Recherche

26 avril 2013

Angela Merkel à l'Europe : "Préparez-vous à céder leur souveraineté !"

Le tsunami de liquidités qui a débuté en septembre 2012 à la Réserve fédérale américaine y compris l'expansion continue du QE épique de la Banque du Japon, il y a trois semaines, a jusqu'ici fourni l'élan pour l'Europe pour lancer la dissolution inévitable pour quelques mois de plus, encore lentement mais sûrement, le marché est en train de lire à travers les niveaux artificiels implicites des obligations italiennes et espagnoles entraînés par le recyclage du financement de la BCE via les banques et canalisations de pension et évidemment les Japonais transportent de l'argent et des rumeurs d'un retour à une situation de crise sont de retour.

Et comme cela arrive toujours, une fois que le discours de crise revenu, tout comme la discussion d'une union fiscale. Effectivement, Angela Merkel, plus tôt aujourd'hui en Allemagne, a une fois de plus rappelé à tout le monde juste quels sont les enjeux afin de parvenir à une union européenne véritablement stable et durable : rien de moins que de céder la souveraineté de l'Allemagne. Et avec cela, nous sommes de retour à la case départ, parce que cela a toujours été le compromis - vouloir un pays unifié, fiscalement et financièrement, en Europe ? Vous pouvez l'obtenir : il suffit de se baisser devant Merkel et de fermer sa gueule !

De Reuters:
La chancelière allemande, Angela Merkel, a déclaré lundi que les membres de la zone euro doivent être prêts à céder le contrôle de certains domaines de la politique des institutions européennes si le bloc doit vraiment surmonter la crise de la dette et de reconquérir les investisseurs étrangers.

S'exprimant lors d'un événement organisé par la Deutsche Bank à Berlin, aux côtés du Premier ministre polonais, Donald Tusk, Mme Merkel a également défendu son approche de la crise contre les critiques qui affirment qu'elle a mis trop l'accent sur ​​l'austérité, en disant l'Europe doit trouver un moyen de fournir à la fois la croissance et solides finances.

Les commentaires sont venus deux mois avant les dirigeants européens sont dues de se réunir à Bruxelles pour débattre de l'orientation vers une soi-disant union budgétaire.
The Punchline
"Nous semblons trouver des solutions communes lorsque nous sommes au bord du gouffre", a déclaré Mme Merkel. "Mais dès que la pression baisse, les peuples se disent qu'ils veulent suivre leur propre chemin.

"Nous devons être prêts à accepter que l'Europe aura le dernier mot dans certains domaines. Sinon, nous ne serons pas en mesure de continuer à construire l'Europe", a-t-elle ajouté.
Deux conclusions ici : L'Europe sera "au-dessus du gouffre" très prochainement et encore une fois où Merkel dit "l'Europe" elle veut dire "l'Allemagne".

Ceci est confirmé par le refus immédiat de cette précision, ajoutant "qu'il serait dangereux si d'autres pays européens ont estimé que l'Allemagne imposait son propre modèle économique sur l'ensemble du bloc."

Oh, ok alors.

Ainsi, juste ce qui est la vision allemande pour "l'Europe" :
"Nous n'avons pas toujours besoin d'abandonner les pratiques nationales, mais nous devons être compatibles", a déclaré Mme Merkel. "C'est le chaos en ce moment."

"Nous avons besoin d'être disposés à rompre les relations avec le passé pour sauter en avant. Je suis prêt à le faire," a-t-elle dit.
Renoncez juste donc... aux pratiques nationales quelquefois. Et oui, Merkel est évidemment prête à être à la tête des actifs du continent européen. La question est qui d'autre en Europe est disposé à céder leurs libertés à l'itération suivante du Reich allemand ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...