Recherche

31 octobre 2013

Le scandale de l’espionnage de la NSA à l'échelle planétaire - Tous sur écoute permanente !

Au cours de la semaine dernière, le gouvernement Obama a été secoué par un scandale diplomatique international prenant de plus en plus d’ampleur et déclenché par une nouvelle série de révélations d’Edward Snowden, l’ancien consultant de l’agence nationale de sécurité américaine - NSA (National Security Agency) - devenu lanceur d’alertes.

Au cœur de la crise, il y a la révélation qu’un appareil de renseignements américain opère indépendamment de toute contrainte juridique, internationale et domestique. Grâce à ces récentes révélations de Snowden, tout comme les précédentes, le monde dispose maintenant de la preuve concrète que la NSA collecte les enregistrements de conversations – y compris d’appels téléphoniques et d'emails – de centaines de millions de personnes partout dans le monde.

Alors que les gouvernements européens n’ont guère été préoccupés par l’espionnage de leur propre population par la NSA – et ont en fait collaboré en cela avec les USA – les articles montrant que la NSA a mis sur écoute le téléphone portable privé de la chancelière allemande, Angela Merkel, ont suscité des avertissements de rupture des relations entre les USA et l’Allemagne. La surveillance avait commencé en 2002 alors que Merkel était la présidente du parti d’opposition, l’Union chrétienne-démocrate (CDU).

34 autres dirigeants internationaux au moins ont été pareillement visés. Les journaux allemands ont rapporté que figurait sur cette liste le prédécesseur de Merkel, Gerhard Schröder, qui a été soumis à une surveillance après que son gouvernement s’était prononcé contre l’invasion prévue de l’Irak.

Une fois de plus, de hauts responsables du gouvernement américain ont été pris en flagrant délit de mensonge, y compris le président en lui-même. Obama a déclaré avoir ignoré que l’agence d’espionnage de son propre gouvernement surveillait les communications de Merkel et d’autres dirigeants étrangers. Un article paru mardi dans le journal Los Angeles Times, cite cependant certaines sources au sein de la NSA qui soulignent que les comptes rendus relatant une telle mise sur écoute devaient être soumis directement à la Maison Blanche et au Conseil de sécurité nationale.

L’ensemble de la politique de la classe dirigeante américaine, tant à l’intérieur du pays qu’à l’extérieur, repose sur un tissu de mensonges. Elle est impliquée dans un complot permanent contre les droits démocratiques de la population. La divulgation de ces mensonges a des implications politiques considérables.

Un article paru dans la dernière édition de Foreign Affairs, l’un des principaux journaux de l’establishment de la politique étrangère, a suggéré que l’omniprésence des fuites minait un principe central du pouvoir souple de Washington – c’est-à-dire, "sa capacité d’agir hypocritement tout en tirant son épingle du jeu."

Afin d’assurer le fonctionnement du système politique international sous la domination des USA, les professeurs de science politique à l’université George Washington, Henry Farrell et Martha Finnemore, soutiennent que "les responsables américains doivent régulièrement promouvoir et prêter allégeance à son principe libéral de base… Mais, comme l’ont montré les dernières divulgations en date, Washington est également incapable de respecter de manière cohérente les valeurs qu’ils proclament."

"Les divulgations de Snowden et de Chelsea Bradley Manning, font partie," écrivent-ils, d’un "effondrement accéléré de l’hypocrisie – un rétrécissement spectaculaire des marges de manœuvres du pays entre ses aspirations déclarées et la défense parfois sordides de ses intérêts personnels."

Farrell et Finnemore concluent en exprimant l’espoir que la crise politique créée par les divulgations persuadera le gouvernement américain de rapprocher davantage sa politique de son discours, y compris un inversement de l’expansion de l’Etat de sécurité nationale.

Pourtant, la source fondamentale de l’hypocrisie du gouvernement américain ne réside pas dans des décisions politique subjectives mais dans le conflit objectif qui existe entre les intérêts que ce gouvernement représente – à savoir, ceux d’une petite couche incroyablement riche de l’élite patronale et financière – et les intérêts de la vaste majorité de la population, à l’intérieur et à l’extérieur des USA.

La démocratie n’est pas compatible avec une politique d’hégémonie mondiale appliquée par le biais de la violence militaire et les niveaux jamais atteints d’inégalité sociale qui règnent aux USA. La classe dirigeante américaine espionne tout un chacun parce qu’elle voit un ennemi en chacun. A l’étranger, elle est décidée à exercer son contrôle sur chaque région du monde en sapant tout concurrent éventuel. A l’intérieur des USA, elle est parfaitement consciente que sa politique de guerre et de contre-révolution sociale est en train de créer les conditions d’une opposition sociale de masse.

Il n’existe pas, au sein de l’establishment politique ou de l’appareil militaire et du renseignement américains, de groupe qui maintienne en engagement envers les droits démocratiques. Parmi les différentes propositions formulées par le gouvernement Obama et les politiciens démocrates et républicains en vue d’un examen des programmes de surveillance – dont de gens comme la sénatrice Dianne Feinstein, une ardente partisane de la NSA qui a dénoncé Snowden comme traître – rien n’indique qu’il est prévu de démanteler les programmes d’espionnage ou que ceux responsables de la violation systématique des droits de la population inscrits dans la constitution soient poursuivis en justice.

