner. Pour moi, elle est une victime comme nous.

11 juillet 2012

Le crash de l'économie américaine et la fin du monde

Dans un article récent, "Le monde peut-il survivre à la déception de Washington ?", j'ai promis d'examiner si l'économie américaine va s'effondrer avant Washington dans sa quête d'hégémonie mondiale qui nous amène à une confrontation militaire avec la Russie et la Chine. Ce sera probablement un sujet en cours sur cette page, de sorte cette colonne ne sera pas le dernier mot !

Washington est parti en guerre depuis octobre 2001 et que le président George W. Bush concoctait une excuse pour ordonner l’invasion de l’Afghanistan. Puis cette guerre fut mise sur un strapontin lorsqu’il concocta une autre excuse pour l’invasion de l’Irak en 2003, une guerre qui s’est déroulée sur une période de 8 ans sans succès signifiant et qui a laissé l’Irak dans un chaos total avec des douzaines de morts et de blessés chaque jour qui passe, un nouvel homme fort à la place de celui qui fut illégalement exécuté et la forte possibilité que la violence ne dégénère en guerre civile. 

Dès son élection, le président Obama envoyait, de manière inconsidérée, plus de troupes en Afghanistan et renouvelait l’intensité de cette guerre, maintenant dans sa 11e année, sans succès. 

Ces deux guerres ont coûté très cher. D’après des estimations de Joseph Stiglitz et de Linda Bilmes, lorsque l’on compte tous les frais, l’invasion de l’Irak a coûté aux contribuables américains 3 trillons de dollars. Idem pour la guerre en Afghanistan. En d’autres termes, ces deux guerres inutiles ont doublé la dette publique américaine. Ceci est la raison pour laquelle il n’y a pas d’argent pour la sécurité sociale, Medicare, Medicaid, les bons repas et tickets de vivres, l’environnement et le filet de protection sociale.

Les Américains n’ont absolument rien tiré de ces guerres, mais comme la dette encourue pour celles-ci ne sera jamais payée, les contribuables américains actuels et leurs descendants devront continuer à payer les intérêts sur 6 trillons de dollars de dette de guerre perpétuelle. 

Comme ceci ne suffit bien évidemment pas, le régime Bush/Obama continue des opérations militaires en violation complète de la loi internationale au Pakistan, au Yémen, en Afrique, a organisé le renversement du gouvernement libyen par conflit armé, est en ce moment même en train d’essayer de renverser le gouvernement syrien et continue de pousser ses forces militaires contre l’Iran. 

Trouvant les ennemis musulmans que Washington s’est créé pas suffisant pour ses énergies et budget, Washington a encerclé la Russie de bases militaires et fait de même pour la Chine. Washington a annoncé que le gros de ses forces navales sera transféré dans le Pacifique dans les quelques prochaines années, est en train de reconstruire sa base navale aux Philippines, en construit une nouvelle sur une île de la Corée du Sud, acquiert une base navale au Vietnam ainsi que des bases aériennes et de troupes au sol dans le reste de l’Asie. 

Washington essaie en ce moment même d’acheter par voies de corruption une ancienne base aérienne qu’elle utilisait en Thaïlande durant le guerre du Viet-Nam.

Il y a de l’opposition dans la mesure où le pays ne veut pas être aspiré dans le conflit orchestré par Washington contre la Chine. Minimisant la véritable raison pour récupérer cette ancienne base, Washington a dit au gouvernement thaïlandais, d’après la presse thaïlandaise, que "la base était importante à des fins humanitaires". Cela n’a pas pris, alors Washington et la NASA ont demandé de concert que la base soit mise à leur disposition afin de mener des "expériences météorologiques".

Cette nouvelle magouille sera-t-elle suffisante ? Cela reste à voir. Les fusilliers marins américains ont été envoyés en Australie et un peu partout en Asie. Museler la Russie, la Chine et l’Iran est une tâche énorme pour une nation qui est financièrement en banqueroute. Entre les guerres et les banksters, le régime Bush/Obama a réussi à doubler la dette nationale tout en étant incapable de redresser l’économie maintenant en état de désintégration complète et soulager la misère grandissante du peuple américain. 


Le déficit du budget américain s’ajoute à une dette accumulée de 1500 milliards de dollars annuels avec aucune perspective de diminution. Le système financier est détruit et demande des injections d’argent en permanence sous la forme de plan de sauvetage. L’économie a explosé et n’a pas été capable de fournir des emplois à hauts revenus, de fait, de créer même quelques emplois signifiant. 

Malgré des années de croissance démographique, l’emploi salarié est à la mi-Juin 2012 au même niveau qu’il ne l’était en 2005 et très largement en dessous de ce qu’il était en 2008. Et pourtant le gouvernement et ses médias de la pressetituée continuent à nous massacrer du fait que nous serions en période de convalescence, de récupération. 

D’après les statistiques du bureau national de l’emploi, il y avait en 2011, 1 million d’emplois de plus qu’en 2002. Sachant qu’il faut créer 150 000 emplois nouveaux par mois pour rester à niveau avec l’augmentation de la population, ceci nous laisse un déficit d’emploi sur une décennie de l’ordre de 15 millions d’emplois.

Les taux de chômage et d’inflation réels sont bien plus hauts que ceux officiellement rapportés. Dans de précédents articles, j’avais expliqué en me basant sur les travaux du statisticien John Williams de Shadowstats.com, les raisons du pourquoi les chiffres officiels des manchettes de journaux et de télé étaient de grosses sous-estimations. La statistique U3 du taux de chômage officiel à 8,2% ne tient pas compte des travailleurs qui ont arrêtés de chercher un emploi. 

Le gouvernement a un autre indice (U6) qui est très rarement publié, celui qui tient compte des travailleurs découragés sur le court-terme, ce taux est de 15%. Quand on y ajoute ceux qui ne cherchent plus d’emplois depuis plus longtemps, la taux de chômage américain est aujourd’hui de l’ordre de 22%, un chiffre bien plus proche de celui de la grande dépression économique des années 1930 que des taux impliquant les quelques récessions de l’après guerre. Les changements de manière de calcul du taux d’inflation ont détruit l’Index de consommation (CPI), comme mesure de calcul du coût de la vie.

