Recherche

22 juin 2015

AVERTISSEMENT - Les signes de turbulences financières dans le monde font surface - Avis de tempête pour le monde de la finance


Comme nous avançons vers la seconde moitié de 2015, des signes de turbulences financières apparaissent partout dans le monde. En Grèce, une panique bancaire à part entière se produit en ce moment. Environ 2 milliards d'euros ont été retirés des banques grecques en seulement 3 jours. Barclays affirme que les contrôles de capitaux sont imminentes, sauf si un accord sur la dette est abouti, et il ya des rapports que les préparatifs sont en cours pour un jour férié bancaire en Grèce. Pendant ce temps, les actions chinoises chutent absolument. L'indice composite de Shanghai a baissé de + de 13% cette semaine seulement. Cela a été la plus forte baisse hebdomadaire depuis l'effondrement de Lehman Brothers. Les stocks américains ne sont pas encore en chute libre, mais nous avons assisté à une des plus grands flux de sorties de capitaux des marchés obligataires que nous avons jamais vu sur une semaine. Lentement mais sûrement, nous commençons à voir la mise sûre se diriger vers les sorties. Comme un directeur de fonds suédois s'est exprimé récemment, chacun veut éviter d'être attrapé sur le côté faux des marchés dès que le troupeau se rend compte que les valeurs sont surévaluées.

Je ne crois pas que la plupart des personnes comprennent comment les choses sérieuses sont déjà arrivées. En Grèce, une quantité monstrueuse de fonds a été retiré des banques que la Banque centrale européenne (BCE) reconnaît que les banques grecques peuvent ne pas être capables d'ouvrir lundi …
La BCE a dit lors d'une réunion entre ministres des Finances de la zone d'euro, jeudi, qu'il n'était pas sûr si les banques grecques, qui ont subi de gros retraits de dépôts quotidiens, seraient capables d'ouvrir lundi selon les fonctionnaires avec la connaissance des pourparlers.

Les épargnants grecs ont retiré environ 2 milliards d'euros des banques sur 3 jours, avec les retraits en accélération rapide depuis les pourparlers entre le gouvernement et ses créanciers qui se sont effondrés ce week-end selon les sources bancaires à Reuters.
Partout dans les médias sociaux, les personnes partagent des photos de longues files aux guichets automatiques grecques en tant que citoyens ordinaires se précipitent pour obtenir leurs liquidités sur les banques en difficulté. Voici des exemples en images ...



Et si il n'y a aucun accord sur la dette d'ici la fin de ce mois, la crise de la dette grecque sera totalement hors de contrôle et le chaos financier va commencer à éclater dans toute l'Europe. Mais au lieu d'essayer d'être raisonnable, le président de l'UE, Donald Tusk, a émis un ultimatum à la Grèce, et il semble presque comme si les responsables européens sont plus préoccupés par gagner un rapport de force que ce qu'ils sont sur le éviter une catastrophe financière ...
Le président de l'UE, Donald Tusk, a émis un ultimatum à la Grèce, affirmant que le pays doit accepter une proposition ou la faillite lors d'un sommet d'urgence prévu pour lundi - dans un ultime effort pour arrêter la nation surendettée de sortir de l'euro.

"Nous sommes à proximité du point où le gouvernement grec devra choisir entre accepter ce que je crois est une bonne offre de soutien continu ou de se diriger vers la faillite," a déclaré aujourd'hui M. Tusk.

Ses commentaires viennent en tant que Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a averti que la sortie de la zone euro de son pays déclencherait l'effondrement de la monnaie unique.

"Le célèbre Grexit ne peut pas être une option non plus pour les Grecs ou l'Union européenne," a-t-il déclaré dans une interview à un journal autrichien.

"Ce serait une étape irréversible, ce serait le début de la fin de la zone euro."