Entre-temps, ceux qui ont dévoilé les crimes du gouvernement sont pourchassés et persécutés. Manning est en prison, après avoir été détenu et soumis par le gouvernement Obama à des abus qui correspondent à la torture. Snowden est en exil en Russie. Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, est coincé à l’ambassade d’Equateur à Londres et est la cible d’une inculpation décidée par un grand jury formé en secret. Le journaliste du Guardian, Glenn Greenwald, fait l’objet de menaces et de dénonciations tandis que son compagnon a été interpellé et interrogé à un aéroport britannique.

Aux USA et internationalement, la mentalité d’un Etat policier imprègne les milieux politiques officiels. La déclaration du directeur général de la NSA, Keith Alexander, précisant "qu’il faudrait trouver un moyen d’en finir avec les comptes rendus de la presse a été reprise lundi par le premier ministre britannique, David Cameron, qui a déclaré devant le parlement que la presse doit faire preuve de responsabilité sociale sinon il sera difficile pour le gouvernement de laisser faire sans réagir."

De telles réactions découlent d’une crainte dûment motivée selon quoi les révélations de Snowden et d’autres ont sapé pour de bon la crédibilité de la classe dirigeante et de son Etat. Incapable de défendre son système social par voie de persuasion, la classe dirigeante recourt aux mensonges, aux menaces et à la violence.

La classe ouvrière est la base sociale pour la défense des droits démocratiques. Les révélations ont contribué énormément à sensibiliser le public et à renforcer l’opposition. Ce sentiment doit être transformé en un mouvement politique conscient de la classe ouvrière américaine et internationale à l’encontre du système capitaliste qui est la source de la guerre, de l’inégalité sociale et de la dictature.


29 octobre 2013

Phase finale spéculative : "Shutdown" américain et faillite, une manne de plusieurs milliards pour Wall Street

La fermeture des activités gouvernementales aux USA - le "shutdown" - et l’apogée financière associée à une date d’échéance pouvant mener à une faillite du gouvernement fédéral constitue une entreprise lucrative pour Wall Street.

Une déferlante spéculative balaie les principaux marchés.

L’incertitude quant à l’arrêt des activités gouvernementales et la faillite représente une occasion en or pour les spéculateurs institutionnels. Ceux qui détiennent des informations privilégiées fiables concernant le résultat complexe du processus législatif pourraient faire des milliards de dollars en gains exceptionnels.

Manne spéculative

Plusieurs programmes politiques et économiques imbriqués se développent actuellement. Dans un article précédent, nous avons examiné la saga de la faillite de l'endettement par rapport à la privatisation éventuelle d’éléments importants du système étatique fédéral.

Alors que les lobbys financiers de Wall Street ont une influence décisive sur les politiques et la législation relatives à l’arrêt des activités gouvernementales, ces mêmes grandes institutions contrôlent également le mouvement des marchés des changes, de marchandises et des valeurs mobilières à travers des opérations de grande envergure dans le commerce des produits dérivés.

La plupart des acteurs clés au Congrès américain et au Sénat impliqués dans le débat sur l’arrêt des activités sont contrôlés par de puissants groupes de pression des entreprises agissant directement ou indirectement pour le compte de Wall Street. Les principaux représentants de Wall Street ne sont pas seulement en mesure d’influencer les résultats du processus du Congrès, ils ont aussi de l’information privilégiée ou une connaissance préalable de la chronologie et des résultats de l’impasse de l’arrêt des activités du gouvernement.

En supposant qu’ils soient en mesure d’influencer les résultats de politiques correspondantes, ils pourraient faire des milliards de dollars de profits exceptionnels dans les activités spéculatives dites sûres.

Il convient toutefois de noter qu’il ya des divisions majeures tant au sein du Congrès américain que des milieux financiers. Ces derniers sont marqués par la confrontation et la rivalité des grands conglomérats bancaires.

Ces divisions auront un impact sur les mouvements spéculatifs et les mouvements opposés dans les marchés boursiers, monétaires et de marchandises. Nous sommes devant une guerre financière. Celle-ci ne se limite pas uniquement à Wall Street. Les institutions financières chinoises, russes et japonaises (entre autres) seront également impliquées dans la bulle spéculative.

Des mouvements spéculatifs basés sur des informations privilégiées pourraient donc aller dans différentes directions. Quels résultats les institutions bancaires rivales souhaitent-elles voir sur les marchés? Détenir des informations confidentielles sur les actions de ses principaux concurrents bancaires joue un rôle important dans les grandes opérations spéculatives.

Le commerce des dérivés

Pour ces acteurs financiers, le principal instrument de l’activité spéculative sûre est le commerce des produits dérivés, où ils misent soigneusement sur les marchés boursiers, les principales matières premières, dont l’or et de pétrole, ainsi que sur les marchés des devises.

Ces grands acteurs peuvent savoir où le marché s’en va puisqu’ils sont en mesure d’influencer les politiques et la législation au Congrès étasunien, et de manipuler les résultats du marché.

Les spéculateurs de Wall Street influencent également la perception du grand public dans les médias, sans compter les actions des courtiers en finances des institutions financières concurrentes ou de moindre envergure qui n’ont pas de connaissances préalables ou d’accès à des informations privilégiées.

Ces mêmes acteurs financiers sont impliqués dans la propagation de désinformation financière, prenant souvent la forme de reportages médiatiques et contribuant soit à tromper le public ou a fabriquer un consensus parmi les économistes et les analystes financiers, lesquels pousseront les marchés dans une direction particulière.

