Recherche

20 septembre 2013

AVERTISSEMENT - 98% de risques de krach financier en 2014

Oui, 2014 est un désastre total absolu en attendant juste pour s'enflammer. Dans le rapport intitulé : "Le risque de 87% qu'un krach financier se produise à la fin de l'année 2013", nous avons analysé les 10 avertissements de krachs majeurs depuis le début de cette année. Cependant, d'avantage de bestioles entrantes ont parcouru à travers notre écran radar. En pointant des bombes à retardement du Congrès, la Cour suprême, le sexe, les émissions de carbone, le Peak Oil, NSA, IRS, l'austérité.... Implacable. Le fait d'étourdir l'esprit.

Donc, beaucoup sont d'accord. Le déni. La vérité est : les bulles sont partout. Prêtes à exploser. La preuve s'accélère, avec une seule conclusion évidente : le risque de 98% à un point d'éclair. Ce krach pour 2014 est pratiquement garanti. Il y a une étroite mais 2% de chance d'esquiver cette déferlante.

Voici les 10 signes, des drones qui ciblent les marchés, les actions, les obligations et la, l'économie mondiale :

1. La bulle sans nom déclenche la plus grande chute depuis 30 ans

Les trois grandes bulles financières à travers le monde qui ont explosé au cours des trois dernières décennies, ont "été alimentée par la tenue des taux de la Réserve fédérale au-dessous du taux de croissance nominal de l'économie depuis trop longtemps", dit le stratège mondial, Kit Juckes de la banque française Societe Generale.

Les trois bulles : la bulle asiatique dans les années 90, la bulle Internet à la fin des années 90 et ce Juckes appelle la mega-bulle du crédit qui a déclenché l'effondrement de Wall Street en 2008.

Juckes avertit que nous sommes maintenant pris au piège dans la quatrième mega-bulle alimentée par la Réserve fédérale au cours des 30 dernières années, depuis l'avènement de l'économie conservatrice. Il appelle celui-ci : la bulle sans nom. OK, nous vous invitons à envoyer votre candidature pour nommer la nouvelle bulle. Mais ce que vous appelez, faites-le vite, il est proche de l'éclatement, comme les bulles asiatique, Internet et du crédit se crashent sur les 30 dernières années.

2. L'avertissement de Marc Faber sur le schéma de l'assouplissement quantitatif (QE) désastreuse de Bernanke

Faber se moque de la remarque de M. Bernanke que l'économie serait assez fort plus tard cette année donc il pourrait se prendre une balle dans le pied, qui commence à "se resserrer, ou mise à l'échelle de retour : c'est le programme d'assouplissement quantitatif stimulatif plus tard cette année." Oui, avec rires.

Selon Business Insider.com, Faber "a suggéré que QE serait essentiellement une partie de la vie de tous les jours pour le reste de nos vies", ajoutant qu'en 2010 dans les premiers jours de l'expérience désastreuse de Bernanke, Faber a mis en garde comme quoi "la Réserve fédérale se dirige vers QE99 ".

3. L'économie fonce déjà vers le krach, le PIB deviendra encore pire en 2014-2016

Sur le Huffington Post, Mark Gongloff, prévient : Cette "descente dramatique de la croissance économique américaine au premier trimestre a révélé la faiblesse persistante de l'économie, a exposé la folie de l'austérité de l'obsession de Washington et frappé le droit du nouvel optimisme de la Réserve fédérale." Et avec la politique détériore, il va empirer.

Gongloff met les mauvaises nouvelles en 2014 : "le PIB a progressé à un rythme annualisé de 1,8% au premier trimestre ... révisant en baisse sa première estimation de la croissance de 2,4% ... La croissance morose du premier trimestre a été au moins mieux que la croissance de 0,4% du PIB au quatrième trimestre de 2012. Mais il était encore loin d'être en bonne santé, et les économistes ne vois pas ce que cela devient beaucoup plus forte dans un avenir proche. Et c'est vrai mauvaises nouvelles pour les marchés allant jusqu'en 2014."

4. Métaux précieux : "Les cycles économiques pointent vers l'effondrement"

C'est l'alerte rouge cligontant. Après avoir examiné 20 cycles suivis par 20 autres experts, GoldSeek.com a conclu : "Il y a beaucoup de cycles qui suggèrent une correction boursière ou un krach se trouve à proximité ... La préparation est importante. Vous avez encore un peu de temps restant avant que le piège se referme !"