Bien que tout cela dure depuis, la bulle du marché boursier obscène en Chine a commencé à imploser selon Zero Hedge et confirmé par Médiapart [...] et pendant ce temps, le flux monétaire américain sur les obligations circule à un rythme stupéfiant. La citation suivante est originaire de la Bank of America ...
"Les fonds de crédit de haut niveau ont subi leurs plus grands flux sortants cette année et double la semaine précédente (et aussi le plus grand depuis juin 2013). Les flux de haut rendement s'étaient envolés vers 1.1 milliard de dollars, la plus grande hausse depuis le début de l'année. Cependant, les fonds d'obligations du gouvernement ont le plus souffert au milieu de la flambée récente de la volatilité, avec les flux sortants montant au plus haut niveau jamais enregistré (2.7 milliards de dollars). Cela porte les totaux du flux sortant des fonds de revenu fixe à presque 6 milliards de dollars au cours de la semaine dernière, le plus haut depuis le pic de crise et le troisième plus grand flux sortant jamais enregistré."
Ce que cela signifie est que de gros problèmes se préparent dans les marchés obligataires. Ceci est quelque chose que je met en garde dans mon précédent article intitulé : "Les experts avertissent que la bulle obligataire globale de 76 trillions de dollars est sur le point d'exploser".

Pour le moment, les stocks américains se portent bien. Mais presque tout le monde peut voir que nous dans une bulle financière massive qui pourrait éclater à tout moment. Le candidat présidentiel Donald Trump dit que ce que nous assistons est une "grosse bulle économique et financière massive comme vous ne l'avez jamais vu auparavant" ...
Hier, lors d'une interview sur MSNBC, le candidat présidentiel, Donald Trump, a dit qu'il a quelques grands noms à l'esprit pour le secrétaire du Trésor si il gagne la Maison Blanche. "Je voudrais gars comme Jack Welch. Je veux des gars comme Henry Kravis. Je serais ravi d'apporter mon ami Carl Icahn." Il a également exprimé l'avis sur l'économie et le marché boursier, en admettant que la Réserve fédérale a bénéficié des mecs comme lui, mais que l'économie et est dans une "grosse bulle économique et financière immense comme vous ne l'avez jamais vu auparavant."
Ron Paul estime également que cette bulle financière va très mal finir. Il suffit de consulter ce qu'il a dit sur CNBC plus tôt cette semaine ...
En dépit des niveaux record sur le marché, l'ancien représentant, Ron Paul, a dit que les politiques monétaires faciles de la Réserve fédérale ont laissé actions et les obligations sont sur le point d'un effondrement massif.

"Je suis sur le cul de voir comment la Réserve fédérale peut faire des ravages avec le marché", a déclaré Paul sur Futures Now de la CNBC faisant référence à la hausse jeudi dans les stocks. Le S&P 500 a clôturé à moins de 1% outre de son plus haut historique. "Je regarde comme étant très instable."

Dans les yeux de Paul, "l'erreur de la planification économique a créé une telle bulle épouvantable dans le marché obligataire qu'il est seulement une question de temps avant la chute. Et quand il le fait, il va mener au chaos les marchés boursiers".
Oui, cette bulle financière a persisté bien plus longtemps que beaucoup croyaient possible, mais toutes les bulles irrationnelles finiront par éclater.

Et vous savez ce qu'ils disent - plus ça vient plus ça pète !

Lorsque cette bulle financière gigantesque implosera enfin, ça va être absolument terrible, et toute la planète sera bouleversée par ce carnage.

Article traduit sur TEC

20 juin 2015

Que faire en cas de black-out ?

Un black-out est une coupure de courant électrique à grande échelle perturbant la vie quotidienne et l'économie (en 2003, une partie de l'Amérique du Nord a essuyé un black-out de grande ampleur suite à une chute de réseau)

Que se passerait-il si les survivalistes avaient raison depuis le début ? Ce docu-fiction d'anticipation nous dévoile ce qui pourrait arriver si les Etats-Unis étaient victimes d'un cyber-terrorisme et subissaient une panne de courant générale. Préparez-vous à découvrir un scénario qui fait froid dans le dos...

15 juin 2015

Brûlez votre carte d'électeur !

L’un de ces citoyens déçu de la politique actuelle a pris la décision radicale pour ne plus voter : c'est brûler sa carte d’électeur pour dénoncer le gouvernement qu’il considère comme une dictature. Les 100 raisons d'arrêter de voter et de dire STOP et BASTA ! Ne plus voter, c'est sortir le carton rouge face à cette politique minable qui envoie le pays droit dans le mur et ne respecte même plus ses citoyens français. Quant est-ce que ça va péter ?