En soulignant un déclin inévitable du dollar, les médias servent les intérêts des spéculateurs institutionnels en camouflant ce qui pourrait se produire dans un environnement caractérisé par la manipulation financière et l’interaction des activités spéculatives à grande échelle.

Le commerce spéculatif implique régulièrement la tromperie. Au cours des dernières semaines, les médias ont été inondés de prédictions de divers événements économiques catastrophiques axés sur l’effondrement du dollar, le développement d’une nouvelle monnaie de réserve par les pays du BRICS, etc....

Voici un extrait d’une récente conférence organisée par le puissant Institute of International Finance (IIF), une boîte de réflexion ayant son siège à Washington et représentant les banques et les institutions financières les plus puissantes du monde :
3 de ces banquiers les plus puissants du monde ont mis en garde contre de terribles conséquences si les USA faisaient faillite. Le chef de la direction de la Deutsche Bank, Anshu Jain, a affirmé que cela serait absolument catastrophique.

"Cette maladie mortelle se propagerait très rapidement, [...] je n’ai pas de recommandations à vous faire [...] sur le pansement d’une blessure profonde", a-t-il déclaré.

Le chef de la direction de JP Morgan Chase, Jamie Dimon, et Baudouin Prot, président de BNP Paribas, ont déclaré qu’une faillite aurait des conséquences dramatiques sur la valeur de la dette et le dollar, et plongerait probablement le monde dans une nouvelle récession [...]

M. Dimon et d’autres cadres supérieurs de grandes sociétés financières étasuniennes ont rencontré le président Barack Obama et les législateurs la semaine dernière pour les inciter à régler ces deux problèmes.

Samedi, M. Dimon a déclaré que les banques dépensent déjà d’énormes sommes d’argent en préparation d’une éventuelle faillite, lequel menace selon lui la reprise économique mondiale survenue après la crise financière de 2007-2009.

Il a également défendu JP Morgan contre ceux critiquant la banque, devenue selon eux trop grande à gérer. Elle est scrutée par de nombreux organismes de réglementation et elle a signalé vendredi sa première perte trimestrielle depuis que Dimon a pris les rênes, perte due à des frais juridiques de plus de 7 milliards de dollars - Emily Stephenson et Douwe Miedema, grands banquiers mondiaux avertissent sur de graves conséquences en cas de faillite des USA, Reuters, 12 octobre, 2013.
Ces évaluations économiques faisant autorité visent à créer une aura de panique et une incertitude économique axée sur un éventuel effondrement du dollar étasunien.

Ce que les représentés de l’IIF dépeignent ceux qui sont les leaders des plus grands conglomérats bancaires du monde équivaut à un cours d’Economie 101 sur l’analyse de l’ajustement du marché, laquelle exclut tout simplement le fait avéré que les marchés sont manipulés à l’aide d’instruments dérivés sophistiqués. Ironie amère du sort, les panélistes de l’IIF sont eux-mêmes régulièrement impliqués dans la déformation des valeurs du marché par le biais du commerce des dérivés. Le capitalisme au XXIe siècle ne repose plus en grande partie sur les bénéfices résultant d’un processus de production de l’économie réelle. Les gains financiers exceptionnels sont acquis en un clic par des opérations spéculatives de grande envergure, sans que l’activité de l’économie réelle entre en jeu.

La manipulation des marchés s’effectue sur les ordres des grands dirigeants bancaires, dont les PDG de JP Morgan Chase, Deutsche Bank et BNP Paribas.

Les banques trop grosses pour faire faillite - les too big too fail (TBTF) - sont présentées par le PDG de JP Morgan Chase, Jamie Dimon, comme les victimes de la crise de la dette et faillites, alors qu’en réalité ils sont les architectes du chaos économique ainsi que les bénéficiaires non avoués des milliards de dollars volés aux contribuables.

Ces méga banques corrompues sont responsables de la création de la blessure profonde liée à la crise de la dette publique américain qu’a mentionné Anshu Jain de la Deutsche Bank.

Le crash du dollar ?

Les mouvements à la hausse et à la baisse du dollar au cours des dernières années ont peu à voir avec les forces normales du marché comme l’affirment les principes de l’économie néoclassique.

Les affirmations du PDG de JP Morgan Chase, Jamie Dimon, et du chef de la direction de la Deutsche Bank, Anshu Jain, offrent une compréhension déformée du fonctionnement du marché du dollar étasunien. Les spéculateurs veulent nous convaincre que le dollar va s’effondrer dans le cadre d’un mécanisme normal du marché, sans reconnaître que les banques TBTF ont la capacité de déclencher un déclin du dollar, ce qui, dans un sens, fait obstacle au fonctionnement normal du marché.

Wall Street a en effet la capacité de shorter le billet vert afin de déprécier sa valeur ou, grâce au commerce des dérivés, d'envoyer le dollar à la hausse. Ces mouvements du billet vert à la hausse et à la baisse sont, pour ainsi dire, la chair à canon de la guerre financière. Envoyez le dollar à la hausse et spéculez sur la reprise, envoyez-le à la baisse et spéculez sur la récession.

Il est impossible d’évaluer l’évolution future du dollar en se concentrant uniquement sur l’interaction des forces normales du marché en réaction à la crise de la dette publique étasunienne.