La nouvelle méthodologie est basée sur la substitution. Si le prix d’un article de l’index augmente, un prix alternatif plus bas prend sa place. De plus, des hausses de prix sont étiquetées sous la forme d’une augmentation de la qualité, que ce soit vrai ou pas et ne figurent ainsi pas dans l’index CPI.

Les peuples doivent toujours payer plus cher, mais cela n’est pas compté comme inflation. En ce moment, le taux de substitution de l’inflation est de l’ordre de 2% ; mais lorsqu’on mesure le taux d’inflation en comparaison du véritable coût de la vie, le taux d’inflation réel est de 5%.

L’index de misère est la somme des taux de chômage et d’inflation. Celui-ci dépend actuellement de l’utilisation ou non des mesures bidouillées, ce qui sous-estime l’index de misère, ou si on utilise les anciennes mesures qui le mesure de manière précise. Avant l’élection de Novembre 1980, l’index de misère en Amérique parvint à 22%, ce qui fut une des raisons essentielles de la victoire de Reagan sur le président Carter. 

Aujourd’hui, si nous utilisons l’ancienne méthodologie, l’index de misère est à 27%. Mais si on utilise les nouvelles mesures bidouillées, il n’est que de 10%. La sous-estimation de l’inflation sert à fortifier le PIB. Le PIB est calculé en dollars actuels. Pour être capable de savoir si le PIB a augmenté à cause de la hausse des prix ou à cause d’une véritable ferveur économique, le PIB est dégonflé par le CPI. Plus le taux d’inflation est haut, moins l’augmentation est réelle et inversement. Lorsque la méthodologie de substitution est utilisée pour mesurer l’inflation, l’économie américaine a expérimenté alors une véritable augmentation dans ce début de XXIe siècle à l’exception d’une forte baisse dans la période 2008-2010. 


Mais si la méthodologie basée sur le coût de la vie est utilisée, à part une très courte période en 2004, l’économie américaine n’a pas enregistré de croissance depuis l’année 2000. Dans le graphique ci-dessus, la mesure la plus basse (bleue) du véritable PIB est dégonflée avec la méthodologie incluant le coût de la vie. La mesure la plus haute du PIB (rouge), dégonfle le PIB en utilisant la méthode de substitution. Le manque d’emplois et de véritable croissance du PIB vont de paire avec le déclin du véritable revenu moyen des ménages.

L’augmentation de la dette des consommateurs a compensé le manque d’augmentation des revenus et cela a maintenu l’économie jusqu’à ce que les consommateurs aient épuisé toutes les possibilités de s’endetter encore plus. Avec le consommateur annihilé, l’espoir du retour de croissance économique est très très mince. 


Les politiciens et la Réserve fédérale rendent cet Etat de fait encore pire. A une époque de chômage intensif, et de ménages sous pression par la dette, les politiciens au niveau local, de l’État, ou fédéral font des coupes drastiques dans les budgets pour la santé, les retraites, les tickets de vivres, les allocations logement et bien d’autres éléments du filet de sécurité sociale. 

Ces restrictions bien sûr, réduisent encore plus la demande et la capacité monétaire des Américains à simplement survire. La Réserve fédérale a des taux d’intérêts si bas, que les retraités et ceux qui vivent de leurs économies ne peuvent plus rien gagner de leur argent placé. Les taux d’intérêts payés sur les bons du Trésor sont plus bas que le taux de l’inflation.

Pour vivre des revenus d’intérêts, une personne doit acheter de la dette grecque, italienne ou espagnole et prendre le risque de perdre du capital investit. La politique de la Réserve fédérale à taux d’intérêt négatif, force les retraités à dépenser leur capital afin de pouvoir vivre. En d’autres termes, la politique de la Réserve fédérale détruit les économies personnelles des épargnants alors que ceux-ci sont obligés de dépenser leur capital afin de couvrir leur coût de la vie. En Juin, la Réserve fédérale a déclaré qu’elle allait continuer sa politique de descente des taux d’intérêts, cette fois-ci en se concentrant sur les bons du Trésor à long terme.

La Réserve fédérale a dit qu’elle achèterait 400 milliards de dollars de bons du Trésor à 30 ans. Faire baisser les taux d’intérêts signifie augmenter le prix de l’obligation. Avec des obligations sur 5 ans ne payant que 7/10 d’un % et des bonds à 10 ans ne payant que 1,6%, sous le taux officiel de l’inflation, les Américains maintenant désespérés de générer quelques revenus sur leurs investissements se rabattent sur les obligations à 30 ans qui paient actuellement 2,7% d’intérêts. Mais le prix de l’obligation étant très haut, cela peut générer des pertes de capital. 

La monétisation de la dette de la Réserve fédérale ou une chute de la valeur d’échange du dollar alors que des pays sortent du dollar pour ajuster leur compte de paiements, pourraient déclencher une inflation qui serait vite hors de contrôle de la Réserve fédérale. Lorsque les taux d’intérêts montent, les prix de l’obligation descendent. 

En d’autres termes, les bons du Trésor sont maintenant la bulle que représentaient l’immobilier, la bourse et les marchés dérivés auparavant. Lorsque cette bulle va exploser, les Américains en seront pour un nouveau choc dans leurs biens et économies. Cela n’a aucun sens d’investir dans des obligations à très long terme à taux d’intérêt négatif alors que le gouvernement accumule de la dette que la Réserve fédérale monétise et que les autres nations se retirent de l’inondation de dollars. 

La possibilité d’une augmentation de l’inflation est très importante dès lors que la dette est monétarisée ainsi que par l’exposition à une baisse de la valeur d’échange du dollar. Quoi qu’il en soit, les gérants de portefeuilles d’obligations se doivent de suivre le troupeau vers des maturités à bien plus long terme, ou voir leur performance en comparaison de leurs pairs descendre au fin fond des classements.

Quelques investisseurs particuliers et des banques centrales étrangères, anticipant la perte de valeur du dollar, accumulent des lingots d’or et d’argent. Réalisant le danger pour le dollar et sa politique pour l’augmentation rapide du lingot depuis 2011, la Réserve fédérale a contrecarré cela. Quand la demande physique du lingot fait monter le prix, des ventes de lingots sur le marché papier sont utilisées pour tirer les prix vers le bas. 

