Recherche

29 septembre 2016

La réalité est bien plus qu’inquiétante selon Celente

Avec le monde axé sur la propagande habituelle des mé(r)dias, aujourd'hui les premières tendances du prévisionniste, Gerald Celente, dit ce qui se passe dans le monde réel est extrêmement inquiétant.

L’américain Gerald Celente, fondateur du Trends Research en 1980 est l’un des meilleurs prévisionnistes au monde. Rappelons qu’il a prédit le crash de 2008, et croit que nous allons bientôt assister à l’effondrement du marché financier mondial. Il prévoit un séisme économique qui aura des répercussions à travers le monde

Alors que les médias continuent de déverser leur propagande et de mentir au monde entier, aujourd’hui, Gerald Celente explique sur King World News que la réalité est bien plus qu’inquiétante.

Gerald Celente : De l’Asie à l’Europe en passant par l’Amérique, Lundi dernier, les marchés étaient réellement déstabilisés en pensant à la perspective du débat entre Hillary Clinton et Donald Trump…

La presse financière, les professionnels de marché ont affirmé que la sérénité sur le plan économique dépendait d’une victoire d’Hillary Clinton et ils n’ont pas arrêté de le répéter :

Alors que tous les yeux se braquaient sur le débat, les marchés américains clôturaient à la baisse.

Les actions américaines ont clôturé en forte baisse lundi, les secteurs financiers et de la santé ayant nettement reculé, alors que les opérateurs semblaient surveiller de près une importante réunion de l’OPEP avant le débat présidentiel américain.

"Le marché a clairement parié sur une victoire d’Hillary Clinton", a déclaré Randy Warren, responsable de l’investissement chez Warren Financial Service.

"Si Hillary emportait facilement ce débat, alors personne ne regardera les deux prochains et le marché reprendra ses habitudes. Si Trump venait à l’emporter largement, alors personne ne regardera les deux prochains débats et tout le monde commencera à paniquer".

" … Les investisseurs attendent de voir ce qui va se passer lors de ce débat présidentiel", a déclaré Peter Cardillo, économiste en chef chez First Standard Financial (CNBC, le 26 Septembre 2016)

Mardi, le lendemain, le Dow Jones avait repris la majeure partie de ce qu’il avait perdu la veille. Pour ceux qui financent CNBC, c’est Clinton qui a battu Trump. "Il semble qu’Hillary Clinton ait obtenu le vote du marché", a déclaré James Abate, responsable de l’investissement chez Centre Funds, ajoutant qu’elle "sera la candidate du statu quo".

Le monde réel

Si l’on cherche à comprendre les choses, nous observons trois mondes: le monde politique, le monde des médias et le monde réel. Le monde réel équivaut à 95% de la population mondiale et il assiste à un spectacle affligeant, d’insultes, de commentaires cinglants préparés à l’avance auxquels se livrent les deux candidats à la présidentielle américaine. Et bien entendu, ce débat ne fournit aucune solution à des problèmes complexes. Les élections américaines n’apporteront rien ou presque rien à l’économie de leur pays.

Pendant que les médias américains restent accrocs à ce cirque médiatico-politique, une crise bancaire couve en Europe. Par exemple, hier, l’action de la Deutsche Bank (1ère banque allemande) a plongé à son plus faible niveau depuis 1980, alors que la Commerzbank (2nde banque allemande) annonçait la suppression de 9000 emplois et expliquait vouloir supprimer son dividende pour 2016. Hier également, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a fortement revu à la baisse ses prévisions de croissance du commerce mondial pour 2016 en la faisant passer à 1,7%, soit bien moins que la croissance de 2,8% qui avait été prévue en Avril dernier… Ce qui correspond à la plus faible croissance depuis la panique de 2008.

La Deutsche Bank survivra t-elle à cette vague de difficultés ou deviendra t-elle la prochaine Lehman ?

Deutsche Bank : Le bénéfice plonge de -98%. Les perspectives s’assombrissent pour la banque la plus risquée au monde

Une nouvelle alerte lancée par le FMI

Ralentissement des perspectives économiques mondiales. Hier, le Fonds monétaire international a averti que les pays développés risquaient de tomber dans le piège de la déflation déclenché par un phénomène général alimenté par l’effondrement des prix des matières premières et d’une faiblesse de la demande mondiale (trop de marchandises et pas assez d’acheteurs). Lundi, Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne a admis que l’action de la BCE ne suffit pas à assurer une croissance réelle et durable à long terme, et a poussé les gouvernements à initier une relance budgétaire pour stimuler le PIB de la zone euro dont l’évolution sur le premier semestre est plus que modeste avec 0,4% seulement.

Nos anticipations

Face aux incertitudes économiques actuelles, aux risques élevés sur les marchés et à l’instabilité géopolitique croissante, nous maintenons nos prévisions à savoir que si l’or venait à franchir vigoureusement à la hausse les 1400 dollars l’once, nous prévoyons une montée en flèche du cours de l’or jusqu’à 2 000 dollars l’once.

Article traduit sur KWN
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...