Bien qu’une évaluation basée sur les forces normales du marché indique de manière indélébile les faiblesses structurelles du dollar comme monnaie de réserve, cela ne signifie pas qu’un dollar affaibli sera nécessairement en déclin dans un marché des changes faisant régulièrement l’objet de manipulations spéculatives.

Il est par ailleurs intéressant de noter que la valeur des monnaies nationales de plusieurs pays en développement lourdement endettés a augmenté par rapport au dollar, principalement en raison de la manipulation des marchés des devises. Pourquoi les monnaies nationales des pays croulant littéralement sous une dette extérieure s’apprécieraient par opposition au dollar ?

Le spéculateur institutionnel

JP Morgan Chase, Goldman Sachs, Bank of America, Citi-Group, Deutsche Bank et etc... : la stratégie des spéculateurs institutionnels consiste à s’asseoir sur leur information privilégiée et à créer l’incertitude par le biais de reportages fort biaisés, utilisés ensuite par les courtiers en valeurs mobilières pour conseiller leurs clients particuliers sur des placements sûrs. Et c’est ainsi que les Américains ont perdu leurs économies.

Il convient de souligner que ces grands acteurs financiers contrôlent non seulement les médias, mais aussi les agences de notation comme Moody’s et Standard & Poor.

Selon les principes de l’économie néoclassique, le commerce spéculatif reflète l’évolution normale des marchés. Cette hypothèse est absurde.

Depuis l’abrogation de facto de la loi Glass-Steagall et l’adoption de la Loi sur la modernisation des services financiers en 1999, la manipulation des marchés tend à éclipser complètement les lois du marché et à mener à une dette des dérivés très instable de plusieurs milliards de dollars, influençant inévitablement l’impasse actuelle sur la colline du Capitole. Certains secteurs de l’analyse financière traditionnelle le reconnaissent aujourd’hui.

Les variations normales des marchés n’existent pas. On ne peut pas prédire les conséquences de l’arrêt des activités gouvernementales sur les marchés financiers en faisant strictement une analyse macro-économique classique, laquelle exclue entièrement le rôle de la manipulation du marché et le commerce des dérivés.

L’issue de l’arrêt des activités gouvernementales sur les principaux marchés ne repose pas sur des forces normales du marché et leurs conséquences sur les prix, les taux d’intérêt et les taux de change. On doit aborder l’interaction complexe des forces normales du marché avec une gamme d’instruments sophistiqués de manipulation du marché. Cette manipulation est caractérisée par des opérations spéculatives de grande envergure menées par les institutions financières les plus puissantes et les plus corrompues, et visant à falsifier les forces normales du marché.

Il convient de noter qu’immédiatement après l’adoption de la Loi sur la modernisation des services financiers en 1999, le Congrès américain a adopté la Loi sur la modernisation des contrats à terme qui exempte essentiellement le commerce des contrats à terme de la surveillance réglementaire.

4 grandes institutions financières de Wall Street comptent pour plus de 90 pour cent de la dite exposition aux dérivés : JP Morgan Chase, Citi-Group, Bank of America et Goldman Sachs. Ces grandes banques exercent une influence envahissante sur la politique monétaire, y compris sur le débat sur le plafond de la dette au sein du Congrès. Elles se trouvent aussi parmi les plus grands spéculateurs du monde.

Quelle est la phase finale spéculative derrière le "shutdown" et la saga de la faillite ?

Il règne une atmosphère d’incertitude. À travers les USA, les personnes sont appauvris en raison de la réduction des prestations, des protestations de masse et des troubles civils pourraient éclater. La Sécurité intérieure est en train de militariser l’application de la loi nationale. Ironie amère du sort, tous ces événements économiques et sociaux, y compris les déclarations politiques et les décisions du Congrès concernant le plafond de la dette, les évaluations des agences de notation, etc., créent des opportunités pour les spéculateurs.

De grandes opérations spéculatives, alimentées par les informations privilégiées et la tromperie, auront probablement lieu régulièrement au cours des prochains mois, alors que la crise financière et la situation de faillite de la dette évoluent.

Ce processus est diabolique en ce sens que les grands conglomérats bancaires n’hésiteront pas à déstabiliser les marchés des valeurs mobilières, des marchandises et des devises si cela sert leurs intérêts, à savoir faire des gains spéculatifs résultant d’une situation de crise économique, sans se soucier de la détresse des millions d’Américains.

Une solution qui ne sera probablement pas adoptée, sauf si un changement de pouvoir majeur survient dans la politique étasunienne, serait d’annuler complètement la dette des dérivés et de geler toutes les transactions sur les instruments dérivés sur les principaux marchés. Cela aiderait certainement à contrôler l’assaut spéculatif.

La manipulation des marchés de produits de première nécessité par le commerce des dérivés est particulièrement pernicieuse car elle est susceptible de créer la famine. Elle a une incidence directe sur les moyens de subsistance de millions de personnes.

On s’en souviendra, "en 2006, le prix des produits alimentaires et d’autres produits a commencé à augmenter précipitamment [...] Des millions de personnes ont été projetées sous le seuil de la pauvreté et des émeutes ont éclaté à travers les pays en développement, d’Haïti au Mozambique".