De manière similaire, lorsque les investisseurs commencent à fuir les bons du Trésor, causant une augmentation du taux d’intérêt, JP Morgan et autres dépendances de la Réserve fédérale, vendent du taux-d’intérêt swaps, ainsi contre-balançant l’effet sur les taux d’intérêt et les ventes d’obligations. (Gardez présent à l’esprit que les taux d’intérêt montent lorsque le prix des obligations chutent et vice versa). Le fait de savoir cela fait comprendre que mis à part le 1% de possédants, les revenus et la richesse des Américains subissent des chutes dramatiques dans les grandes largeurs.

De 2002 à 2011, l’économie a perdu 3,5 millions d’emplois manufacturiers. Ces boulots furent remplacés par des petits boulots à bas salaires de serveuses et de barmen (1 189 000), des boulots de services de santé ambulants (1 512 000) et des boulots d’assistance sociale (578 000). Ces boulots de remplacement dans les services domestiques veulent dire que sur une base nette, le revenu du consommateur américain est sorti du pays. 

De manière claire et évidente, la délocalisation du travail a diminué le revenu à disposition de la consommation américaine ainsi que le PIB, et de concert l’emploi. Malgré le manque fondamental d’une base économique solide, les aspirations hégémoniques de Washington demeurent inchangées. D’autres pays sont grandement amusés de l’inconscience de Washington. La Russie, la Chine, l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud (BRICS) forment un accord pour abandonner le dollar US comme monnaie de règlement international entre-eux.

Le 4 Juillet le quotidien China Daily a rapporté: “Des politiciens japonais et d’éminents universitaires chinois et japonais ont insisté Mardi pour que Tokyo abandonne sa politique étrangère rétrograde de pencher vers l’occident et d’accepter la Chine comme un partenaire clé aussi important que l'Amérique. 

Le consensus de Tokyo, une déclaration commune publiée à la fin du forum Pékin-Tokyo, a aussi appelé les deux pays à augmenter leurs échanges commerciaux et de promouvoir un accord de libre-échange entre la Chine, le Japon et la Corée du Sud.

Ceci veut dire que le Japon entre en lice.

Le gouvernement chinois, bien plus intelligent que celui de Washington, répond aux menaces militaires de Washington en écartant deux de ses plus grands alliés asiatiques. Alors que l’économie chinoise est maintenant aussi importante que celle de l'Amérique et possède une base bien plus solide, et alors que le Japon a maintenant bien plus d’échanges commerciaux avec la Chine qu’avec l'Amérique, la séduction est tentante. 

De plus, la Chine est voisine, Washington lointaine et noyée dans son arrogance. Washington qui a fait un bras d’honneur à la loi internationale et à sa propre loi et constitution, avec son arrogance et ses multiples guerres inutiles et illégales et avec ses certitudes d’avoir le droit de faire assassiner ses propres citoyens et ceux de ses alliés comme le Pakistan, ont fait de l'Amérique un Etat paria.

Washington contrôle toujours ses marionnettes de l’OTAN qu’elles a achetées et continue de soudoyer, mais ces marionnettes sont submergées par des problèmes de dettes dérivatives que leur a amené Wall Street et par leurs dettes souveraines, dont quelques unes furent couvertes par Goldman Sachs de Wall Street.

L’Europe tourne à vide et n’a pas d’argent pour financer les guerres hégémoniques de Washington.

Washington devient un élément détesté et isolé de la communauté mondiale. Washington a acheté l’Europe, le Canada, l’Australie, l’ancien état soviétique de Géorgie (et presque l’Ukraine) et la Colombie. Et elle continue ses efforts pour acheter le reste du monde, mais les sentiments se retournent contre l’Etat de Gestapo qui s’est montré être sans loi, sans pitié et totalement indifférent voire même hostile, à la vie humaine et aux droits de l’Homme. 

Un gouvernement, dont l’armée fut incapable d’occuper l’Irak avec l’aide du Royaume-Uni, après huit ans et fut obligé de mettre fin au conflit en faisant payer les insurgés par son armée afin qu’ils arrêtent de tuer des soldats américains et un gouvernement dont l’armée a été incapable de mettre à mal quelques milliers de Talibans légèrement armés après 11 ans, est très certainement au delà de ses capacités quant à organiser une guerre contre l’Iran, la Russie et la Chine.

La seule chance de Washington de prévaloir dans ce conflit qu’elle semble vouloir, serait d’utiliser la première les armes nucléaires, en prenant ses opposants diaboliques par surprise en les vitrifiant. En d’autres termes, en éliminant toute vie sur terre. Est-ce là le programme de Washington révélé par le va t’en guerre néo-conservateur, Bill Kristol, qui n’a eu aucune honte à demander publiquement : "Pourquoi avoir des armes nucléaires si vous ne pouvez pas les utiliser ?"

10 juillet 2012

La criminalité de Big Pharma n'est plus une théorie du complot : corruption, fraude, profits, gel des prix,... désormais une question de documents publics

Ceux d'entre nous qui ont longtemps été décrit à l'industrie pharmaceutique comme "racket criminel" au cours des dernières années ont été entièrement justifié par les dernières nouvelles. La société pharmaceutique Merck a été pris en flagrant délit par deux de ses propres scientifiques pour falsification de données d'efficacité de vaccin par les échantillons de sang en dopant avec les anticorps animale. GlaxoSmithKline vient d'être condamné à une amende modique de 3 milliards pour corrompre les médecins, en mentant au FDA, en cachant des données d'essai clinique et un marketing frauduleux. Pfizer, a été attaqué en justice pendant ce temps par les détaillants pharmaceutiques de la nation pour ce qui est allégué comme un "système général anti-concurrentielle" pour garder des médicaments génériques pour le cholestérol sur le marché et ainsi promouvoir ses propres profits.

La situation qui émerge est celle d'un criminel industriel pharmaceutique qui a tourné à la tactique de la mafia en l'absence de toute vraie science qui prouverait leurs produits pour être sûre ou efficace. L'émergence de cette preuve extraordinaire de la corruption, la fraude scientifique, le mensonge aux autorités de réglementation et les pratiques monopolistiques qui font prendre des gros risques aux consommateurs, font aussi tous ces médecins et "sceptiques" qui ont défendu Big Pharma et vaccins vont prendre leurs mots.

Défendre Big Pharma est, aujourd'hui, de défendre une clique des sociétés criminelles qui ont prouvé qu'ils feront tout - absolument tout - pour conserver leurs profits à tout prix. Il ne fait aucune différence qui ils doivent corrompre, ce qui font les études ils doivent falsifier, ou qui doit être menacé en silence. Ils ne reculeront devant rien pour étendre leur base de revenus, même si cela signifie de blesser (ou tuer) d'innombrables innocents.

