Recherche

28 septembre 2014

Quand le ciel se déchaîne

La météo régit depuis toujours la vie des hommes, surtout quand les caprices du ciel se transforment en catastrophes dévastatrices. Ce document revient sur la météorologie, les formations d'ouragans et de tornades ainsi que l'avenir climatique. Parmi eux, "Sandy : un ouragan dévastateur", qui retrace heure par heure, et grâce à des images satellite, des reconstitutions en images de synthèse et des interviews exclusives de témoins et de victimes, le passage sur New York d'une des plus grosses tempêtes que la côte est américaine ait connue.



Une cellule orageuse particulièrement active s'est développée au sud de la région de Nieuwkerke dans un contexte où le potentiel orageux était réellement très élevé (EPCD de +/- 3500 j/kg, Li de -10, forte humidité de l'air,...). En dehors des précipitations et du vent, l'activité électrique de la cellule fut très intense de sorte qu'il était régulier d'observer des coups de foudre toutes les 15 secondes. Par ailleurs, ces derniers se présentaient souvent par groupe de deux ou de trois, illuminant par la même occasion le rideau de pluie de la cellule. Cet orage monocellulaire sera resté actif pendant plus d'une heure avant de prendre la route de la dissipation vers la région de Renaix



Quelques cellules orageuses se sont formées au sud-est de la Belgique. L'une d'entre-elle fut très spectaculaire par la fréquence des éclairs qui s'y produisaient. En effet, la moyenne se situait entre 1 à 2 éclairs par seconde avec des pointes à 4 éclairs par seconde. Par ailleurs, la densité des précipitations issues de cette cellule était supérieur à 100l/h. Enfin, une "jupe" semblait apparente sous l'orage, ce qui, avec la durée de vie de 4 heures, fait vivement penser à un orage supercellulaire...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...