Selon l’économiste indien Dr. Jayati Ghosh :
"Il est maintenant assez largement reconnu que la spéculation financière a été le principal facteur de la hausse brutale des prix de nombreux produits de base, y compris les produits agricoles, au cours de la dernière année (2011) [...] Même une étude récente de la Banque mondiale (Bafis et Haniotis 2010) reconnaît le rôle joué par la financiarisation des produits de base dans la flambée et la baisse des prix, et note que l’instabilité des prix a boulversé les tendances des prix des produits de base importants." (Extraits repris dans l'article "La spéculation sur les produits agricoles : la hausse des prix des produits alimentaires dans le monde et de plonger dans la famine des millions de personnes", Edward Miller , 05 octobre 2011)
Les hausses artificielles des prix du pétrole brut, résultant également de la manipulation du marché, ont des conséquences profondes sur les coûts de production et de transport dans le monde entier, ce qui contribue ensuite à précipiter des milliers de petites et moyennes entreprises à faire faillite.

"Big Oil", dont BP ainsi que Goldman Sachs, exercent une influence écrasante sur les marchés du pétrole et de l’énergie.

La crise économique mondiale a été soigneusement conçue.

Le résultat final de la guerre financière est l’appropriation de la richesse monétaire grâce au commerce spéculatif, comprenant la confiscation de l’épargne, l’appropriation pure et simple des actifs de l’économie réelle, ainsi que la déstabilisation des institutions de l’État fédéral par l’adoption de mesures d’austérité radicales.

L’assaut spéculatif mené par Wall Street ne fait pas qu’appauvrir le peuple américain. La population mondiale, elle aussi, est affectée.


Article traduit sur Global Research

28 octobre 2013

Une planète similaire à la notre se trouverait à 13 années-lumière

Des chercheurs ont repéré une petite centaine de planètes potentiellement habitables dans notre galaxie. Trois d'entre elles ont des caractéristiques proches de la Terre.

La Voie Lactée fourmille de planètes potentiellement habitables, qui tournent autour d'étoiles plus petites et moins chaudes que le soleil. C'est ce que met en lumière une étude publiée mercredi par des astronomes du centre d'astrophysique de l'université d'Harvard.

Ils se sont intéressés à ces étoiles, dites "naines rouges", très fréquentes dans notre galaxie. Bien qu'elles soient plus petites et moins chaudes que notre soleil, elles offrent des conditions propices aux planètes comme la Terre.

Ainsi, 6% d'entre elles posséderaient des planètes de taille similaire à la Terre et de climat comparable, c'est-à-dire potentiellement habitables. La plus proche se trouverait à seulement 13 années lumières de nous, une année lumière correspondant à 9.460 milliards de kilomètres.

"Une autre Terre dans notre voisinage cosmique"

"Nous pensions que nous devrions explorer de vastes distances pour trouver une planète comme la Terre, mais maintenant nous réalisons qu'une autre planète comme la Terre est probablement dans notre voisinage cosmique, attendant d'être découverte", s'est enthousiasmée Courtney Dressing, astronome à l'université de Harvard et principale auteure de l'étude.

Pour autant, une exoplanète habitable autour d'une "naine rouge" serait un monde très différent du nôtre. Mais cela n'empêcherait pas la vie d'exister, avec une atmosphère suffisamment épaisse ou des océans profonds pour distribuer la chaleur autour de la planète.

En outre, comme les naines rouges ont une existence plus longue que celles d'étoiles comme le soleil, les exoplanètes autour sont beaucoup plus vieilles et la vie y serait aussi plus ancienne.

27 octobre 2013

Ne vivons plus comme des esclaves !

Venu des catacombes grecques de l’Europe, un murmure traverse le continent dévasté : « Ne vivons plus comme des esclaves ». Sur les murs des villes et sur les rochers des campagnes, sur les panneaux publicitaires vides ou détournés, dans les journaux alternatifs et sur les radios rebelles, dans les lieux d’occupation et d’autogestion qui se multiplient, tel est le slogan que la résistance grecque diffuse, jour après jour, et nous invite à reprendre en chœur sur les mélodies de ce film à ses côtés. Un grand bol d’air frais, d’enthousiasme et d’utopies en marche, venu de la mer Égée.



Quelques paroles du film :
" Les forces vives du monde entier s'éveillent d'un long sommeil. La Grèce est au centre de cette violence d'un monde à créer, appelée à supplanter la violence absurde d'un monde fasciné par le progrès de son autodestruction."
Raoul Vaneigem Thessalonique, septembre 2010
" NOUS SOMMES TRAITÉS COMME DES ANIMAUX DE LABORATOIRE. Des apprentis sorciers testent sur nous une nouvelle étape du capitalisme avant de l'étendre à tout le continent. Ils testent notre capacité à survivre à la multiplication des privations, à nous rebeller, à nous échapper, à imaginer et à créer des alternatives. S'ils parviennent à nous mettre à genoux, ce sera bientôt votre tour."
Léonidas, étudiant blessé par une bombe assourdissante anti-émeute
" Envisager une autre économie, d'autres rapports sociaux, modes de production et de vie passe pour irréaliste, comme si la société de la marchandise, du salariat et de l'argent était indépassable. En réalité, une foule d'indices convergents suggèrent que ce dépassement est déjà amorcé."
André Gorz Ecologica, la sortie du capitalisme a déjà commencé (livre posthume écrit en 2007)
" Le fascisme est un loup qui revêt la toison du mouton pour pouvoir entrer dans la bergerie et dévorer tout le monde. Par exemple, il porte un drapeau, se prétend patriote, pour dévorer le moment venu tout le monde, et imposer le pire des esclavages. Et malheureusement, le fascisme monte actuellement, en Grèce comme en France. Mais c'est toujours le même refrain: un loup revêtu d'une toison de mouton pour entrer dans la bergerie."