14 juin 2015

Pour quelques degrés de plus

L'incertitude est le maître mot des scientifiques lorsqu'on leur demande d'évaluer l'exposition de nos sociétés au risque climatique. Or, celle-ci est parfois utilisée dans le débat public pour justifier l'inaction face au changement climatique. Voilà pourquoi, dans ce document montre que les risques de l'action face au risque climatique sont sans commune mesure avec ceux, dramatiques, qui résulteraient de l'inaction. Sa démonstration se fonde sur une connaissance exceptionnelle de la négociation climatique internationale et des instruments comme les marchés de permis d'émission dont le fonctionnement est expliqué avec rigueur et illustré par de nombreux exemples.

Dans cinquante ans, la température de notre planète aura augmenté, c’est n’est plus une question, c’est une certitude. Le réchauffement climatique n’est pas pour demain, il a déjà commencé. L’enjeu est de limiter cette hausse à 2 degrés contre 8 prévus à la fin de ce siècle. Si dès aujourd’hui nous ne changeons pas nos habitudes de vie, la catastrophe est inéluctable : 4 milliards d’humains manqueront d’eau, et d’autres seront touchés par les inondations. Si nous voulons qu’en 2050 notre planète soit vivable, alors que nous serons 9 milliards d’hommes sur la Terre, nous devrons avoir divisé par 4 nos émissions de gaz à effet de serre. C’est le grand défi du XXIe siècle. Seule planche de salut : une diminution drastique et radicale de notre consommation d’énergies fossiles : pétrole, charbon et gaz. Habitat, transports, production industrielle et agricole, consommation… nous devons tout repenser. Quel sera le scénario des décennies à venir ?

Sous la forme d’un documentaire, le réalisateur a choisi d’illustrer et relayer l’action et le combat de l’ancien vice-président Al Gore, qui depuis cinq ans sillonne le monde pour persuader ses concitoyens de l’urgente nécessité de réagir avant qu’une catastrophe planétaire ne survienne : un dérèglement majeur du système climatique.

Notre planète est menacée de mort, le compte à rebours a commencé. La communauté scientifique internationale s'accorde pour dire qu'il nous reste à peine dix ans pour éviter une catastrophe générale – un bouleversement majeur du système climatique entraînant des perturbations météorologiques extrêmes, des inondations, de longues périodes de sécheresse, des crues, des épidémies, des vagues de chaleur meurtrières d'une ampleur sans précédent.

L'humanité est assise sur une bombe à retardement. Les savants du monde entier s'accordent pour dire qu'il nous reste à peine dix ans pour éviter une catastrophe planétaire - un dérèglement majeur du système climatique qui entraînerait des perturbations météorologiques extrêmes, des inondations, de longues périodes de sécheresse, des vagues de chaleur meurtrières.

Cette catastrophe d'une ampleur sans précédent, nous en serions les premiers responsables ; nous seuls pouvons encore l'éviter. Plutôt que de sonner le tocsin de l'apocalypse ou de céder à la délectation morose, UNE VÉRITÉ QUI DÉRANGE a choisi d'illustrer et relayer l'action et le combat passionné d'un homme, l'ancien Vice-président Al Gore, qui depuis cinq ans sillonne les États-Unis pour persuader ses concitoyens de l'urgente nécessité de réagir à cette crise.

Plus un documentaire qu'un film ordinaire, ce film devrait faire partie des programmes de classe terminale et dont le ticket d'entrée devrait bénéficier d'un crédit d'impôt ! C'est un véritable acte civique, mené de main de maître par un Al Gore rodé à la manoeuvre et convaincant, qui nous tient en haleine pendant 100 minutes, sans que l'on s'ennuie un instant.

Les arguments sont reçus en plein plexus et font mal à notre conscience occidentale. Cela s'appelle poser les bonnes questions,mais pour une fois, celui qui se présente lui-même comme l'ex-futur Président des USA, veut dépasser les constats et entraîner par sa force de conviction les individus et les Etats à (enfin) bouger, prendre les mesures idoines et agir ... agir !

