Recherche

10 janvier 2017

Le dollar se dirige vers la parité avec l'euro - Sommes-nous à la veille du chaos ?

La hausse du billet vert s’accélère, et il semble que nous pourrions assister à une crise financière européenne majeure dès le début de l’année 2017.

Le jeudi 15 décembre 2016, le cours de la devise américaine face à l'euro avait monté jusqu’à 0,97 euro pour avant de finir par reculer légèrement. Cela représente la plus faible valorisation de l’euro par rapport au dollar US depuis janvier 2003. Rappelez-vous que cela fait presque 6 ans maintenant que j’alerte régulièrement sur le fait que l’euro se dirige vers la parité avec le dollar US. Lorsque la devise européenne se négociait à 1,40 dollars US, cela semblait un peu fou, mais je n’avais pas changé d’avis pour autant. Je continuais à avertir les personnes sur le fait que l’euro allait s’affaiblir considérablement face au dollar US. Voici d’ailleurs cet exemple qui date de mars 2015 : "Combien de fois l’ai-je dit ? L’euro va vers des plus bas historiques. Il va se diriger vers la parité avec le dollar US, puis il finira par tomber sous cette parité." Nous y sommes presque, et une fois que aurons atteint cette fameuse parité, n’importe quel problème majeur pourrait éclater en Europe.

Depuis des années, beaucoup d’experts qui rédigent des articles sur nos futurs problèmes économiques, proclament la mort imminente du dollar US.

Mais moi, j’ai toujours adopté une approche différente. J’ai toujours soutenu que l’effondrement de l’euro arriverait d’abord, et que la mort du dollar US interviendrait un peu plus tard.

Du coup, beaucoup de personnes ont voulu se débarrasser de tous leurs dollars en prévision de la crise à venir, mais c’est une énorme erreur.

Tout d’abord, tout le monde doit posséder un fonds d’urgence (des sous que l’on met de côté) pour pouvoir parer à au moins six mois de dépenses. On ne sait jamais ce qui peut arriver, vous pouvez perdre votre emploi, avoir un problème de santé voire être confronté à n’importe quel imprévu.

Deuxièmement, détenir du pognon aura énormément d’importance dans les premières phases de cette crise à venir. Ensuite, plus tard, le dollar US perdra rapidement de sa valeur, mais au début, il sera utile d’avoir d’importantes liquidités disponibles.

La plupart des Américains pensent qu’un dollar US fort est une excellente nouvelle et que c’est de bon augure pour la future présidence de Donald Trump.

Mais en réalité, un dollar US trop fort est une très mauvaise nouvelle pour l’économie mondiale.

Pour les Etats-Unis, un dollar US fort impacte ses exportations et cela a tendance à faire baisser son PIB.

Pour le reste du monde, un dollar US fort rend plus coûteux le fait d’emprunter du pognon. Le boom économique auquel nous avons assisté après la dernière crise financière dans les pays en développement a été alimenté par des montagnes de dollars qui ont été empruntés à des taux d’intérêt extrêmement bas. Mais maintenant, le dollar US n’arrête pas de progresser et les taux d’intérêt s’envolent, ce qui commence à poser de sérieux problèmes.

Il faut maintenant beaucoup de pognon dans la devise du pays pour rembourser ces prêts libellés en dollars qui ont été contractés sur les marchés émergents durant la période d’euphorie post-crise financière. Si le dollar US continue de monter, nous allons voir un nombre impressionnant de faillites, et actuellement, un resserrement du crédit semble inévitable dans de nombreuses régions du monde.

Bien sûr, ce qu’il faudra surveiller de près au cours des prochaines semaines, c’est la crise qui enfle rapidement en Italie. L’Italie, c’est la 8ème plus importante économie de la planète, et son système bancaire est en train d’imploser complètement sous nos yeux.

En réalité, la 3ème plus grande banque italienne menace de faire faillite à tout moment, et selon Reuters cela pourrait déclencher une crise bancaire et politique bien plus importante en Italie...
L’Italie est prêt à injecter 15 milliards d’euros dans Banca Monte dei Paschi di Siena et dans d’autres établissements en difficulté, ont déclaré des sources jeudi, alors même que la troisième banque de la péninsule a lancé un plan de recapitalisation privé auquel peu croient.

La plus ancienne banque au monde encore en activité a jusqu’au 31 décembre pour lever cinq milliards d’euros en cash. Un échec menacerait sa survie et pourrait déclencher une crise de grande ampleur en Italie.

Pour éviter cela, l’Etat est disposé à mettre la main à la poche non seulement pour l’établissement toscan mais aussi pour d’autres, ont expliqué deux sources proches du dossier.


Tout ceci est d’autant plus grave que la dépression économique fait toujours rage en Grèce.

La Grèce est tout simplement la 44ème plus importante économie au monde, et nous voyons constamment toutes les difficultés que rencontre l’Europe pour essayer de la renflouer.

Alors, que fera le reste de l’Europe lorsque l’effondrement financier éclatera en Italie ?

Ici aux Etats-Unis, très peu de personnes s’intéressent à la crise financière mondiale actuellement, parce qu’on est toujours dans l’euphorie post-élection et la plupart des personnes sont sur un petit nuage et voit l’avenir avec confiance. Pour comprendre ce que je viens d’expliquer, il suffit de prendre en compte les trois points suivants tirés d’un article de Bloomberg...
1. L’indice de confiance des constructeurs et promoteurs immobiliers américains a grimpé en flèche et vient d’atteindre un sommet de 11 ans en Décembre, et ce malgré la hausse importante des rendements obligataires depuis l’élection.

2. L’indice confiance des consommateurs de l’Université du Michigan a également poursuivi sa tendance haussière post-élection, passant à ainsi 98 points. Pour le calculer, environ 500 personnes sont interrogées sur leur vision de l’avenir économique à court et moyen terme (1 an et 5 ans) ainsi que sur leurs finances personnelles. Et aussi incroyable que cela puisse paraître, cet indice vient de toucher un niveau jamais atteint depuis 2009.

3. L’indice d’optimisme de la fédération patronale du travail indépendant (National Federation of Independent Business) vient d’afficher en novembre sa plus forte hausse depuis 2009 en ayant atteint 98,4 points. Interrogés après le 8 novembre 2016, les patrons de petites entreprises s’attendent à une amélioration de la conjoncture économique ce qui explique les articles positifs actuellement.
Espérons cette période d’euphorie se poursuive encore.

Mais sachez qu’elle ne durera pas éternellement.

Comme je l’ai déjà expliqué à maintes reprises, la crise qui se profile frappera d’abord l’Europe, et les États-Unis seront impactés peu de temps après.

L’élément clé qu’il faut surveiller et qui nous permettra de savoir si nous sommes proche ou pas de cet événement, c’est l’euro. Une fois que l’Euro aura atteint la parité avec le dollar, les problèmes pourraient commencer à s’accélérer significativement.

Article traduit sur TEC
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...