Recherche

5 août 2013

EXPLOSIF ! Quand les vaccins nous stérilisent !

J'ai étudié s'il existe un lien avéré entre les vaccins et l'infertilité. Ce que j'ai découvert va choquer beaucoup de lecteurs parce que j'ai découvert que les femmes innocentes et des filles dans les pays en développement ont été délibérément expérimentées sur l'utilisation des vaccins contre la stérilité, depuis de nombreuses années.

Ce ne sont pas là les seules victimes. On a récemment découvert que dans le monde entier des vaccins provoquaient la stérilité, y compris les vaccins HPV, ainsi que plusieurs vaccins contre la grippe porcine.

Mon intérêt pour le sujet a commencé après qu'il ait été rapporté que le gouvernement japonais a décidé de retirer son soutien au programme de vaccination contre le VPH. Cette décision a été prise après que le gouvernement a reçu près de 2000 rapports des femmes et des filles souffrant de réactions indésirables, y compris la douleur à long terme, l'engourdissement, la paralysie et l'infertilité.

Cela ne signifie pas que le Japon a interdit ou suspendu le programme, que les vaccins seront toujours à la disposition de ceux qui souhaitent les recevoir. Cependant, le fournisseur de soins médicaux informera automatiquement tous ceux qui souhaitent recevoir le vaccin contre le VPH tel que le Gardasil ou Cervarix que le gouvernement japonais ne prend plus le programme de vaccination contre le VPH.

Ce vaccin a changé la vie d’une jeune fille pour toujours

Au fil des années, toute une gamme d’effets secondaires ont été rapportés dans le monde entier après les vaccinations contre le HPV. Cependant, la découverte que le vaccin HPV était susceptible de provoquer la stérilité chez certaines femmes n’a été publiée qu’assez récemment.

En 2012, le British Medical Journal a publié un article du Dr Deidrie Little intitulé : "Insuffisance prématurée des ovaires, 3 ans après les premières règles chez une jeune fille de 16 ans après la vaccination contre le papillomavirus humain." Etude dans laquelle le Dr Little exposait le cas d’une jeune fille de 16 ans qui souffrait d’une ménopause précoce après avoir reçu le vaccin Gardasil contre le HPV. Voici un extrait...
"L'insuffisance ovarienne prématurée chez une adolescente est un événement rare. Sa présence soulève des questions importantes sur la causalité, qui peut signaler d'autres problèmes systémiques. Cette patiente a présenté une aménorrhée après l'identification d'un changement de son cycle régulier à des périodes irrégulières et peu après la vaccination contre le virus du papillome humain. Elle a refusé les contraceptifs oraux initialement prévues pour l'aménorrhée. Les tâches de diagnostic étaient de déterminer la raison de son aménorrhée secondaire, puis à enquêter sur les causes possibles de l'insuffisance ovarienne prématurée identifié.

Bien que la cause est inconnue dans 90% des cas, les autres principales causes identifiables de cette maladie ont été exclus. Insuffisance ovarienne prématurée a ensuite été notifié comme un possible effet secondaire suite à cette vaccination. La jeune femme a été conseillé en ce qui concerne la préservation de la densité osseuse, les implications en matière de reproduction et de suivi pertinentes. Cet événement pourrait avoir des implications potentielles pour la santé de la population et des invites complément d'enquête ".
Comme le BMJ exige des frais de lire leurs articles, les lecteurs intéressés peuvent trouver un rapport sur ​​l'affaire sur le Bulletin d'information hebdomadaire du site Web du Population Research Institute. Le rapport indique que Dr Little a précisé dans son rapport que la jeune fille de 16 ans a reçu le vaccin Gardasil au cours de l’automne 2008 et qu’à ce moment-là, son cycle menstruel était parfaitement normal. C’est cependant à partir de janvier 2009 que son cycle est devenu irrégulier, et au cours des deux années qui suivirent ses menstruations sont devenues tout à fait irrégulières. En 2011, ses règles avaient complètement cessé.

Le Bulletin d’informations hebdomadaires précisait :
"Dans le cas australien, après avoir testé les différents taux hormonaux, ainsi que les fonctions des différents organes internes, le Dr Little a établi le diagnostic suivant : "Insuffisance ovarienne prématurée" qui est définie comme la présence de taux de gonadotrophines ménopausiques en association avec plus de 3 mois d’aménorrhée ou oligoménorrhée avant l’âge de 40 ans.