Tout est implacable et rien n'est contestable. Le débat n'est plus écologique mais politique. Les "Verts" doivent se sentir à la fois un peu "largués" par tant de rationalisme scientifique et spoliés par l'appropriation du problème par un tiers.

Al Gore ne dit-il pas avec humour que "la volonté politique est une énergie renouvelable ... surtout en Amérique ?". On sent par ci, le réflexe du candidat battu qui règle ses comptes avec l'administration Bush mais à fleuret moucheté et sans premier degré.

Le pays recordman mondial de la pollution et du réchauffement de la planète ("global warming") est mis au pilori par le réquisitoire implacable d'Al Gore, fils de sénateur et de fermier, qui profite de son statut de réalisateur pour se forger un auto-portrait de politicien idéal et visionnaire.

On n'est jamais si bien servi que par soi-même et l'on ne sait jamais, ça peut servir au cas où l'intéressé décide de se relancer pour la course à la Maison Blanche.

En conclusion, programme obligatoire avec récitation écrite à la sortie et surtout... décisions concrètes, foyer par foyer, car c'est là que tout commence, chacun étant responsable du petit caillou qu'il destine à l'édifice commun. Pourquoi de pas l'assortir d'une amende de 45.000 euros en cas de déni, comme les génocides ?



L'Univers et ses Mystères - Au bord de l'espace

Le bord de l'espace correspond à l'orbite terrestre. Ce document définit les différentes problématiques qui existent autour de cette zone si particulière.

9 juin 2015

SMS et appels frauduleux : signalez-les au 33700

Le 33700 est un numéro court mis en place par le gouvernement qui permet aux utilisateurs d'avertir les autorités lorsqu'ils réceptionnent des SMS et appels indésirables.

Vous avez eu un appel automatique ou reçu un SMS vous demandant de rappeler un numéro surtaxé. Si vous rappelez le numéro qui vous a appelé (ping call) et que le message vous demande de rappeler un numéro surtaxé : raccrochez immédiatement !

Pour signaler les appels indésirables en question, il vous suffit de relever le numéro et de l'envoyer par SMS au 33700 sans oublier de mentionner SPAM devant le numéro en question - le SMS à envoyer au 33700 se présentera comme suit, voici quelques exemples : SPAM 0359811061 ou SPAM 0698219898 mais aussi SPAM 331023 ou SPAM 88741. Pour les SMS, il suffit de procéder comme suit :
  • Transférez le SMS tel quel au 33700 sans ajouter de commentaire.
  • Envoyez un second SMS au 33700 en indiquant le numéro de l'expéditeur du SMS
Mis en place le 15 novembre 2008 par l'association SMS+ et, géré depuis 2012 par l'AFMM (Association Française Multimédia Mobile) ce dispositif lutte contre la recrudescence de ce genre d'arnaques.

En 2014, l'AFMM a enregistré 651 000 signalements pour le spam SMS tandis que le spam vocal concerne 276 000 signalements. En 2013, les membres de la Fédération Française des Télécoms (FFT) ont procédé à plusieurs dizaines de rappels à la loi ou mises en demeure chaque mois aux éditeurs signalés des pénalités financières pour les éditeurs indélicats plus de 1800 coupures ou suspensions de numéros depuis le lancement plusieurs milliers de numéros incriminés dans les spams vocaux filtrés par les opérateurs plusieurs dizaines de résiliations de contrats.



7 juin 2015

Quand l'Union Européenne oblige les pays à adopter une législation de renflouement en interne d'ici la fin de l'été

La rentrée s'annonce chaude au niveau économie - S'attendent-ils à ce que quelque chose arrive ? Comme vous pourrez le lire sur ci-dessous, l'Union européenne affirme que toute nation au sein de l'UE qui ne décrète pas de législation en matière de renflouement en interne (auto-renflouement ou "bail-in") dans les deux prochains mois devra faire face à une action en justice. Les pays qui sont menacés dans cette manière sont l'Italie et la France. Si vous avancez rapidement de deux mois à ce moment, qui nous met en début août. Il apparaît donc clairement l'Union européenne veut que tout soit carré loin d'ici la fin de l'été. Y a-t-il une raison pour cela ? Prévoient-ils que quelque chose de mauvais arrivera vraiment en septembre ou par la suite ? Pourquoi une telle ruée ?

