Recherche

30 août 2015

Areva et Uramin, bombe à retardement du nucléaire français


C‘est une enquête en terrain miné, où les acteurs troubles et puissants avancent masqués. Elle part d’une question simple : pourquoi et comment trois milliards d’euros sont-ils partis en fumée dans des mines d’uranium qui ne valaient rien ?

Tout commence en 2007 avec le rachat par le géant nucléaire français Areva d’une petite société canadienne, Uramin. Elle détient des gisements dans trois pays africains. Ce contrat, l’un des plus gros de ce siècle en France, s’est transformé en une catastrophe financière pour la société que dirigeait Anne Lauvergeon, alias “Atomic Anne”. Quels secrets ce gigantesque fiasco cache-t-il ? Chefs d’Etat, affairistes financiers de tous horizons, hommes politiques troubles, capitaines d’entreprise déchus se croisent dans cette sulfureuse histoire planétaire.

Longtemps attentiste, la justice française a commencé à se pencher sérieusement sur l’affaire en annonçant le 28 mai l’ouverture de deux informations judiciaires contre “X”. La première, qui concerne les conditions et les circonstances de l’achat d’Uramin, est ouverte pour “escroquerie, abus de biens sociaux, corruption d’agent public étranger”. La seconde, ouverte pour “diffusion de fausses informations aux marchés, présentation de comptes inexacts, abus de pouvoir, faux et usage de faux” est susceptible de viser notamment Anne Lauvergeon.

De la brousse centrafricaine au tribunal de Paris en passant par La Hague, les équipes de Slug News et Hexagones.fr ont enquêté pour ARTE sur cette brûlante saga. Dans ce document, nous vous proposons des images exclusives, des documents inédits, des portraits. Révélations sur ce qui s’annonce en France comme un scandale d’Etat.


http://www.arte.tv/sites/fr/story/reportage/areva-uramin-bombe-a-retardement-du-nucleaire-francais/?lang=fr
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...