Recherche

Chargement...

30 août 2015

Jour du dépassement de la planète - Désormais, nous sommes en sursis !

C'est l'alerte rouge générale ! Notre planète s'épuise de plus en plus vite à cause de la surexploitation du sol, de la surpêche, de la déforestation... Et ce mardi, elle frôle le surmenage. L'ONG canadienne Global Footprint Network parle d'ailleurs du "Jour du dépassement". En huit mois seulement, tout le capital en ressources naturelles, suffisant normalement pour vivre un an, s'est évaporé.

Notre empreinte écologique mesure la demande humaine sur la nature. Aujourd’hui, l’humanité utilise environ 1,6 planètes. Chaque année, Global Footprint Network calcule le jour du dépassement de la terre. Il s’agit de la date à laquelle l’humanité a épuisé le budget écologique de la planète, c’est-à-dire la quantité de ressources que la terre peut renouveler dans l’année. En 2000, le jour du dépassement était début octobre et en 2015, c’est le 13 août. Imaginez que c'est un compte bancaire : pendant 7 mois et 13 jours nous vivons avec nos revenus annuels, ensuite nous dépensons notre capital. On dirait qu'il y a quelque chose qui cloche non ?!

Notre empreinte écologique mesure la surface terrestre et marine dont nous avons besoin pour produire les ressources que nous utilisons, les choses comme la nourriture, les terrains à bâtir, le bois, les produits de la mer, et pour absorber les déchets que nous produisons et le dioxyde de carbone que nous produisons. Notre biocapacité est la surface biologiquement productive (comme les forêts, les zones de pêche, de culture et de pâtures) qui est disponible pour fournir ce dont nous avons besoin et pour absorber nos déchets. On peut comparer empreinte écologique et biocapacité pour voir si notre mode de vie est bien équilibrés ou non.

Alors, pourquoi notre empreinte écologique est-elle intéressante ?

Les coûts de dépassements écologiques sont évident chaque jour en matière de déforestation, sécheresse, perte de biodiversité et l’accumulation de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Le dépassement écologique peut également mettre les nations en péril économique. Il est difficile d’avoir une économie saine sans les ressources suffisantes, ou bien on doit importer plus, ce qui a des coûts également.

Les émissions de carbone ont une importante part dans notre empreinte actuelle. Aujourd’hui, l’empreinte carbone de l’humanité correspond à 54% de l’empreinte écologique mondiale. Si nous continuons comme si de rien n’était, nous aurions besoin de deux planètes en 2030. Et le jour du dépassement serait avancé sur le calendrier à la fin du mois de juin en 2030.

Cependant, il y a une autre option.

L’accord global discuté mondialement afin de réduire la consommation de combustibles fossiles pourrait également aider à réduire l’empreinte écologique mondiale. Si les émissions de carbone globales seulement étaient réduites de 30% en 2030 par rapport aux niveaux d’aujourd’hui, le jour du dépassement serait repoussé à mi-septembre. Des réductions de cette ampleur ne sont pas impossibles. Le Danemark l’a fait ! Depuis les années 90, le Danemark a réduit d’un tiers ses émissions de carbone. Si tout le monde avait fait la même chose (sans changer le reste de l’empreinte), le jour du dépassement serait le 3 octobre au lieu du 13 août en 2015. Cela limiterait également le réchauffement climatique à +2°C au-dessus des niveaux d’avant la révolution industrielle, l’objectif suggéré par les climatologues et un grand pas dans la bonne direction. Pour ma part, j’espère vraiment que les discussions des Nations Unies sur le climat à Paris en décembre 2015 vont nous aider à atteindre cet objectif.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...