Recherche

14 janvier 2019

EXPLOSIF - Révélations sur un gaspillage industriel scandaleux, l'effet d'une bombe !

Prêt-à-porter : quand s'habiller rime avec gaspiller ! Chaque Français utilise en moyenne seulement 30% de sa garde-robe. Et pourtant nous continuons d'acheter des vêtements, encore et toujours, encouragés par l'industrie de la mode à bas prix. Les vieux vêtements qui encombrent nos armoires, nous les jetons. Chaque Français se débarrasse de 18 vêtements par an, quatre fois plus qu'il y a vingt ans ! En France, sur 600 000 tonnes de textiles mises sur le marché par an, un tiers seulement sera réutilisé ou recyclé. Tout le reste finit aux ordures ménagères pour être enfoui ou incinéré. C'est le moins visible des gaspillages, et pourtant l'un des plus massifs : celui de nos vêtements. Ainsi, l'industrie de la mode serait devenue la deuxième la plus polluante au monde ! Comment les consommateurs sont-ils devenus si accros à la mode ? Avec des t-shirt à 2,50 euros ou des collants qui filent tout de suite, la qualité de nos habits est-elle en forte baisse ? Est-ce volontaire ? Quels problèmes cela pose-t-il au recyclage ? Comment les marques de fast fashion à bas prix mais aussi celles de luxe alimentent-elles ce phénomène voire l'aggravent ? Combien de vêtements neufs et invendus sont-ils détruits pour des questions d'image ou de surstocks ? Face à tous ces scandales, quelles sont les alternatives vertueuses pour trouver des solutions ? 

Alimentation : le vrai prix du grand gâchis ! Chaque année, 10 millions de tonnes de nourriture finissent à la poubelle en France. La moitié des produits jetés sont des fruits et légumes. Si les ménages sont à eux seuls responsables de 42% de ce gaspillage, la grande distribution elle, est à l'origine de 15% de ce gâchis alimentaire. Les causes en sont multiples : disqualification pour critères esthétiques, confusion entre DLC et DLUO, ou encore pertes lors de la transformation. Il y a aussi la responsabilité des consommateurs qui achètent trop, oublient et jettent des produits toujours emballés. Depuis 2016, pour limiter le gaspillage alimentaire des grandes surfaces, la loi Garot interdit de jeter ou de détruire des produits encore consommables et les grandes surfaces sont même incitées à offrir leurs invendus aux associations d'aide aux plus démunis, en échange d'une baisse de leurs impôts. Cette loi a fait naître de nouvelles entreprises qui gagnent beaucoup d'argent en aidant les grandes surfaces à optimiser leurs dons. Mais tous les hypermarchés acceptent ils de jouer le jeu ? Donnent-ils leurs invendus encore comestibles, ou bien continuent-ils à jeter discrètement leurs invendus ? Et, en bout de chaîne, que récupèrent vraiment les associations d'aide ? Ne deviendraient-elles pas les nouvelles poubelles, bien pratiques de nos grandes surfaces ? 

Produits neufs à la poubelle : révélations sur les pratiques d'Amazon ! Amazon, c'est une gigantesque machine à vendre, une formule 1 de la livraison, mais ses entrepôts cachent aussi une révoltante destruction massive de produits neufs. Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), l'un de ses plus petits sites en France, a envoyé 293 000 produits à la casse, presque tous neufs, en seulement 9 mois cette année ! Une pratique répandue dans tous les entrepôts français d'Amazon : machines à café, jouets, chaussures, smartphones, tablettes, livres, CD, lunettes, et même couches ! Pourquoi le géant américain envoie-t-il tous ces produits neufs à la benne ? Les équipes de Capital ont infiltré les coulisses du géant américain pour dévoiler l'un des secrets les mieux gardés du e-commerce. Elles ont pu filmer de l'intérieur cette mécanique de gâchis, organisée par la direction d'Amazon. Nous avons obtenu les listings de destruction, les chiffres officiels d'un entrepôt. Nous avons recueilli les témoignages de plusieurs anciens salariés chargés de cette mission très confidentielle au sein même de l'entreprise. Nous avons aussi remonté la filière des entreprises partenaires qui utilise la plateforme et qui sont contraintes pour des raisons économiques, imposées par Amazon, de détruire leurs invendus. Conséquence : des millions de produits qui ont traversé les mers, car souvent importée d'Asie, terminent en incinérateur ou enterrés dans des décharges d'enfouissement. Ce soir, vous allez découvrir la gigantesque absurdité économique, écologique et sociale mise en place par Amazon