Nous nous souvenons tous ce qui est arrivé lorsque les grandes banques étaient "renflouées" au cours de la dernière crise financière. Une énorme quantité de fonds publics a été donnée aux grandes banques pour aider à les soutenir afin qu'ils ne manqueraient pas. Cela a grandement bouleversé beaucoup de monde.

Eh bien, quand la prochaine grande crise financière frappe l'Europe, les banques ne vont pas se faire renflouer cette fois. Au lieu de cela, nous allons voir l'auto-renflouement.

Donc précisément ce qui est un "auto-renflouement" ? Essentiellement, ce qui se passe est que la richesse est transférée des intervenants dans la banque à la banque en elle-même pour maintenir la solvabilité. Cela signifie que les créanciers et les actionnaires pourraient tout perdre si une grande banque en Europe échoue. Et si leurs contributions ne sont pas assez pour sauver la banque, ceux qui détiennent des comptes bancaires privés auront à prendre une décote, tout comme nous l'avons vu à Chypre. En fait, la parodie que nous avons assisté à Chypre est utilisé comme un modèle pour beaucoup de la nouvelle législation qui est en cours d'adoption dans toute l'Europe.

La ligne de fond est que pas un seul compte bancaire dans l'Union européenne ne sera jamais vraiment sûr à nouveau.

En ce moment, tout le monde dans l'UE était déjà censé avoir adopté une législation d'auto-renflouement, mais certains pays en Europe ont traîné les pieds. Alors maintenant, la Commission européenne (organe exécutif de l'Union européenne) leur accorde un délai dur. Selon Reuters, toute nation qui n'a pas passé la législation d'auto-renflouement dans les deux mois sera soumise à une action en justice ...
La Commission européenne, le jeudi, donnait à la France, l'Italie et neuf autres pays de l'UE de deux mois pour adopter de nouvelles règles européennes sur les banques en faillite sous peine de poursuites judiciaires.

Les règles, connues sous le redressement des banques et de la directive de résolution (BRRD), cherchent à protéger les contribuables d'avoir à renflouer les prêteurs en difficulté, obligeant les créanciers et les actionnaires de contribuer à la rescousse dans un processus connu sous le nom d'auto-renflouement.
Ainsi, quels pays sont menacés ?

Il se trouve qu'il y a 11 d'entre eux. Ce qui suit provient de Mark O'Byrne ...
L'article intitulé : "Les régulateurs de l'UE indiquent 11 pays à adopter des règles d'auto-renflouement bancaires" a rapporté comment 11 pays sont sous la pression de la Communauté européenne et avaient encore franchi la ligne rouge. Les pays sont la Bulgarie, la République tchèque, la Lituanie, Malte, la Pologne, la Roumanie, la Suède, le Luxembourg, les Pays-Bas, la France et l'Italie.

La France et l'Italie sont deux pays qui sont considérés comme ayant des systèmes bancaires particulièrement fragiles.
Mais pourquoi seulement deux mois pour y parvenir ?

Quand j'étais aux études de droit, je prenais un cours complet sur le droit de l'Union européenne. Normalement, les choses en Europe prennent un temps très long à faire. Il est hors de caractère pour la Commission européenne de se précipiter pour obtenir quelque chose comme cela se fait si vite.

Pourraient-ils être anticipent que cette loi devra être mis en service très prochainement?

Ce que nous savons est que les obligations en Europe ont déjà été en chute, et il semble que la BCE est en train de perdre le contrôle sur les marchés financiers européens.

