Recherche

8 mai 2013

EXPLOSIF ! La Commission européenne va criminaliser presque toutes les cultures non-enregistrées avec le gouvernement - TOUCHE PAS A MON JARDIN !

Une nouvelle loi proposée par la Commission européenne rendrait illégal de "cultiver, reproduire ou échanger" des cultures de légumes qui n'ont pas été "testés, approuvés et acceptés" par une nouvelle bureaucratie de l'UE nommé "l'Agence européenne des variétés végétales."

C'est ce qu'on appelle la loi de la reproduction de matériel végétal, et il tente de mettre le gouvernement en charge de la quasi-totalité des cultures et des semences. Les jardiniers qui cultivent leurs propres cultures à partir de graines non-régulées seraient considérés comme des criminels en vertu de cette loi. Le texte préliminaire de la loi, qui a été déjà amendée plusieurs fois en raison d'un énorme contrecoup des jardiniers.

"Cette loi va faire immédiatement cesser le développement professionnel des variétés de légumes pour les jardiniers, bio-producteurs,  maraîchers et agriculteurs", a déclaré Ben Gabel, éleveur de légumes et directeur de The Seed Catalogue Real. "Les jardiniers ont des besoins très différents - par exemple, ils jardinent à la main car pas de machines à disposition, et ne peuvent pas ou ne veulent pas utiliser les pulvérisations de produits chimiques puissants Il n'y a aucun moyen d'enregistrer les variétés adaptées à une utilisation privée vu qu'ils ne répondent pas aux critères stricts de l'Agence des variétés végétales, qui est seulement préoccupé d'approuver le type de semences utilisées par les agriculteurs industriels".

Pratiquement toutes les cultures, semences de légumes et de jardiniers, à terme, être enregistrés par les pouvoirs publics

Tous les gouvernements sont, bien sûr, entichés de l'idée d'enregistrer tout et de tous. Sous le Titre IV de la proposition de loi de l'UE :
L'enregistrement au Titre IV des variétés dans les registres nationaux et de l'Union - Les variétés, afin d'être mis à disposition sur le marché dans toute l'Union, doivent être inscrits dans un registre national ou dans le registre de l'Union via la procédure de demande directe au CVPO.
Les jardiniers doivent également payer des frais à la bureaucratie de l'UE pour l'enregistrement de leurs cultures. D'après le texte de la proposition de loi :
Les autorités compétentes et le CPVO devraient exiger des frais pour le traitement des applications, les examens formels et techniques y compris les vérifications, dénomination de la variété, et le maintien des variétés pour chaque année pendant la durée de l'enregistrement.
Bien que cette loi peut initialement être uniquement destinés aux jardiniers professionnels, il établit un précédent pour tôt ou tard aller après les jardiniers amateurs et les obliger à se conformer aux mêmes règlements insensés.

La Bureaucratie gouvernementale a perdu la boule !

"Ceci est un exemple de la bureaucratie devenue incontrôlable", explique Ben Gabel. "Toute cette nouvelle loi ne fait que créer une toute nouvelle série de fonctionnaires européens étant payés à remuer des montagnes de papier toute la journée, tout en tuant l'approvisionnement en semences pour les jardiniers amateurs et interférer avec le droit des agriculteurs à cultiver ce qu'ils veulent. Il également très préoccupante qu'ils se sont donné le pouvoir de réglementer et de licence des espèces végétales de toutes sortes à tous dans l'avenir - pas des plantes juste agricoles, mais herbes, mousses, fleurs, rien du tout - sans devoir le rapporter au Conseil pour un vote."

Comme un indice du niveau de la bureaucratie insensée que les jardiniers et maraîchers seront soumis aux termes du présent droit communautaire, consultez ce libellé à partir de la proposition de loi de l'UE :
Les dispositions spécifiques sont disposées sur l'enregistrement dans le registre de variétés de l'Union et en ce qui concerne la possibilité pour le déposant de lancer un appel contre la décision du CPVO. Ces dispositions ne sont pas prévues pour l'inscription dans les registres nationaux de variétés, car ils sont soumis à des procédures administratives nationales. Une nouvelle obligation pour chaque centre national d'examen de la variété doit être vérifié par le CPVO qui sera mis en place dans le but d'assurer la qualité et l'harmonisation du processus d'enregistrement des variétés dans l'Union. Le centre d'examen des opérateurs professionnels sera contrôlé et approuvé par les autorités compétentes nationales. Le centre d'examen des opérateurs professionnels sera contrôlé et approuvé par les autorités nationales compétentes. En cas d'application directe au CPVO, il fera vérifier et approuver les centres d'examen qu'elle utilise pour l'examen des variétés.
Un tel langage est, bien sûr, de parler des bureaucratiques orwelliens qui signifient une seule chose : tous les jardiniers doivent se préparer à être soumis à la folie totale du gouvernement sur ​​les cultures, les légumes et les jardins privés.