Jetons un coup d'œil aux révélations récentes : GlaxoSmithKline plaide coupable à la corruption, la fraude et d'autres crimes

Il ce qui est maintenant la plus grande colonie de fraude criminelle jamais à sortir de l'industrie pharmaceutique, GlaxoSmithKline a plaidé coupable et accepté de payer 1 milliard de dollars en amendes pénales et 2 milliards de dollars en amendes civiles à la suite d'une enquête de neuf ans du gouvernement fédéral dans ses activités.

Selon les investigateurs fédéraux américains, GlaxoSmithKline (GSK) est coupable des faits suivants :

• Les médecins régulièrement corrompus avec les vacances de luxe et le fait de parler de payer des emplois occasionnels
• Falsification des données de sécurité des médicaments et mensonge à la FDA
• L'Assistance médicale escroquée sur des milliards
• Les régulateurs trompés sur l'efficacité de ses médicaments
• Pratiques mensongères pour gagner des milliards de dollars vendant des médicaments potentiellement dangereux aux consommateurs crédules et aux patients médicaux

Et c'est juste la partie qu'ils ont reçu l'action attrapée. GSK n'en nie même à aucun. La compagnie a payé simplement l'amende de 3 milliards de dollars, s'est excusée à ses clients et a continué sont business comme d'habitude.

À propos, en plus de la corruption des médecins, GSK a suffisamment de l'argent pour s'étendre autour de la corruption des célébrités et d'autres qui les souteneurs ses produits. La compagnie a payé censément 275.000 de dollars au médecin célèbre connu comme "Dr Drew," qui a promu l'antidépresseur psychotrope de Glaxo Wellbutrin.

Puisque le Wall Street Journal annonce :
En juin 1999, la personnalité populaire de Dr Drew Pinsky a utilisé la radio pour vanter les vertus de l'antidépresseur de GlaxoSmithKline Wellbutrin PLC, en disant qu'il le prescrit aux auditeurs et d'autres médications aux patients déprimés parce qu'il "peut améliorer ou ne pas réprimer au moins l'excitation sexuelle" autant que d'autres antidépresseurs le font.Mais une chose que les auditeurs ne savais pas c'est que les deux mois précédant la diffusion de l'émission de Dr Pinsky - qui a gagné la gloire puisque "Dr Drew" a co-orgganisé un conseil sexuel sur la radio populaire "Loveline" - a reçu le second des deux paiements de Glaxo totalisant 275.000 dollars pour les "services pour Wellbutrin."
Merck a falsifié les données des vaccins, des échantillons de sang dopés et plus, disent les anciens employés.

Selon les anciens virologues, Stephen Krahling et Joan Wlochowski, Merck est coupable des faits suivants :

• Falsification des données d'essai pour fabriquer un taux d'efficacité de vaccin de 95% ou plus.
• Dopage de l'analyse de sang avec les anticorps animales pour gonfler artificiellement l'apparence des anticorps du système immunitaire.
• Sous la pression des deux virologues à participer à la fraude suivi de dissimulation.
• Utilisation des résultats des essais falsifiés pour escroquer le gouvernement américain sur des centaines de millions de dollars pour un vaccin qui ne fournit pas de vaccination adéquate.
• Intimidation les scientifiques, les menaçant d'aller en prison à moins ils sont restés silencieux.

Les millions d'enfants mis en danger par Merck

Dans ce document deux virologues disent "être témoin de première main l'essai impropre et la falsification de données dans laquelle Merck s'est livré pour gonfler artificiellement les conclusions de l'efficacité du vaccin."

Ils prétendent aussi qu'à cause des résultats de vaccins falsifiés que "l'Amérique, au cours de la dernière décennie, a payé à Merck des centaines des millions de dollars pour un vaccin qui ne fournit pas l'immunisation adéquate... L'Amérique est de loin la plus grande victime financière de la fraude de Merck."

Ils continuent à montrer que les enfants sont les victimes réelles, cependant :
"Mais les victimes ultimes sont les millions d'enfants qui, chaque année, sont injectés avec un vaccin contre les oreillons qui ne leur fournit pas un niveau adéquat de protection.... L'échec vaccinale de Merck a permis cette maladie pour demeurer avec d'importantes épidémies à continuer à se produire."
La souche virale des oreillons de Merck à 45 ans !

Selon la plainte, Merck a utilisé la même souche d'oreillons - affaibli des générations d'être "un passage" - depuis les 45 ans passés ! La plainte dit :
"Depuis plus de 30 ans, Merck a eu une licence exclusive du FDA pour fabriquer et vendre un vaccin contre les oreillons en Amérique. Le FDA a approuvé d'abord le vaccin en 1967. Il a été développé par Dr Maurice Hilleman, à la facilité de recherche de Point Ouest de Merck, du virus des oreillons qui a infecté sa fille de cinq ans, Jeryl Lynn. Merck continue à utiliser cette souche du virus pour son vaccin aujourd'hui."
Une farce médicale totale

Ces renseignements ont l'air de démontrer le vaccin contre les oreillons de Merck pour être une farce médicale complète. On a montré que celui qui ont soutenu aveuglément les vaccins de Merck - les blogueurs scientifiques, "les sceptiques", les médecins, le CDC et même le FDA - sont des imbéciles qui ont détruit maintenant leurs réputations en dérapant avec une industrie maintenant connue être dominée par la fraude scientifique et la criminalité sans précédant.

C'est la partie vraiment hilarante dans tout cela : Après les décennies des médecins, scientifiques et autorités gouvernementales ont aveuglément et idiotement répété la même rengaine de "l'efficacité de 95%," tout cela se révèle être des foutaises de charlatanisme totales. Et des toutes ces centaines des millions d'Américains qui font la queue pour être injectés avec les vaccins ROR étaient tous à plusieurs reprises et complètement escroqué dans le fait de nuire potentiellement eux-mêmes en ne recevant aucun avantage médical.

