Recherche

1 mai 2018

EXPLOSIF - Les travailleurs humanitaires de l'ONU ont violé 60 000 personnes, selon les estimations, employant 3 300 pédophiles

Le dossier affirme que les travailleurs humanitaires des Nations Unies ont violé 60 000 personnes et estiment que l'organisation emploie 3 300 pédophiles

Un lanceur d'alerte prétend que le personnel de l'ONU serait responsable de 60 000 viols au cours de la dernière décennie alors que les travailleurs humanitaires se livraient à des abus sexuels incontrôlés dans le monde entier.

Cette révélation provient d'un dossier explosif que l'ancien haut fonctionnaire des Nations Unies, Andrew Macleod, a remis au secrétaire du Département du Développement International, Priti Patel, l'année dernière.

Dans ce document, le professeur Macleod a également estimé que 3 300 pédophiles travaillaient pour les différentes agences de l'organisme mondial.

Des milliers d'autres prédateurs sexuels ciblent spécifiquement les emplois d'aide caritative pour se rapprocher des femmes et des enfants vulnérables.

Et il y a eu un camouflage endémique de crimes dégueulasses pendant + de 20 ans, avec le renvoi de ceux qui tentaient d'en parler.

Partageant son dossier avec The Sun, le professeur MacLeod a averti la nuit dernière que le scandale des abus était à la même échelle de grandeur que celui de l'Église catholique.

L'universitaire respecté a déclaré: "Il y a des dizaines de milliers de travailleurs humanitaires dans le monde qui ont des tendances pédophiles, mais si vous portez un t-shirt de l'UNICEF, personne ne vous demandera ce que vous faites. Vous avez l'impunité pour faire ce que vous voulez. C'est un problème endémique dans l'ensemble du milieu humanitaire à travers le monde. Le système déraille, et aurait dû s'arrêter il y a quelques années."

Pr MacLeod a travaillé comme chef de l'aide pour l'ONU dans le monde entier, y compris des emplois de haut niveau dans les Balkans, au Rwanda et au Pakistan où il était chef des opérations du Centre de coordination des urgences de l'ONU.

Il fait campagne pour des contrôles bien plus strictes des travailleurs humanitaires sur le terrain, milite pour que les violeurs parmi eux soient traduits en justice, et veut que le Royaume-Uni mène le combat.

Le terrible chiffre de 60 000 du professeur est basé sur l'admission l'année dernière du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, que les casques bleus et le personnel civil des Nations Unies ont abusé de 311 victimes en une seule période de 12 mois en 2016.

L'ONU admet également que le nombre vraisemblablement exact de ca rapportés contre son personnel serait le double car les chiffres en dehors des zones de guerre ne sont pas rassemblés centralement.

Pr MacLeod estime également qu'un seul sur 10 de tous les viols et agressions commis par des membres du personnel des Nations Unies est signalé, car même au Royaume-Uni, le taux de signalement n'est que de 14%.

Sur la base des preuves fournies par le Pr MacLeod, l'ex-ministre Priti Patel - qui a démissionné en novembre dernier - a accusé aujourd'hui des hauts fonctionnaires du DFID de faire partie de la dissimulation .

Mme Patel a dit que le personnel du DFID a essayé de la dissuader de faire un discours critique sur l'abus sexuel des travailleurs humanitaires, arguant que c'était seulement par les soldats de l'ONU et de prétendre que le contraire allait "trop ​​loin".

La Grande-Bretagne est l'un des dix principaux contributeurs au budget de l'ONU, avec plus de 2 milliards de livres sterling par an.

Pr MacLeod a insisté sur le fait que la "dure réalité était que les viols d'enfants sont financés par inadvertance en partie par des contribuables britanniques".

Il a ajouté : "Je sais qu'il y a eu beaucoup de discussions aux échelons supérieurs des Nations Unies du type "quelque chose doit être fait" mais rien d'efficace n'a été fait, et si vous regardez le dossier des lanceurs d'alerte, ils ont été renvoyés.

"L'étendue de ce problème est comparable à celle de l'Église catholique, si ce n'est plus."

Conor Burns, qui est l'aide parlementaire de Boris Johnson, a qualifié la fureur d'Oxfam de "pointe d'un iceberg pour découvrir ce qu'il s'est passé."

M. Burns était un ami universitaire du professeur MacLeod et a demandé qu'il soit écouté très sérieusement.

M. Burns a ajouté: "Je crois qu'il y a eu une activité systématique, organisée et dissimulée pendant de très nombreuses années".

Penny Mordaunt s'est engagée ce soir à "intensifier notre travail pour lutter contre l'exploitation et les abus sexuels à travers l'ONU et d'autres organisations internationales."

En septembre de l'année dernière, la Première ministre, Theresa May, a également menacé de retirer de l'argent à l'ONU et lui a demandé de regagner la confiance des personnes.

Le No 10 a insisté aujourd'hui sur le fait qu'il y aura une "tolérance zéro" envers tout acte d'abus sexuel.

Mais Downing Street s'est abstenu d'ordonner une enquête sur les allégations de Mme Patel, malgré leur gravité.

Article traduit sur The Sun
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...