D'autres tests a confirmé que tous ses œufs - tous jusqu'au dernier - étaient morts. Elle était et est totalement et irrévocablement infertile ".
L'article d'information hebdomadaire a depuis été supprimée, mais une copie complète de l'article peut être trouvé sur plusieurs sites Internet, y compris PRI.

Des milliers de femmes sont maintenant stériles à cause des vaccins !

Il est extrêmement rare qu’une jeune fille de cet âge entre dans une phase de ménopause précoce. Nous devons donc nous demander si le vaccin est en cause ou s’il faut chercher d’autres causes.

J’ai donc décidé de chercher s’il y avait d’autres rapports ou études sur le thème de la vaccination et de la stérilité. J’ai été horrifiée par ce que j’ai découvert.

J’ai trouvé un total de 56 articles sur les vaccins contraceptifs figurant dans PubMed dont certains dataient déjà de 1977. Il n’y a guère de doutes qu’en poussant des recherches plus approfondies, on pourrait certes en trouver d'avantage.

Suite à ces découvertes, je me suis demandé si oui ou non des vaccins étaient délibérément fabriqués pour induire la stérilité. Un article en particulier publié en 1989 et écrit par G.P. Talwar et R. Raghupathy, intitulé : "Vaccins Anti-Fertilité semble suggérer que ce soit le cas." Les auteurs écrivent :
"Des vaccins sont en cours de développement pour le contrôle de la fertilité chez les mâles et les femelles. Cette revue discute les développements en matière de vaccins anti-fertilité à l’Institut National d’Immunologie, New Delhi, Inde.

Une procédure d’injection unique pour la stérilisation ou la castration des animaux mâles selon le site d’injection a déjà passé les tests et devrait pouvoir être commercialisé dans un futur proche."
Il est difficile, à partir de ce résumé, de pouvoir juger si ces vaccins ont été mis au point pour une utilisation sur des humains ou sur des animaux. Mes recherches ultérieures m’ont conduite à penser que ces vaccins ont été développés pour des humains parce que peu de temps après que cet article ait été publié, des vaccins ont été administrés à des femmes et des enfants dans plusieurs pays dont le Nicaragua, le Mexique et les Philippines provoquant la stérilité chez nombre d’entre eux.

Pourquoi ce vaccin anti-tétanique n’a-t-il pas été administré aux garçons et aux hommes ?

En 1994, l’Organisation Mondiale de la Santé a fait administrer un vaccin antitétanique contenant un produit destiné à contrôler les naissances à de nombreuses femmes de 15 à 45 ans dans des pays en voie de développement.

Une organisation appelée Le Comité, avait trouvé suspects les protocoles qui avaient trait aux vaccins. Ce Comité se procura quelques flacons en vue de les faire tester. On découvrit que certains flacons contenaient de la gonadotrophine chorionique humaine (hCG). Il s’agit d’une hormone essentielle pour maintenir une grossesse à terme.

Toutefois, quand cette hormone est combinée avec l’anatoxine tétanique, le vaccin provoque la production d’anticorps contre la grossesse forçant le corps à abandonner le bébé à naître. L'Institut mondial pour les vaccins, les rapports sur l'histoire, ont déclaré :
"Dans la nature, l'hormone hCG avertit le corps de la femme qu'elle est enceinte et provoque la libération d'autres hormones pour préparer la muqueuse utérine à l'implantation de l'œuf fécondé. La hausse rapide des taux d'hCG après la conception en fait un excellent marqueur de la confirmation de la grossesse: quand une femme prend un test de grossesse, elle n'a pas été testé pour la grossesse elle-même, mais pour la présence élevée d'hCG.

Toutefois, lorsqu'il est introduit dans le corps couplé à un support de l'anatoxine tétanique, les anticorps pourront être formés, non seulement contre le tétanos, mais également contre l'hCG. Dans ce cas, le corps ne parvient pas à reconnaître hCG comme un ami et va produire des anticorps anti-hCG. Les anticorps vont attaquer les grossesses ultérieures en tuant l'hCG qui soutient naturellement une grossesse, quand une femme a des anticorps anti-hCG suffisamment dans son système, elle est rendue incapable de maintenir une grossesse ".
Curieusement aucun homme et aucun garçon ne furent vaccinés au cours de ce programme. Les seules personnes qui furent vaccinées furent les femmes de 15 à 45 ans. Etait-ce une coïncidence que ce vaccin n’ai été administré qu’aux femmes en âge de procréer ? Après tout, n’importe qui peut contracter le tétanos !