Et nous savons aussi qu'il y a eu une panique bancaire soutenue en Grèce. En fait, il est rapporté que 700 millions d'euros ont retirés des banques grecques vendredi seul. Personnellement, je pense que toute personne qui a encore de l'argent dans les banques grecques est absolument déraisonnable. Un jour, dans un avenir pas trop lointain, les détenteurs de comptes bancaires grecs vont être dans une décote, tout comme nous l'avons vu à Chypre. Ce qui suit vient de Zero Hedge ...
Alors que le gouvernement grec croit qu'il a peut-être gagné la bataille, sinon la guerre avec l'Europe, la réalité est que chaque jour supplémentaire dans lequel Athènes ne possède pas un filet de sécurité de financement, que ce soit la BCE (ou la banque BRIC), est une journée ce qui porte le système bancaire local à l'effondrement total.

Pour rappel, les banques grecques dépend déjà de la BCE pour certains à 80,7 milliards d'euros en aides de liquidité d'urgence, qui était d'environ 60% du total des dépôts dans le système financier grec du 30 avril. En d'autres termes, ils sont lamentablement insolvables et que le jour à la générosité de la journée de la BCE empêche un forçage d'auto-renflouement environ 40% d'acompte à la décote des dépôts de Chypre.
Mais bien sûr, la Grèce ne sera que le début. À la fin, je m'attends à ce que les grandes banques échouent partout dans l'Europe que nous nous dirigeons dans la plus grande crise financière que l'Europe ait jamais vu. Les titulaires de comptes bancaires sur tout le continent pourraient finir par avoir à prendre des "décotes", et ce serait juste faire le cycle déflationniste à venir en Europe beaucoup plus mauvais.

Et je pense effectivement que les événements survenus en Europe pour commencer accélère considérablement d'ici la fin de cette année calendaire. Apparemment, les meilleurs chiens dans l'UE sont également préoccupés par l'immédiat, car ils se précipitent pour faire adopter des lois d'auto-renflouement dans tous les pays dans l'UE d'ici la fin de l'été.

Du moins pas encore - Heureusement, les États-Unis n'a pas évolué dans la même direction. Il est toujours possible que lors d'une "situation d'urgence" tout peut arriver. Nous avons vu qu'à Chypre. Mais pour le moment, les comptes bancaires européens semblent être plus vulnérables que les comptes bancaires américains.

Pas que l'un de nous devrait avoir une grande confiance dans les grandes banques aux États-Unis non plus. Depuis la fin de la dernière crise financière, ils sont devenus plus téméraires que jamais. À ce stade, les six plus grandes banques de ce pays ont collectivement 278 trillions de dollars d'exposition aux produits dérivés. Un jour viendra où les banques "trop grosses pour faire faillite" vont réellement commencer à faire faillite, et qu'il sera absolument paralyser notre économie.

Nous entrons dans une période de grande instabilité financière. Pendant un moment, l'une des clés sera de ne pas avoir tous vos oeufs dans le même panier. De cette façon, il sera plus difficile pour votre richesse pour être anéantie par un seul événement.

Alors que d'autres conseils donneriez-vous aux personnes qu'il se demandent comment faire face à la crise bancaire mondiale à venir ?

6 juin 2015

La fin des mondes

Il y a près de 14 milliards d'années, l'Univers entre dans une violente expansion : le Big-Bang. Le temps, l'espace, la matière et l’énergie surgissent du néant. Les premières particules s'organisent, elles donnent naissance aux étoiles et aux planètes. Des astres qui se regroupent en dizaine de milliards de galaxies. Au sein de ce déchaînement primordial, une petite sphère de 12.000 kilomètres de diamètre voit le jour : la Terre. Elle tourne à 150 millions de kilomètres de son étoile, juste la bonne distance pour qu'il ne fasse ni trop chaud, ni trop froid. Ici la vie trouve des conditions favorables pour se développer. En 4 milliards d'années, les océans, les terres et le ciel ont été colonisés. L'homme apparait il y a seulement quelques millions d'années, et aujourd'hui nous sommes plus de 7 milliards. Nous restons cependant vulnérables, et un terrible phénomène pourrait nous anéantir à jamais.


L'Univers et ses mystères - Les nébuleuses

Objets célestes composés de gaz et de poussière, les nébuleuses forment des spirales de matières à couper le souffle qui s'entremêlent et s'éloignent. Comment se forment-elles ? Quels sont leurs secrets et leur lien avec la lumière ?