" Le fascisme porte des masques différents, en Grèce, en France, et ailleurs; mais le visage est le même, soyez vigilants."

" Je ne dis évidemment pas que la constitution-institution de LA CITÉ [ANTIQUE] DES ATHÉNIENS est un modèle, ce serait de la folie, je dis simplement que c' EST UN GERME. NOUS POUVONS NOUS INSPIRER DE CELA POUR ESSAYER DE PENSER AUTREMENT NOTRE RELATION À LA LOI, À LA COLLECTIVITÉ, AU POUVOIR."
Cornélius Castoriadis, entretien avec Chris Marker, 1989
" Du grain de riz à la parole, tout doit être breveté, plus rien n'est gratuit. LA GRATUITÉ est désormais le vrai scandale, absolument illégal, parce que véritablement subversif."
Sergio Ghirardi Nous n'avons pas peur des ruines 2003
" La vraie vie n'est certainement pas dix heures dans une usine, ni même six à huit à appuyer sur le même bouton. La vraie vie n'est certainement pas non plus d'aller en boîte de nuit jusqu'à dix heures du matin. La vraie vie est certainement autre chose."

"Donc, si on commence par refuser ce qu'elle n'est pas, on a plus de chances de se rapprocher de ce qu'elle est."

" pour cela il faut avoir plus confiance en nous et être plus humanistes, choses que nous avons perdues de vue, avec l'éthique et notre conscience qui est manipulée au lieu d'être libre."

" Ne pas suivre les normes imposées par la société. Il y a un monde à travers l'école, puis les études, le travail, les relations, qui nous dicte comment on doit être."

" Chaque chose qu'on achète multiplie nos besoins inutiles. Il faut commencer par nous libérer de ça pour avancer vers le reste, dans une société plus libre. Que chacun devienne son propre maître et n'accepte plus de maîtres autour de lui, ni l'envie aliénante de toujours plus de choses."
Merci à Vangelis, Anthi, Alexandros, Eva, et tous les autres pour ce très beau film
" L'esclave moderne est persuadé qu'il n'existe pas d'alternative à l'organisation du monde présent. Il s'est résigné à cette vie, car il pense qu'il ne peut y en avoir d'autres, et c'est bien là que se trouve la force de la domination présente: entretenir l'illusion que ce système qui a colonisé toute la surface de la terre est la fin de l'histoire."
Jean-François Brient De la servitude moderne, 2007

25 octobre 2013

EXPLOSIF ! Delamarche met en garde avant que ça pète !


Enregistrement audio d'Olivier Delamarche, associé et gérant de Platinium Gestion, qui répond aux interrogations des Observateurs sur l’Europe, la crise économique mondiale, les banques et la démocratie. Un moment donné, il déclare : "Ça va aller de plus en plus mal. Et il faut s’attendre à ce que ça pète !"

Impitoyable avec la Suisse ou le Luxembourg, la France tolère sans broncher la domiciliation de ses entreprises en Irlande, à des taux bien inférieurs à ceux qu'elle reproche à la Suisse.

Il n'y a que l'Europe, l'Europe non anglo-saxonne, qui ferme ses paradis fiscaux, "c'est fascinant", commente Olivier Delamarche, "on est dans la bêtise la plus abjecte."

Florilège:
"- Il n'y a que vous qui êtes en démocratie encore dans le monde.

- L'Europe, c'est la négation des peuples.

- Ils ne sont jamais à cours d'imagination quand il s'agit de vous piquer de l'argent.

- Les pays européens, les Etats-Unis, le Japon sont des pays ruinés. Ils ont un endettement qui est, de toute façon, non-remboursable.

- Ils vont aller taper dans l'épargne, ils vont aller taper sur les comptes, à la chypriote.

- L'Etat va aller chercher l'argent partout où il y en a, jusqu'au truc suprême qui est la confiscation des comptes.

- On est dans une panade qu'on n'a jamais connue, avec un endettement qu'on n'a jamais connue.

- On joue à faire les démocrates, ce n'est qu'un jeu, ce n'est qu'un leurre.

- On n'est pas en démocratie, ça c'est clair, et depuis longtemps. Je ne vois pas très bien ce qui, tout d'un coup, les motiverait à en installer une. Surtout qu'ils savent qu'à la première question qu'ils poseraient, ils seraient virés.

- N'imaginez pas que ça puisse se régler de façon indolore.

- Il faut arrêter de penser qu'on puisse faire les inconvénients à la vie éternelle sans jamais payer les conséquences.

- Je suis très étonné de la facilité avec laquelle la Suisse a l'air d'obéir à toutes les injonctions de tout le monde, je trouve cela curieux.

- End of the game. GAME OVER !"
Source : Les Observateurs

16 octobre 2013

Sommes-nous condamnés à disparaître ?