RealSeeds.co.uk met en garde sur toute tentative visant à faire essayer de comprendre la loi en le lisant :
Vous ne pouvez pas lire les 5 premières pages ou plus qui sont d'un "résumé analytique", et pense que vous savez ce que cette loi est capable. Le résumé ne deviendra pas la loi. Ce sont les articles proprement dits qui deviennent des lois, le résumé n'a aucune valeur juridique et est juste greffé comme une aide pour le public et les législateurs, il est censé donner des informations de base et définir le projet de loi dans son contexte afin que les personnes sachent ce qui se passe et pourquoi.

Le problème avec cette loi a toujours été que le résumé dit beaucoup de belles choses pelucheuses concernant la préservation de la biodiversité, simplification de la législation, ce qui rend les choses plus faciles, etc... - ce que nous aimerions tous - mais les articles de la loi fait voir tout le contraire. Et le résumé ne deviendra pas la loi.

Par exemple, le résumé des projets 1, 2 et 3 a parlé de faire faciliter la tâche pour les variétés amateur. Mais l'ensemble de la classe de légumes amateur - que nous avons passé 5 ans à travailler avec le DEFRA pour enregistrer - a été entièrement aboli dans les articles dès le départ. Pourtant, le résumé, et communiqués de presse sur cette base, a encore parlé de comment il va aider à préserver les variétés amateur ! Le résumé est complètement faux. Ne basez pas votre point de vue de la loi à ce sujet !

Alors, vous êtes prévenus. Par tous les moyens, de le lire vous-même. Mais vous avez l'ignorer le résumé que ce n'est pas la loi, et ne reflète pas ce qui est dans la loi.
Comme vous vous en doutez, ce mouvement est la solution finale de Monsanto, DuPont et d'autres sociétés de domination terrestre qui ont depuis longtemps admis que leur objectif est la domination complète de toutes les semences et les cultures de la planète. En criminalisant la croissance privée des légumes - faisant ainsi des jardiniers, des criminels - les bureaucrates européens peuvent enfin remettre le plein contrôle de l'approvisionnement alimentaire de puissantes sociétés comme Monsanto.

La plupart des semences patrimoniales seront criminalisées

Presque toutes les variétés de semences végétales patrimoniales seront criminalisés en vertu du présent projet de loi de l'UE. Cela signifie que le fait de conserver des semences d'une génération à l'autre - une pierre angulaire de vie durable - deviendra un acte criminel.

En outre, comme l'explique Gabel, cette loi "... tue efficacement contre le développement des semences horticoles à domicile dans l'UE."
C'est le souhait ultime de tous les gouvernements, bien sûr, pour criminaliser tout acte d'autonomie et faire de la population complètement dépendante sur ​​les sociétés monopolistiques pour survivre. Cela est à la fois vrai dans l'Amérique et l'Europe. C'est ce que font les gouvernements: ils prennent le contrôle, un secteur à la fois, année après année, jusqu'à ce que vous vivez comme rien de plus qu'un esclave totale sous un régime dictatorial mondialiste.

Une pétition en ligne (cliquez ICI pour signer) a déjà été lancé sur cette question et a recueilli plus de 40 000 signatures à ce jour.

L'Arche de Noé et 240 autres organisations de 40 pays européens ont également lancé une "lettre ouverte" appel aux bureaucrates de Bruxelles pour arrêter la folie. Cliquez ICI pour lire une version traduite de leur pétition.

J'ai vu venir

À propos, je suis sur le dossier en prédisant ce scénario exact. Lisez le 3e chapitre de mon livre de fiction, "les Chroniques de Libertés en 2026. " (cliquez ICI pour lire le chapitre). Il décrit un contrebandier des cultures qui vit dans une époque où les semences sont criminalisés et les personnes gagnent leur vie en tant que trafiquants des cultures.

Dans mon livre, une femme utilise une prothèse mammaire spécialement conçue pour faire passer clandestinement des semences aux jardiniers souterrains dans le plein défi de lois conçues par Monsanto. Un réseau souterrain vaste de jardiniers populaires et de scientifiques ont réussi à mettre au point une arme de semences pour détruire des OGM et reprendre l'approvisionnement alimentaire de méchantes sociétés.

Retenez mes mots : Les semences sont sur ​​le point de devenir de la contrebande. Toute personne qui développe leur propre alimentation est sur ​​le point d'être ciblé comme un criminel. Les gouvernements du monde entier, conspirant avec des sociétés comme Monsanto, ne veulent pas que tout individu puisse cultiver leurs propres aliments.

C'est de la domination totale de l'approvisionnement alimentaire et du fait de criminaliser les jardiniers. Et c'est ce que le grand gouvernement fait toujours après avoir centralisé le pouvoir suffisant. Tous les gouvernements cherchent intrinsèquement un contrôle total sur la vie de chacun, et si vous ne définissez pas de frontières et les limites pour le gouvernement (à savoir le Bill of Rights), il fonctionne finalement peu de cas de toutes les libertés et les libertés, y compris la liberté de faire croître votre propre nourriture.

1 commentaire :

Eveu a dit…

Bonjour, j'aurais voulu savoir comment serait répertoriée (classifiée) cette loi de l'union européenne par rapport aux articles d'un des deux traités (tue et traité de fonctionnement de l'ue).
Merci par avance.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...