Les lecteurs intelligents de Natural News informés, les parents scolaires de famille et les personnes réveillées ont dit "NON !" aux vaccins émergent maintenant comme les vainqueurs dans tout cela. En refusant d'être injectés avec les vaccins de Merck, ils ont évité d'être assaillis avec un cocktail frauduleux de produits chimiques adjuvant et toutes les souches d'oreillons inutiles après 4 décennies. Ils ont protégé leur temps, argent et santé. Ceux qui refusent d'être physiquement violés par les vaccins se révèlent, encore une fois, être les personnes les plus intelligents dans la société. Pas étonnant qu'ils ont également tendance à être en meilleure santé que les imbéciles désemparés qui vont se faire piquer chaque année.

"Merck a dénaturé frauduleusement l'efficacité de son vaccin et a contribué à la propagation de maladie infectieuse," déclare le procès

Les chiffres sur  l'efficacité du vaccin falsifiés ne sont pas les seuls problèmes auxquels Merck fait face maintenant. Peu de temps après ce qui précède le False Claims Act a été rendu publique. Chatom Primary Care a poursuivi en justice Merck.

Il affirme que :

• Merck engagé dans un programme ... depuis une décennie à falsifier et de déformer la véritable efficacité de son vaccin.
• Merck représentée frauduleusement et continue de représenter faussement dans son étiquetage et d'ailleurs que son vaccin contre les oreillons a un taux d'efficacité de 95% et plus.
• Merck sait et a fait des pas affirmatifs pour dissimuler - en utilisant des techniques d'essai impropres et une falsification des données d'essai - que son vaccin contre les oreillons est et a été depuis au moins 1999, loin des 95% efficaces.
• Merck a conçu une méthodologie d'essai qui a évalué son vaccin contre une souche moins virulente du virus des oreillons. Après que les résultats ont manqué de produire l'efficacité désirée de Merck, Merck a abandonné la méthodologie et a dissimulé les conclusions de l'étude.
• Merck s'est également engagé à "intégrer l'utilisation des anticorps d'origine animale à gonfler artificiellement les résultats ... détruire des preuves des données falsifiées et en mentant alors à un enquêteur FDA ... menacé un virologue de la division du vaccin de Merck de prison si il a signalé la fraude à la FDA. "
• Merck a conçu une méthodologie d'essai qui a évalué son vaccin contre une souche moins virulente du virus des oreillons. Après que les résultats ont manqué de produire l'efficacité désirée de Merck, Merck a abandonné la méthodologie et a dissimulé les conclusions de l'étude. Alors que Merck a conçu la méthodologie encore plus dégradé scientifiquement, cette fois en intégrant l'utilisation des anticorps animales pour gonfler artificiellement les résultats, mais il a manqué aussi d'accomplir le taux d'efficacité fabriqué par Merck. Mis en présence de deux méthodologies ratées, Merck a falsifié alors les données d'essai pour garantir les résultats qu'il a désirés. Ayant accompli son désir, bien que falsifié, le seuil d'efficacité, Merck a soumis ces résultats frauduleux au FDA et à l'Agence de la Médecine européenne.
• Merck a pris des mesures pour dissimuler les traces de ses essais frauduleuse en détruisant des preuves des données falsifiées et en metant alors à un enquêteur FDA ... Merck a également tenté d'acheter le silence et la coopération de son personnel en leur offrant des incitations financières à suivre la direction du personnel de Merck qui supervisent le processus de test frauduleuse. Merck a également menacé ... Stephen Krahling, un virologue de la division du vaccin de Merck de 1999 à 2001, avec emprisonnement si il a signalé la fraude à la FDA.
• "Merck a continué à dissimuler ce qu'il était au courant de l'efficacité diminuée de son vaccin contre les oreillons même après les épidémies d'oreillons significatifs en 2006 et 2009."

L'administration Obama a aucun intérêt à la justice réelle

Une autre note intéressante dans tout cela est que sous la présidence d'Obama, le Département américain de la Justice n'a montré aucun intérêt pour l'enquête sur Merck de la déposition du False Claims Act par deux de ses anciens virologues. En dépit de l'évidence convaincante de fraude décrite en détail par l'initié whistleblowers, le Ministère de la Justice d'Obama, mené par le Procureur général dirigeant, Eric Holder, qui fait face déjà aux questions sérieuses sur l'opération Fast & Furious, a voulu simplement ignorer la plainte de False Claims Act.

Quand l'évidence de fraude criminelle a été apportée avant le Ministère de la Justice américaine, en d'autres termes, le Département américain de la Justice a regardé dans l'autre sens avec un clin d'oeil et un signe de tête aux crimes médicaux survenant directement sous leurs nez. Qui se soucie si les dizaines de millions d'enfants sont injectées année après année avec un vaccin contre les oreillons frauduleux ? Il y a de l'argent à faire, après tout, et d'exploiter les corps des petits enfants pour le profit est tout simplement le statu quo dans une nation fasciste dominé par les intérêts des entreprises.

Pfizer poursuivi par les détaillants sur le programme anti-concurrentiel

Ajoutant à tout cela, Pfizer a maintenant été poursuivi en justice par des détaillants américains qui accusent cinq pharmacies de la société des pratiques commerciales monopolistiques. Selon le procès, Pfizer a conspiré à prévenir des versions génériques de son médicament de cholestérol de superproduction Lipitor d'entrer sur le marché. Cela a été fait pour protéger des milliards dans les profits en s'assurant que les patients n'avaient pas d'accès aux médicaments de cholestérol plus abordables. Pfizer vend près de 10 milliards de dollars de Lipitor chaque année.

Selon le rapport de Reuters sur ce procès, Pfizer est accusé des faits suivants :

• Obtention d'un brevet frauduleux
• Engagement dans les litiges d'imposture
• Saisie d'un accord de gel des prix de retarder les génériques moins cher
• Saisie des arrangements avec les gestionnaires de prestations pharmaceutiques pour forcer les détaillants à acheter plus de Lipitor (nom chimique est l'atorvastatine calcique)

Aucune arrestation ou de poursuites des cadres supérieurs Big Pharma

Une des réalisations les plus étonnantes dans tout cela est que, étant donné toute la fraude criminelle, la corruption, les fausses déclarations, se trouvant à la FDA, le gel des prix et d'autres crimes qui sont en cours dans l'industrie pharmaceutique, vous ne le pensez que quelqu'un quelque part pouvait être arrêté et accusée d'un crime, non ?

Non.