Un dossier glaçant sur l'état de notre monde actuel. Notre civilisation est en train de faire naufrage !
"Je dis donc, et déclare dans le Seigneur, afin que vous ne marchiez plus comme les païens, qui marchent selon la vanité de leurs pensées, ont l'intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu par l'ignorance qui est en eux, à cause de l'endurcissement de leur cœur: ayant perdu tout sentiment, ils se sont livrés à la dissolution, pour commettre toute espèce d'impureté jointe à la cupidité Mais vous n'avez pas ainsi appris le Christ, si du moins vous l'avez entendu, et ont été enseignés par lui, comme. la vérité est en Jésus, afin que vous dépouiller, eu égard à votre vie passée du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, à être renouvelés dans l'esprit de votre intelligence." Éphésiens 4:17-23
"Ainsi parle Dieu, le Seigneur, qui a créé les cieux et qui les a déployés, qui a étendu la terre et ses productions, qui a donné la respiration à ceux qui la peuplent, et le souffle à ceux qui y marchent. Moi, le Seigneur, je t’ai appelé pour le salut, et je te prendrai par la main, je te garderai, et je t’établirai pour traiter alliance avec le peuple, pour être la lumière des nations, pour ouvrir les yeux des aveugles, pour faire sortir de prison le captif, et de leur cachot ceux qui habitent dans les ténèbres." Ésaïe 42:5-7
"Et ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de votre esprit, afin que vous discerniez quelle est la bonne, agréable et parfaite volonté de Dieu." Romains 12:2
Dans ce bulletin, nous allons étudier soigneusement l’actualité récente et l’état actuel de la condition humaine dans ce monde. Depuis de nombreuses années, la communauté scientifique a insisté sur le fait que la race humaine continue son évolution et que nos vies sont en constante amélioration. Cependant, des données récentes suggèrent que la condition de l’humanité est en fait dans un état de déclin. Mon père avait l’habitude de dire que chaque génération est génétiquement inférieure à la précédente. Ce qui veut dire que ma génération est inférieure à celle de mon père, que sa génération était inférieure à celle de mon grand-père, et ainsi de suite. Selon un récent rapport, un généticien très respecté de l’Université Stanford, le Dr Gerald Crabtree, est d’accord avec cette évaluation. Dans un article publié par la revue scientifique, Trends in Genetics, le Dr Crabtree a écrit ce qui suit : "Je parierais que si un citoyen moyen d’Athènes de 1,000 avant Jésus-Christ apparaissait soudainement parmi nous, il serait parmi les plus brillants et les plus intellectuellement vivants de nos collègues et compagnons, avec une bonne mémoire, un large éventail d’idées et une vision lucide des questions importantes. Par ailleurs, je dirais que cette personne serait parmi les plus stables émotionnellement de nos amis et collègues".

Le monde sera de plus en plus dépendant de la technologie, matérialisé, stressante et individualiste.

Bien que l’avis d’un seul généticien soit loin d’être une preuve concluante, une tendance troublante a émergé parmi les jeunes d’aujourd’hui. Un sondage national mené par Trending Machine a constaté que les jeunes de notre ère moderne sont souvent plus oublieux que les personnes âgées. En fait, le sondage a révélé que les personnes entre 18 et 34 ans - la génération Y - sont plus susceptibles que celles âgées de 55 ans ou plus d’oublier quelle journée elles sont, ou à quel endroit elles ont mis leurs clés, ou d’apporter leur bazar avec elles quand elles partent. Certains experts estiment que les jeunes sont peut-être devenus tellement oublieux en raison d’un excès de stress et d’une surexposition à la technologie. "Le stress mène souvent à l’oubli, à la dépression et au manque de jugement. On retrouve des taux plus élevés de diagnostics de troubles de déficit d’attention et d’hyperactivité chez les jeunes adultes. C’est une population qui a grandi dans les multi-tâches grâce à la technologie, souvent aggravé par le manque de sommeil, ce qui se traduit par des niveaux élevés d’oubli." Il est intéressant de noter que les résultats d’une étude récente publiée en 2011 a révélé que l’utilisation omniprésente d’internet a réellement changé la façon dont beaucoup de personnes pensent et se souviennent des informations. Plutôt que de retenir l’information proprement dite, les hommes et les femmes de notre monde se souviennent souvent où chercher cette information à la place. "Nous sommes de plus en symbiose avec nos outils informatiques, de plus en plus dans des systèmes inter-connectés qui se souviennent moins de savoir les informations que de savoir où l’information peut être trouvée", écrivent les auteurs de l’étude, qui viennent de l’Université de Columbia, de l’Université du Wisconsin et de l’Université Harvard. La psychologue Betsy Sparrow, une des chercheuses qui ont travaillé à l’étude, a déclaré : "Depuis l’avènement des moteurs de recherche, nous réorganisons la manière dont nous nous souvenons des choses. Nos cerveaux comptent sur internet pour la mémoire en grande partie de la même manière dont ils comptent sur la mémoire d’un ami, d’un membre de la famille ou d’un collègue."

Nous devons nous rappeler qu’internet est l’épine dorsale de l’infrastructure du système de la bête en cours d’élaboration. Sans ce réseau, qui engloutit maintenant la majeure partie des USA et de nombreuses autres parties du monde, il ne serait pas possible de développer une société sans argent liquide. Le déploiement d’un système de surveillance de grande envergure pour l’œil vigilant de Big Brother serait beaucoup plus difficile.