CARTON ROUGELa destruction massive signée Amazon pas du tout écolo a fait le tour de la presse française suite à la diffusion du reportage mettant le Web en feu et en attendant, la surproduction explose et la planète morfle avec à la clef, l'épuisement total des ressources naturelles et réchauffement climatique. Amazon mérite le carton rouge pour pollution sauvage et destruction massive de produits fonctionnels tel que l'électroménager, high-tech, jouets,.... faisant déborder les bennes. Amazon préfère jeter que de stocker dans ses dépôts les invendus au détriment de l'environnement qui prend tout dans la gueule ! Pourquoi jeter alors que les produits, mêmes anciens, peuvent servir à tout le monde ? La France fait partie des pays les + pollueurs. En attendant, la pollution électronique explose en France avec un fort impact écologique. Une loi sera votée pour interdire toute destruction de produits neufs et fonctionnels.
Amazon préfère jeter une partie des produits invendus sur son site , plutôt que de continuer à les stocker, et ce, même s’ils sont neufs, en parfait état de marche ou avec de légers défauts." Alma Dufour, chargée de campagne aux Amis de la Terre

VIDEO 1 - VIDEO 2

Une version TVRIP HD sera postée ultérieurement

12 janvier 2019

FLASH - Quand la police n'hésite pas à tirer au flashball à bout portant et en pleine tronche !

C'est l'histoire d'une fille qui a pris un tir de flashball en pleine tête qui a fait de gros dégâts, DEFIGUREE ! Le flashball, une arme puissante qui mutile, défigure et peut tuer n'importe qui.

Lola, 19 ans, victime d’un tir de flashball au visage : « Rien ne justifiait cette violence ». En marge du déplacement du ministre Jean-Yves Le Drian à Biarritz, le 18 décembre, Lola Villabriga, une étudiante de 19 ans, a été victime d'une triple fracture de la mâchoire suite à un tir de flashball intervenu en fin de manifestation. Le préfet des Pyrénées-Atlantiques annonce à Mediapart qu’il a effectué un « signalement » au ministère de l’intérieur.

Une triple fracture de la mâchoire et une balafre de 40 points de suture sur la joue droite : Lola Villabriga porte deux plaques qu’elle devra conserver pendant de longs mois.

À 19 ans, elle symbolise cette nouvelle génération qui se politise à la faveur du mouvement des « gilets jaunes ». Une entrée en politique aussi soudaine que brutale : le mardi 18 décembre, à Biarritz, cette étudiante en école d’art a reçu un tir de lanceur de balle de défense (LBD, communément appelé flashball) en pleine tête, lors d’une manifestation organisée en marge du déplacement du ministre Jean-Yves Le Drian pour la préparation du G7.

« Rien ne justifiait cette violence, encore moins l’usage d’une arme de guerre », dénonce Lola Villabriga, qui en portera longtemps les stigmates. Sollicité par Mediapart, le préfet des Pyrénées-Atlantiques indique, sans plus de détail, qu’il a effectué un « signalement »au ministère de l’intérieur.

De fait, les images et les témoignages de manifestants peinent à justifier l’usage d’un flashball – de surcroît en tir tendu et en pleine tête – à la fin d’une manifestation sous contrôle.

Le 18 décembre, face à Jean-Yves Le Drian, dépêché au pied levé pour représenter Emmanuel Macron à une réunion de préparation du G7, quelques centaines de manifestants s’étaient donné rendez-vous place Clemenceau, dans le centre-ville.

Un cortège composite, rassemblant des gilets jaunes, des lycéens, mais aussi des militants altermondialistes du mouvement Bizi !, des syndicalistes, des antifascistes ou encore des indépendantistes basques, décidés à se faire entendre du ministre des affaires étrangères, qui présentait les grandes orientations de la diplomatie française devant cent cinquante ambassadeurs réunis au casino Bellevue.

Lola Villabriga s’est jointe à la manifestation en tant que citoyenne. Depuis l’automne, elle se politise et marche pour le climat, pour les droits des femmes ou contre les violences policières. « Je ne suis pas gilet jaune, c’est un mouvement large et je ne veux pas avoir de position ambiguë, mais je suis d’accord avec beaucoup de leurs revendications », ajoute-t-elle, lucide sur l’hétérogénéité de ce mouvement social d’un nouveau genre.

Après plusieurs tirs de gaz lacrymogène, consécutifs à une tentative de forcer un barrage de policiers, « on s’est très vite dispersé dans les petites rues », se souvient Lola Villabriga. La manifestation se prolonge alors en petits groupes dispersés, sans consigne ni meneur.

L’étudiante rejoint une quarantaine de personnes qui descendent vers le front de mer. « Il n’y avait pas de barrage policier. On a pu accéder à la grande plage. On n’était pas violents, on ne commettait aucune dégradation, on voulait juste se faire entendre de Le Drian », retrace-t-elle.

Quelques mètres plus loin, deux cordons de gendarmes mobiles bloquent finalement les protestataires, sans accrochage, comme en témoignent les vidéos disponibles sur les réseaux sociaux (voir une longue séquence, à partir d’une heure de vidéo ici, plus courte là).