À ce jour, pas un PDG pharmaceutique unique, des employés de marketing ou de représentant des médicaments a été accusé quoi que ce soit lié à toute cette fraude. En Amérique, les employés des sociétés pharmaceutiques sont "hors-la-loi", tout comme des chefs mafieux principaux d'une époque passée.

Quelle folie est-ce, exactement ? Considérez ceci :

Imaginez si VOUS, un individu, avez fait le tour des médecins municipaux corrompus, la falsification des données, la vente d'un produit frauduleux au gouvernement, le fait de mentir aux régulateurs, le fait de se livrer dans le gel des prix et la menace de vos employés dans le silence. Qu'est-ce qui vous arriverait ?

Vous seriez probablement déposée à pourrir en prison, le sujet d'une enquête de Police judiciaire fédérale et des poursuites judiciaires.

Alors, pourquoi est-ce acceptable pour une société multi-milliardaire pour mener à bien ces mêmes crimes et s'en tirer avec ça ? Pourquoi les PDG des sociétés pharmaceutiques principaux ont donné un laissez-passer gratuit pour commettre des crimes crime et de fraude sans fin?

Je vous dirai pourquoi et vous n'allez pas comme la réponse : Puisque l'Amérique est devenue une nation dirigée par les escrocs à l'intention des escrocs. C'est un grand country-club et en tant que comédien George Carlin avait l'habitude de dire, "Tu n'es pas dedans !"

Si Big Pharma aurait falsifié les données sur les vaccins, que va faire l'industrie ?

J'espère que vous obtenez le tableau d'ensemble dans tout cela, mes amis. Si ces sociétés pharmaceutiques ont couramment soudoyé les médecins, de falsifier des données, escroquer le gouvernement et commettre des crimes sans pitié, quoi d'autre seraient-ils prêts à faire du profit?

Serait-ils :

• Falsifier des données d'efficacité sur d'autres médicaments sur ordonnance ?
• Exploiter des enfants pour les procès de vaccin mortels ?
• Inventer des maladies fictives pour vendre plus de médicaments ?
• Lâcher des armes biologiques pour provoquer une pandémie rentable ?
• Conspirer avec le CDC à étendre la peur de promouvoir des vaccins ?
• Le silence des délateurs qui essaient de rendre publique la vérité ?
• Inoculer le cancer aux personnes via les virus de discrétion dans les vaccins ?
• Détruire les carrières de scientifiques médicaux qui mettent en doute Big Pharma ?
• Forcer un monopole médical sur la population entière américaine par voie législative des soins de santé socialiste?

Mais évidemment, ils le feraient. En fait, l'industrie fait toutes ces choses immédiatement. Et si vous ne me croyez pas, souvenez-vous juste qu'il y a cinq ans, personne ne m'a cru quand j'ai dit que les sociétés pharmaceutiques ont été engagées dans les conspirations criminelles pour escroquer la nation - quelque chose qui a été prouvée maintenant sur une enquête de 9 ans. 

8 juillet 2012

EXPLOSIF ! Scandale bancaire révélé !

Le Libor vient de mettre au jour comment les banques manipulent les taux d’intérêts mondiaux de référence.

Le récent scandale bancaire, qui avait avant ce jour surtout éclaboussé la banque Barclays au Royaume-Uni, s’étend maintenant au coeur du système financier mondial. Il y est révélé comment une poignée de banques géantes manipule le marché dit "libre" pour accroître leurs profits et les fortunes de leurs gestionnaires et de leurs gros investisseurs. En fait, on est devant un pillage économique dont le résultat est le chômage de masse, la pauvreté et une inégalité sociale grandissante.

De nombreuses grandes banques ont suivi la Barclays qui, la semaine passée, a été la première à admettre qu’elle avait manipulé le plus important indice des taux d’intérêt internationaux, le Libor (pour London Interbank Offered Rate), le taux interbancaire de référence sur le marché londonien. Le Libor, qui est fixé quotidiennement, est censé indiquer le taux d’intérêt moyen auquel les grandes banques se prêtent mutuellement de l’argent à court terme. Le Libor sert de référence pour les taux d’intérêt des prêts personnels et des prêts pour investissement, ce qui affecte des centaines de millions de personnes partout dans le monde.

Le taux du Libor influence les taux d’environ 360.000 milliards de dollars en prêts et en échangess sur faillite. Il a un impact sur les contrats à terme négociés à la Bourse de commerce de Chicago dont le volume quotidien des transactions est supérieur à 564.000 milliards de dollars.

Le Libor, et son homologue basé à Bruxelles, l’Euribor (le taux interbancaire de référence sur le marché européen), qui est également la cible de manipulation bancaire, sont utilisés pour calculer le taux de prêts hypothécaires, de prêts étudiants et de cartes de crédit s’élevant à 10.000 milliards de dollars. Environ 90 pour cent des prêts commerciaux et hypothécaires américains sont liés à cet indice.

Dans les mots d’un commentateur du Financial Times, manipuler le Libor correspond à contaminer l’eau courante.

Dans un accord à l’amiable passé avec l’Autorité britannique des services financiers, l’Autorité américaine de régulation des marchés à terme et dérivés et le Département américain de la Justice, Barclays, la quatrième plus grande banque du monde en termes d’actifs, a admis la semaine passée avoir commis des erreurs. Elle a accepté de verser un total de 453 millions de dollars aux trois agences pour avoir tenté de manipuler le taux du Libor entre 2005 et 2009.

Les rapports publiés par ces trois services renferment des courriels, des SMS et des conversations téléphoniques montrant qu’entre 2005 et 2007 la banque avait sciemment présenté à la direction du Libor de fausses évaluations, le plus souvent trop élevées, des taux d’intérêt auxquels elle empruntait aux autres banques. La Barclays répondait ainsi aux demandes de sa section chargée des produits dérivés qui avec ses données faussées pouvait tirer profit de leurs paris sur les swaps par défaillance et autres dérivés.

Entre 2007 et 2009, au plus fort de la crise financière mondiale, la banque a volontairement sous-estimé les coûts d’emprunts des autres banques dans les chiffres qu’elle envoyait à la direction du Libor dans le but de mieux dissimuler la vulnérabilité de sa situation financière.