Si le Comité n'était pas devenu suspect, alors personne ne l'aurait été plus sage. Cependant, la question demeure aujourd'hui: une tentative délibérée par l'OMS pour réduire la population était-ce? La solution peut établir dans un article écrit en 1997.

Des jeunes filles et des femmes cobayes ?

En 1997, apparaît un autre document de G.P. Talwar qui fut publié dans Immunology and Cell Biology et intitulé : "Vaccins pour le contrôle de la fertilité et les Cancers hormonodépendants." Dans leur introduction, les auteurs écrivent :

"Le XXe siècle est marquée par une augmentation sans précédent de la population. Quatre milliards de personnes seront ajoutées à la population du monde en 73 ans de ce siècle, alors que la population mondiale a atteint la barre des deux milliards seulement en 1927. En Inde, la population augmente de 18 millions par an, soit l'équivalent de toute la population de l'Australie.

Bien qu'un certain nombre de méthodes sont disponibles pour la contraception, ils ne sont pas adaptés à de nombreuses personnes dans les pays en développement économiquement et selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), les besoins de contraception des 350 millions de couples ne sont pas satisfaits."

À première vue, il semble que les scientifiques ont essayé de développer un vaccin pour l'utiliser comme une autre méthode de contraception, d'être offert dans les cliniques de la fertilité, c'est-jusqu'à ce que vous lisez plus loin dans le document.

À la page 185 dans la section intitulée Stratégie opérationnelle, l'auteur a déclaré :
"Les deux hCG et LH-RH sont auto-hormones chez l'homme et sont des antigènes pauvres. Afin d'améliorer leur immunogénicité, ils sont transformés en dérivés avec des groupes comme hapténiques suivies par Stevens, dans leurs études initiales ou ils sont liés chimiquement aux transporteurs d'enrôler l'activité des cellules lymphocytes T auxiliaires. Nous avons utilisé les transporteurs, premier anatoxine tétanique (TT) et l'anatoxine diphtérique plus tard (DT) ou le choléra chaîne toxine B (CTB). Le tétanos représente une grande mortalité des femmes au moment de la livraison, dans les pays en développement, se produit souvent dans des endroits autres que les cliniques et maternité. L'anatoxine tétanique conféré bénéfice de l'immunoprophylactique contre le tétanos, outre de surmonter la tolérance immunologique à l'auto-hormone. La diversification des transporteurs sur la répétition de l'immunisation évite hyperimmunisation contre une porteuse donnée et l'immunosuppression induite par le vecteur ".
Lecture sur, la section intitulée gonadotrophine chorionique humaine, se lit comme suit :
"La gonadotrophine chorionique humaine est un choix préféré comme une cible pour un vaccin contraceptif de trois groupes de chercheurs. Bien que l'existence de gènes non étanches faisant de petites quantités de hCG dans l'état non enceinte a été observé par William Odell. L'hormone ainsi faite n'est pas visible dans sa bioactivité non appréciable en quantité, l'hCG est un marqueur précis de la grossesse, lorsque les tumeurs trophoblastiques et autres sont exclus. Sa synthèse et la sécrétion commence au stade pré-implantatoire, comme on l'observe dans la vitro-fécondé de l'embryon humain. Il est impliqué dans l'implantation depuis un marmouset - singe d'Amérique centrale ou du sud - d'embryons exposés à des anticorps anti-PHCG ne s'implantent."
L'auteur poursuit en ajoutant:
"L'interception de conception par des anticorps anti-hCG est également soutenue par des essais cliniques de phase II où aucun allongement de la phase lutéale a été observée chez les femmes qui ont été protégés contre la grossesse. Comme la grossesse est présumée à débuter seulement après l'implantation de l'embryon à l'endomètre. Le vaccin hCG, en empêchant, n'est pas un abortif, mais un vaccin contraceptif. Le hCG est également nécessaire pour soutenir le corps jaune et la production de progestérone pendant les 7 premières semaines jusqu'à ce que le placenta prend le relais. Il a donc un rôle à la fois dans l'établissement et en soutenant la grossesse. Sa composition chimique est connu au début des années 1970, et il pourrait être purifiée à partir de l'urine de grossesse ".
Ces vaccins semblent être étonnamment similaire aux vaccins qui ont été donnés aux femmes dans les pays en développement contre le tétanos en 1994, seulement trois ans plus tôt, qui ont également été trouvés à contenir l'hormone hCG.