Les traders se dirigent vers les sorties de secours : "Les tendances non viables peuvent survivre beaucoup plus longtemps que la plupart des gens s'attendent, mais ils ne finissent quand leur temps est écoulé, à l'aboutissement de leurs cycles de temps." Ils ont analysé plus de 20 cycles : "Presque à l'unanimité de point à tectonique des changements dans les mois et années à venir. "

Oui, ils couvrent sur ​​le moment, mais les bombes à retardement sont bruyants, à proximité. Et "le krach des métaux précieux, en commençant en avril 2013, a été le premier avertissement de ce qui est à venir dans le monde."

5. Gross met en garde : "Plan de Ponzi, point de basculement et éclatement massif de la bulle du crédit !"

Bill Gross admet : "Le QE doit cesser. Des trillions d'argent pas cher a faussé les incitations et les prix des actifs gonflés à des niveaux artificiels." Mais maintenant Gross dit : "le plan de la Réserve fédérale est peut-être trop hâtive."

Quoi ? Sa société n'a pas fait imprimer assez d'argent bon marché de Bernanke ? Donc il blâme "une croissance plus faible sur l'austérité budgétaire," alors même que Bernanke tient à faire exploser la bulle de la balance de clôture de la Réserve fédérale par des milliards dans l'illusion et qu'il est le sauveur de l'Amérique parce que notre Congrès dysfonctionnel a échoué ?

Les changements de Gross, n'ont aucun sens : Juste il y a quatre mois, il a averti que la Réserve fédérale fera exploser massivement la bulle du crédit, une nouvelle bulle monétaire qui prononcerait l'expérience risquée arrogante de Bernanke en mettant l'avenir de l'Amérique dans le grand risque en finançant Wall Street, le Plan de Ponzi et en faisant exploser une énorme bulle financière.

Maintenant, comme un toxicomane qui ne peut pas arrêter, Gross a écrit dans son blog que le ​​point de basculement QE durera jusqu'en 2015. Auparavant, il semblait être la bulle sans nom devrait être rebaptisée la bulle Bernanke. Mais maintenant, avec Gross et Pimco de 2 trillions de dollars en jeu ici, peut-être que nous devrions l'appeler la bulle Gross.

6. Les cycles se produisent. Nous sommes maintenant en 5ème année d'une bulle typique de 4 ans

Tout le monde à Wall Street, la rue principale et Washington tient à oublier les fondamentaux des cycles du marché. N'oubliez pas : Bill O'Neill de chez Investors Business Daily, auteur de "Comment faire de l'argent dans les stocks", explique les moyennes des cycles du marché sont en hausse de 3,75 années, soit neuf mois plus tard.

Mais les moyennes sont des données anciennes, pas de faits futures. De beaux discours ne redémarrent pas une bulle. Et d'avantage d'avertissements ne crèveront pas une vieille bulle. Les cycles ont une vie propre, montent et descendent quand ils ont sacrément bien envie. C'est la nature !

7. Les guerres politiques garantissent la volatilité intense à travers des élections 2014-2016

Désolé, les gars, mais si vous êtes un investisseur espérant les guerres fratricides politiques de l'Amérique s'amélioreront dans le proche avenir, n'investissez pas juste. La guerre entre le Congrès avec son catastrophique 10% d'opinions favorables et le président, la guerre entre les Démocrates, les Républicains et le Tea Party, va encore s'aggraver, bouleversant d'avantage les marchés et l'économie.

Pourquoi ? Ajoutez juste dans la colère s'intensifiant après les décisions de la Cour suprême sur des questions de mariages sexuels et gays, ajoutez dans la colère grandissante à propos des avortements, Obamacare, contrôle des armes, des coupons alimentaires, la nouvelle suppression des électeurs poussées par les gouverneurs de parti républicain, d'avantage de menaces de la part des conservateurs et du Tea Party à creuser dans leurs talons et se battre pour tout renverser et augmenter l'austérité aussi.

Il s'agit de mauvaises nouvelles pour les investisseurs, après 30 ans de bulle des obligations de l'Amérique se termine.