Ce genre de pari sur les taux du Libor et de l’Euribor (ainsi que sur le Tibor, basé à Tokyo) a été pratiqué par pratiquement toutes les grandes banques internationales. Une douzaine de régulateurs de par le monde sont en train d’enquêter sur 12 à 20 autres banques, dont le conglomérat bancaire HSBC, la Royal Bank of Scotland en grande partie propriété d’État, la Deutsche Bank, le Crédit Suisse, la UBS, JPMorgan Chase, Citigroup, Bank of America, la Banque de Tokyo-Mitsubishi et Sumitomo Mitsui. On s’attend à ce que d’autres accords soient conclus suivant l’exemple de l’arrangement passé entre Barclays et les agences de régulation au courant de la semaine prochaine.

Ce complot des banquiers a un très réel et immense impact sur la vie des gens ordinaires. D’innombrables milliards ont en fait été volés aux nouveaux propriétaires de maisons et d’immeubles ou aux détenteurs d’hypothèques à taux variables, de cartes de crédit, aux détenteurs de prêts étudiants, au financement de petites entreprises ou autres consommateurs chaque fois que les banques ont fixé le Libor de manière artificiellement élevée. Le Wall Street Journal a souligné jeudi qu’un taux d’intérêt trop élevé de 0,3% se traduisait par une augmentation de 100 dollars du remboursement mensuel sur un crédit hypothécaire à taux variable de 500.000 dollars.

La sous-estimation du taux du Libor a, d’autre part, coûté aux détenteurs d’obligations qui ne font pas partie du complot, d’innombrables milliards en rendement de moins. Sont concernés les gouvernements fédéraux ou locaux qui ont diminué les déficits budgétaires en supprimant drastiquement les emplois, en réduisant considérablement les salaires et les services publics. Sont concernés aussi les fonds de pension et les retraités disposant de placements fixes et dont les revenus furent substantiellement réduits.

L’arrangement convenu avec Barclays est un blanchiment permettant aux directeurs des banques de se tirer d’affaire et de dissimuler la complicité des gouvernements et des régulateurs bancaires dans cette escroquerie. L’amende de 453 millions de dollars est une portion infinitésimale des milliards que Barclays a gagné illégalement au cours des années en falsifiant ses taux d’intérêt du Libor et de l’Euribor. Ce n’est pas cher payé pour permettre ce qui en essence est une opération criminelle en continu.

En dépit de courriels et autres preuves du contraire, les régulateurs ont conclu qu’ils ne pouvaient déterminer si les directeurs de Barclays étaient impliqués dans la fraude. L’accord à l’amiable d’un montant de 160 millions de dollars conclu avec le Département américain de la Justice a exonéré la banque de poursuites pénales. Aucun responsable de Barclays ou d’une autre banque n’a à ce jour eu à faire face à des poursuites criminelles ou a fait l’objet de poursuites civiles. Y compris, le directeur exécutif Robert Diamond, qui a démissionné mardi.

L’année dernière, Diamond a eu près de 39 millions de dollars de rémunération totale. Depuis qu’il est arrivé en 2005 à la direction de Barclays, il a empoché un salaire totalisant 311,7 millions de dollars de bénéfices, de primes et de dividendes. Il y a moins d’un an, Diamond, qui a été convoqué mercredi devant le Comité du Trésor britannique de la Chambre des communes a dit à cette occasion que le temps des remords et des excuses des banques était révolu.

L’une des raisons pour lesquelles les gouvernement américain et britannique et les régulateurs voulaient balayer aussi vite que possible le scandale sous le tapis est qu’ils sont directement impliqués.

Des accusations selon lesquelles les banques manipulaient le Libor furent avancées au moins dès 2007 et furent ignorées par les gouvernement américain et européen ainsi que les régulateurs. En fait, ils avaient encouragé les banques à soumettre des chiffres de taux d’intérêt bas après l’éruption de la crise financière en 2007 afin de cacher l’ampleur de la crise et de protéger l’élite financière. Barclays estime que Paul Tucker, le vice-gouverneur de la Banque d’Angleterre, avait suggéré en octobre 2008 à Diamond que ses chiffres présentés à la direction de Libor étaient trop élevés.

Le Libor en soi est un produit de déréglementation des banques effectuée au cours de ces 30 dernières années par les gouvernements capitalistes de tous bords, se disant de gauche aussi bien que conservateurs. Lancé au milieu des années 1980, c’est un bel exemple de l’auto-régulation, un euphémisme pour donner aux banques un blanc-seing pour manipuler les marchés et piller la population.

Le Libor est présidé par l’Association des banquiers britanniques, un groupe de pression du service bancaire privé actuellement dirigé par le président de Barclays, Marcus Agius. Dix-huit des plus grandes banques du monde présentent tous les matins à la direction du Libor des données sur les prêts pour contribuer à fixer le taux mondial auquel leurs propres paris commerciaux sont liés. Ces mêmes banques contrôlent la BBA.

Le Libor, comme beaucoup d’autres mécanismes du marché, est intrinsèquement corrompu et criblé de conflits d’intérêts.

Toute affirmation que ce creuset d’avarice et de corruption peut être réformé est le produit de l’ignorance, de l’aveuglement et de la tromperie. Les banquiers qui ont fraudé doivent être poursuivis en justice et leurs fortunes, obtenues de manière illégale, doivent être saisies et utilisées pour fournir de l’aide aux chômeurs, aux sans-abris et à tous ceux qui sont victimes de la mafia financière.

Le sort de l’humanité, l’allocation rationnelle et progressiste des ressources pour profiter aux habitants du monde et empêcher une nouvelle situation de dévastation sociale, requièrent l’expropriation des banques par la classe ouvrière et leur transformation en institutions publiques démocratiquement contrôlées et gérées dans l’intérêt des besoins sociaux et non des profits privés.

2 juillet 2012

AVERTISSEMENT - Le nombre d'usurpations de plaques d'immatriculation explose !

Qu'est-ce que la doublette ? Il s’agit de l’arnaque en vogue qui consiste à usurper votre plaque d’immatriculation afin que les PV destinées à l’escroc vous soient adressées.

Cela vous est-il peut-être déjà arrivé ? Recevoir une contravention qui ne vous était pas destinée. Même nom, même modèle de voiture, même plaque minéralogique. Pourtant vous n'avez rien à vous reprocher. Vous avez été victime, de ce que les policiers appellent, une "doublette". Quelqu'un a usurpé votre plaque minéralogique pour commettre des infractions ou n'a pas changé l'immatriculation du véhicule que vous lui avez vendu. Ces usurpations de plaques peuvent parfois entraîner des situations dramatiques.