Lola est grande (1,75 m), elle ne porte pas de gilet jaune, n’a pas de cagoule, de casque ou de masque. Elle monte sur un banc pour filmer les forces de l’ordre, une petite caméra à la main. Marie, 19 ans aussi, l’accompagne : « Il y avait un décalage ridicule entre nous et les CRS, bien plus nombreux et prêts à tirer alors qu’il ne se passait rien. La situation était sous contrôle, la manifestation terminée. »

« D’un coup, j’ai entendu une détonation, j’ai vu Lola tomber du banc, du sang sur le visage », ajoute-t-elle. Les manifestants courent. L’étudiante vient de recevoir un tir de flashball, sans que personne explique ce qui a pu déclencher ce tir. Seule hypothèse possible, selon Marie : « Un peu avant, un mec a lancé une crotte de chien en direction des policiers, en criant : “Attention, grosse merde !” 20 secondes plus tard, j’ai entendu le tir de flashball. » Lola tente une autre explication : « Peut-être qu’ils ne voulaient pas que je filme. Ils m’ont tiré dessus en pleine tête, même pas dans les jambes. J’étais seule, en évidence sur mon banc. »

Aux urgences, le diagnostic des médecins est sans appel : triple fracture de la mâchoire avec perte de matière (45 jours d’ITT). Lola Villabriga a été opérée en urgence pour la pose de deux plaques, qu’elle devra garder de huit mois à un an et demi. Sa joue droite est désormais balafrée, à tout juste 19 ans.

Dans son malheur, l’étudiante parvient tout de même à relativiser : « J’ai de la chance, j’ai mes mains, mes yeux, je ne serai pas handicapée à vie… » Un sentiment que ne partage pas son père. Rencontré deux jours plus tôt, Frédéric Villabriga, 57 ans, employé chez Dassault, couve une colère profonde. La rage contenue d’un père qui ne s’est pas joint à la manifestation organisée en soutien de sa fille de peur de perdre son sang-froid. « Lola souffre beaucoup, elle est sous morphine. Elle se réveille plusieurs fois la nuit », souffle ce gaillard, économe en mots. « Le visage, pour une jeune fille… » ajoute-t-il, la mâchoire serrée.

Depuis, les marques de soutien se multiplient. Les gilets jaunes s’organisent pour récupérer vidéos et témoignages. La famille envisage de porter plainte, comme ce voisin de Bayonne, Antoine Boudinet, 26 ans, qui a eu la main arrachée par une grenade le 8 décembre. Les Villabriga ont aussi constitué une cagnotte « Leetchi », sur proposition d’inconnus qui voulaient effectuer des dons.

L’École supérieure d’art Pays basque (ESAPB), où Lola est étudiante, a rapidement fait part de sa « consternation et de sa révolte contre cette violence policière ». Les messages pleuvent sur les réseaux sociaux. « On découvre toute cette solidarité », salue Frédéric Villabriga, « touché » par ces initiatives.

Les autorités sont, elles, restées silencieuses. Les élus locaux de la majorité présidentielle n’ont pas sollicité la famille, dans la droite ligne de leurs représentants nationaux, qui détournent le regard des victimes manifestantes.

Le maire Modem de Biarritz, Michel Veunac, a bien rendu visite à Lola Villabriga, lors de son hospitalisation. Mais l’étudiante en garde un mauvais souvenir : « Il a haussé les épaules et m’a dit qu’il n’avait pas donné d’ordre pour que cela se passe comme ça. Il a de la chance que je ne pouvais pas parler, j’avais envie de hurler. Il n’a pas même eu un mot pour dire que c’est malheureux que quelque chose comme cela survienne en France. » L’étudiante ajoute : « Je me sens humiliée. C’est tellement injuste. Le gouvernement n’a aucun mot pour nous. » Conséquence, selon elle : « Cela génère de l’incompréhension. Je le vois autour de moi, la jeunesse est en train de se radicaliser. »

Si les manifestations de gilets jaunes se poursuivent, tous les regards sont aussi tournés vers la tenue du G7, fin août, dont les préparatifs agitent déjà la côte basque. Explosif, ce dossier a suscité de vifs débats au sein du conseil municipal de Biarritz, qui a voté à l’arraché la rénovation de l’hôtel du Palais, le palace qui doit accueillir l’événement, pour un coût total estimé à 85 millions d’euros.

Sur Internet, plusieurs appels à manifester circulent, mais les activistes spéculent sur l’importance du dispositif policier pour empêcher toute protestation. Lola Villabriga s’en inquiète : « Le tir dont j’ai été victime laisse imaginer ce qui se passera cet été… »

Source : Médiapart (les images sont "gores" alors âmes sensibles, s'abstenir)
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...