8. Les avenirs d'emploi sont faibles comme les pensions des Etats et municipalités en cours de drainage

Toute "reprise de l'emploi est loin ans dans la plupart des villes", explique USA Today. Et en examinant le nouveau livre de célèbre analyste Meredith Whitney, "Le destin des Etats", prévient-elle que "les pensions excessives évincent les deux buts libérales telles que les dépenses d'éducation et les réductions d'impôt que les conservateurs veulent."

Oui, les pensions des retraités au niveau des États et des municipalités empêchent la récupération. Les pensions d'entreprise sont aussi un gros problème, l'élargissement de l'écart de l'inégalité de l'Amérique: le PDG de la société Mc Kesson a été le patron pendant 14 ans, mais prendront leur retraite avec une pension de 159 millions de dollars, tandis que le revenu du salarié moyen en Amérique a stagné pendant 30 ans.

9. Les cerveaux des investisseurs sont si distraits, dans le déni, ils ne seront pas dans le temps.

Une bulle sans nom mais c'est encore une bulle. Mais, les Américains sont aussi distraits, aussi étourdis aussi dans le déni d'entendre les avertissements. Ça me rappelle mon retour global le 20 mars 2000. "Le prochain krach, désolé que vous n'entendrez jamais vu venir."

Mais le krach a frappé. L'économie a stagné. La récession a duré 30 mois. Wall Street a perdu plus de 8 milliards de dollars de notre argent de la retraite. Dans la première décennie du XXIe siècle, à partir de l'effondrement des entreprises de la bulle Internet de 2000 à 2010, le désastre Wall Street a eu une performance négative corrigés de l'inflation. Aujourd'hui, les rendements de Wall Street sont à peine de vaincre l'inflation. Pas étonnant que les investisseurs se sentent floués par les casinos de Wall Street.

10. L'économie tue l'économie, mais comme les drogués de coke nous ne nous arrêterons pas

Les économistes de Nobel comme Joseph Stiglitz, les militants écologistes comme Bill McKibben, George Soros et l'Institut pour une nouvelle pensée économique, des politiciens comme Al Gore et d'autres penseurs modernes nous mettent en garde contre tout ce que les économistes traditionnels (et les banques, les entreprises et les organismes gouvernementaux pour lesquelles ils travaillent) sont accro aux mauvaises théories économiques, et ils sabotent l'avenir de l'Amérique.

Les théories, oui, et aussi les mauvaises statistiques économistes traditionnels utilisent pour tromper l'Amérique : Le pire exemple, le PIB est une mesure étroite, trompeuse de la croissance à long terme de l'Amérique. Et deuxièmement, notre attention obsessionnelle sur les chiffres à court terme, les fermetures de stocks quotidiennes, les résultats trimestriels, les rapports annuels, empêchent la croissance à long terme de l'Amérique.

Résultat net...
  • Le stratège de la Societe Generale prédit la plus grosse bulle depuis 30 ans...
  • Dr Doom de Hong-Kong prédit du QE pour de bon...
  • L'économie de PIB ayant déjà eu un krach... 
  • Des métaux précieux "qui plongent vertigeneusement"...
  • Gross blâmant Bernanke qui alimente le Plan Ponzi de Wall Street, un point de basculement enflammant une explosion massive de la bulle du crédit...
  • Les guerres politiques garantissent volatilité croissante à travers les élections de 2014-2016 ...
  • Etat, Les pensions, sociétés locales tuant la croissance des emplois ...
  • Les investisseurs distraits, étourdis dans un profond déni ...
  • la pensée économique classique est en train de tuer l'avenir de l'Amérique ...
  • Les comptes à rebours des bombes à retardement sont enclenchés...
  • Placement de vos paris dans les casinos de Wall Street ...
  • Le risque est seulement de 98% en 2014 ...
  • Ou est-il à 100% ?

2 commentaires :

Louis Lafrance a dit…

Je suis absolument convaicu d un crash financier en 2014 ,la classe moyenne est en diparition ,trop taxer,trop imposer,tordu comme des éponges et les riches de plus en plus riches,mais si la classe moyenne disparais les riches il vont disparaitre aussi et c est le Crash assuré en 2014.
TROP TARD.

GOLIATH HARDCORE a dit…

@ Louis Lafrance

Oui, tout va péter et CA VA PETER !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...