Nantes, vendredi dernier à 9 heures, Aurélien, 27 ans attend devant le tribunal. Il porte plainte contre l'un de ses anciens collègues à qui il a vendu sa voiture. 10 mois plus tard, il reçoit les premiers PV majorés de stationnement... il y en aura 113 en 6 mois. L'acquéreur n'a changé ni la carte grise ni la plaque d'immatriculation du véhicule. Aujourd'hui ce sont des dommages et intérêts que réclame ce peintre en bâtiment à l'auteur des infractions qu'il connaît. C'est rare.

Christian lui n'a pas cette chance. Ce demandeur d'emploi de 56 ans a vendu sa voiture à un garage, il y a 3 ans. Aujourd'hui, il reçoit des PV majorés de 375 euros que ce vendéen conteste. En vain. Le Trésor Public lui a saisi ses comptes, il a même reçu la lettre d'un huissier alors qu'il avait contesté les infractions : "on a le sentiment de ne pas être entendu. J'ai le sentiment de me battre sans arrêt pour rien". Au bout d'un an et demi, le cas de Christian n'est toujours pas réglé.

Pour venir en aide à ces victimes, Daniel a crée en janvier dernier l'association ANDEVI... 3 à sa création, ils sont aujourd'hui 2.800 adhérants et sympathisants.

Les policiers eux aussi confrontés à cette recrudescence de "doublettes"

En Ile-de-France, le nombre d'affaires concernant les doublettes, l'usurpation et les fausses plaques d'immatriculation a été multiplié par 3 ces 5 dernières années.

En cause : l'automatisation des contrôles routiers qui évite aux auteurs d'infractions d'être au contact de policiers. Des auteurs, membres du grands banditisme, voyous de quartiers ou simple citoyen mal-veillant, très difficiles à appréhender explique Thierry Galy, chef de la sûreté du Val de Marne : "La doublette parfaite c'est deux véhicules identiques : même plaque d'immatriculation, même modèle, même couleur, même année... il est très difficile de les repérer. D'autant que le fichier d'identification des véhicules dont se servent les policiers attribuera les deux voitures au même propriétaire". Une opération facilitée par Internet. Aujourd'hui, n'importe qui peut commander une plaque d'immatriculation sur la toile ou chez des commerçants et garagistes pour la modique somme de 13 euros, sans qu'on lui demande sa carte grise.

Pourquoi est-ce si difficile de contester une "doublette" ?

D'abord parce que votre cas dépend de trois ministères qui ne communiquent pas toujours entre eux : l'Intérieur, la Justice et le Trésor Public. Le commissaire Julien Riffard, ancien officier du ministère public, les policiers chargés de régler ces contentieux : "Le système administratif et le système judiciaire fonctionnement en parallèle. Une contestation peut-être faite auprès du ministère public sans que la justice en soit informée ou elle a dépassé les délais et la machine se met en branle. Il est très difficile de l'arrêter d'autant que tout est aujourd'hui automatisé".

Il est également difficile d'obtenir gain de cause en tant que victime car c'est à vous de prouver votre bonne foi, preuves à l'appui. Même si la démarche s'apparente à un parcours du combattant, généralement elle aboutit.

Les ministères de l'Intérieur et de la Justice étudieraient des solutions pour remédier à ces dysfonctionnements... Une loi devrait d'ailleurs être adoptée d'ici la fin de l'année pour annuler l'obligation de déposer une consignation, c'est-à-dire de payer dans certains cas l'équivalent du montant de l'amende en cas de contestation.

Carte grise : le très grand n’importe quoi - Nombreuses failles découvertes !

Auto Plus lève le voile aujourd’hui, en dénonçant les dérives absolument incroyables au sujet des cartes grises en France.

Ca va faire du bruit. C’est une affaire absolument incroyable. Depuis le 15 octobre 2009, les cartes grises ne sont plus établies uniquement par les préfectures et les sous-préfectures. Des garages, des centres auto, des buralistes, peuvent également faire une carte grise. On pouvait croire que ces intervenants privés étaient des relais des préfectures, et que l’établissement des papiers de la voiture restait sous l’autorité préfectorale. Et il n’en est rien.
  • Qu’est ce que ça change ?
Tout ! Parce que, lorsque vous faites faire aujourd’hui une carte grise chez un buraliste, ou dans un garage, l’employé qui est devant vous saisit les documents que vous lui présentez, « entre » les données, et établit la carte grise. Alors qu’en préfecture – qui est un lieu d’autorité policière –, les documents que vous fournissez sont contrôlés. Et notamment votre carte d’identité... Résultat : sur la base de justificatifs complètement farfelus, ou falsifiés, vous pouvez aujourd’hui obtenir une carte grise. Et une carte grise tout à fait légale, établie dans les formes, sans aucune contestation possible quant à sa validité.
  • Quelles conséquences ?
Deux choses : d’abord, vous pouvez avoir des justificatifs de domicile fantaisistes, avec une adresse « bidon », et une identité également bidonnée. Ce ne sera pas forcément vérifié. Et tous vos PV seront expédiés à l’adresse bidon, ou à un conducteur qui n’existe pas. Et comme ce seront les seuls noms, et la seule adresse entrée dans la base informatique de l’Administration, il deviendra impossible de vous pister, et de vous retrouver. ensuite, c’est aussi un moyen de « blanchir », et de remettre en circulation, des voitures au passé douteux. Et notamment des voitures volées. Vous les réintroduisez sur le marché sans difficulté. Et vous leur redonnez, très facilement, une légalité... irréfutable.
  • Comment le journaliste d’Auto Plus est-il arrivé à ce constat ?
En faisant une enquête de terrain. Il s’est rendu dans différents centres auto, avec des photocopies de papiers d’identité. Dans 30% des centres visités, sa demande est passée comme une lettre à la poste, sans aucune vérification.
  • Comment l’Administration a-t-elle pu négliger cet aspect des choses ?
Grand mystère... En attendant, c’est une porte grande ouverte pour ne plus payer ses PV, au moment où l’état montre les dents pour, au contraire, traquer tous les resquilleurs. Quant aux bandes de vol organisées, qui désormais ont de grandes facilités pour « blanchir » une voiture au passé douteux, c’est extrêmement surprenant que l’Administration n’y ait pas songé.

Source : France Info (2009 - 2011)