Ainsi, ont été les femmes et les enfants vivant dans les pays en développement en 1994, délibérément été expérimentées ? Peut-on vraiment penser que des expérimentations aient été faites sur les femmes et les enfants de pays en voie de développement ? Il semble bien que oui, vu que les vaccins antitétaniques administrés aux femmes et aux jeunes filles en âge de procréer ont eu lieu trois ans avant que le document auquel nous nous référons ne soit écrit.

Un autre point qu’il s’agit de mentionner ici est le fait que ces essais ne correspondaient nullement aux exigences de l’éthique. Il n’est même pas fait mention d’un quelconque comité d’éthique. Des membres de Comités d’Ethique ont-ils jamais été consultés avant que ces vaccins soient administrés ?

Augmentation massive de la mortalité fœtale après que des mamans enceintes aient reçu le vaccin contre la grippe

Les vaccins contre le tétanos ont été administrés dans les années 1990 et pourtant on signale que des vaccins sont encore aujourd’hui censés provoquer des cas de stérilité. Outre les vaccins contre le HPV dont nous venons de parler, il y a aussi le Fluarix contre la grippe porcine commercialisé par GSK qui serait susceptible de provoquer la stérilité.

En fait, l’information donnée sur les notices stipule que le vaccin n’a pas été évalué par rapport à l’altération de la fertilité et que l’on ne sait pas si le Fluarix peut nuire au fœtus lorsqu’il est administré à une femme enceinte ou s’il est susceptible d’affecter la capacité de reproduction.

En d’autres termes, il est possible que ce vaccin puisse mener à la stérilité ! Et bien que ces informations soient disponibles sur internet, on continue à recommander aux femmes enceintes de se faire vacciner chaque année contre la grippe.

La documentation de la Coalition Nationale des Femmes Organisées (NCOW) indique qu’entre 2009 et 2010, les vaccins combinés contre la grippe contenant du mercure ont fait augmenter (d’après les enregistrements du VAERS) les rapports de mortalité fœtale de 4.250% chez les femmes enceintes.

Eileen Dannemann (NCOW) a déclaré que les Centres Américains de Contrôle des Maladies (CDC) avaient délibérément trompé les gynécologues-obstétriciens américains , qu’ils avaient été de connivence avec Le Journal Américain d’Obstétrique et de Gynécologie (AJOG) pour faire croire au public que le vaccin antigrippal était un vaccin sûr pour les femmes enceintes alors qu’ils savaient pertinemment bien que ce vaccin était susceptible de provoquer une hausse marquée de la mortalité fœtale.

Conclusion

Je suis certaine que beaucoup de personnes seraient d’accord pour reconnaître que ce que j’ai découvert est tout simplement horrible. Il semblerait même que les gouvernements et l’industrie pharmaceutique soient au courant que certains vaccins recommandés soient susceptibles de provoquer la stérilité. Plusieurs de ces vaccins ont même été rendus obligatoires. Nous sommes obligés de nous interroger sur les raisons qui font que nos gouvernements nous contraignent à nous faire vacciner au moyen de vaccins susceptibles de provoquer la stérilité.

Nous pouvons aussi nous demander pourquoi on finance tant d’études traitant de la vaccination et de la stérilité.

Beaucoup de professionnels haut placés pensent que ces vaccins sont proposés dans le cadre d’un plan de dépopulation mondiale. Nous sommes en droit de nous demander si oui ou non nos gouvernements ont le droit de jouer à Dieu avec nos vies sans que nous en soyons informés et sans notre consentement.

Je pense qu’il est grand temps que nous reprenions le contrôle de nos vies et que nous effectuions une recherche approfondie sur les vaccins avant de donner notre accord pour n’importe quelle vaccination. En fin de compte, c’est à chaque personne qu’appartient la décision de se faire ou non vacciner, et la seule manière de pouvoir donner un consentement réellement éclairé au sujet des vaccins est d’être parfaitement informé avant d’accepter quel que vaccin que ce soit.

J’ai prouvé au moyen de documents, de références, d’études scientifiques que certains vaccins sont susceptibles de provoquer la stérilité. Pourtant, on continue à administrer ces vaccins à des personnes innocentes, à leur insu et sans leur consentement éclairé. Cette pratique est non seulement contraire à l’éthique, elle est criminelle.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...