Comme la race humaine continue à devenir toujours plus cyber-dépendante pour fonctionner dans la vie de tous les jours, les dispositifs qui permettent aux personnes d’interfacer avec le système sont de plus en plus étroitement liés avec le corps humain lui-même. Un tel exemple est Google Glass, un système informatique si petit qu’il est construit dans une paire de lunettes. La technologie permet à ses utilisateurs de s’interfacer avec internet sur une base constante, en publiant des informations directement aux yeux de l’utilisateur. Cependant, les ambitions de Google ne s’arrêtent pas avec ce nouveau dispositif. Selon un rapport publié dans The Independent, le but ultime de Google est de développer une puce qui peut être intégrée dans le cerveau. "Déjà, les expérimentations ont commencé avec des personnes handicapées afin qu’elles puissent opérer leurs fauteuils roulants. Les sujets obtiennent quelques sens de direction avec le fauteuil roulant, mais, y arriver est encore assez loin. Nous devons le faire dans le cerveau ce sera beaucoup mieux pour rendre possibles les interactions. Nous sommes impatients que cela se produise, mais, les pièces de la technologie doivent être développées," a déclaré Ben Gomes, le vice-président de la recherche chez Google.

Il a également été rapporté ces derniers jours que de nombreux enfants sont incapables de développer une motricité adéquate et les compétences sociales parce qu’ils regardent trop la télé. En réponse, l’AAP a publié de nouvelles directives informant que les enfants de 2 ans et plus ne devraient pas regarder plus de 2 heures de télé par jour. En outre, ils recommandent que les enfants de moins de 2 ans ne doivent pas regarder la télé. "Ces enfants regardent beaucoup trop la télé à un moment où ils devraient être dans l’environnement en train d’explorer et d’interagir, en particulier avec les autres êtres humains", a déclaré Pr Linda Pagani, de l’Université de Montréal. Étonnamment, il a été signalé en 2009 que l’Américain moyen regardait 153 heures de télé à la maison par mois.

Nous vivons dans une société à boutons poussoirs dans laquelle les consommateurs se sont habitués à des résultats instantanés. Cependant, être entièrement installé dans ce système moderne peut constituer une grave menace pour notre vie spirituelle. En tant que Chrétiens, nous devons nous assurer que nous ne soyons pas aussi connectés au monde pour ne pas perdre notre lien avec Dieu et devenir spirituellement aveugles. Oui, les faits semblent indiquer que l’humanité est dans un état de déclin et que nos esprits ne sont pas aussi dynamiques que par le passé. Heureusement, nous pouvons nous tourner vers notre Sauveur et, par Sa grâce et Sa miséricorde, notre esprit peut être renouvelé. Car, comme il est dit dans Romains 12:2, "Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait." Notre Dieu est bien capable de transformer chacun d’entre nous et de délivrer nos esprits du brouillard dense spirituel qui a terni la compréhension de tant de personnes dans ces temps difficiles. Si vous n’avez pas encore pleinement donné votre cœur à Dieu, je vous invite à le faire maintenant.

L’amour de beaucoup se refroidira !

Dans les Saintes Écritures, nous avons de nombreux avertissements concernant les caractéristiques du monde dans les jours qui vont précéder le Retour de notre Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ. Dans ce verset, il nous est demandé de surveiller certaines évidences, Matthieu 24:12 dit : "Et, parce que l’iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira." Ces paroles de Jésus sont une description très appropriée pour un segment de plus en plus important de la population mondiale qui s’est abandonnée aux forces démoniaques et qui commet des actions d’une cruauté impensable.

Malheureusement, c’est souvent les jeunes qui commettent ces actions brutales de violences dans cette ère moderne. C’était le cas dans East Chicago, en Indiana, où un adolescent a récemment décidé de chasser les chatons dans son quartier parce qu’il s’ennuyait. Le jeune de 17 ans chassait les chatons avec un arc et des flèches et a ensuite publié des images horribles sur Facebook, selon les rapports. "Il a avoué. Il a dit qu’il s’ennuyait énormément la semaine juste avant la rentrée et a décidé de chasser des chatons," a déclaré l’enquêtrice Michelle Dvorscak.

Dans un incident beaucoup plus grave, trois adolescents, âgés entre 15 à 17 ans, ont été arrêtés à Duncan, en Oklahoma, après avoir tué Chris Lane, un Australien âgé de 22 ans, le 16 août 2013. Selon les rapports, les adolescents ont vu Lane faire du jogging dans leur quartier et ont décidé de suivre l’homme dans une voiture. En arrivant près de leur cible, un des garçons a abattu le jogger. Dans une tentative pour expliquer la motivation des garçons pour ce meurtre insensé, le chef de la police de Duncan, Danny Ford, a déclaré : "Ils s’ennuyaient et voulaient juste voir mourir quelqu’un."

Pendant ce temps, la violence continue à faire rage à Chicago, en Illinois. La ville, qui a vu 532 meurtres en 2012, a de nouveau été secouée par la violence le 19 août 2013. Lors de l’incident, cinq hommes, qui se tenaient debout près d’une église, ont été blessés par les membres d’un gang. Un pasteur de l’église a décrit la scène comme suit : "Nous avons entendu un barrage de tirs à l’extérieur. Ils ont tiré au moins de 15 à 20 coups de feu, et puis après, je suis sorti pour voir ce qui se passait, et j’ai juste vu le carnage au pied des marches de l’église."

L’incident s’est produit dans une zone de la ville qui a été désignée comme une voie de passage sûr par les officiers municipaux. Le nouveau programme, qui vise à protéger les écoliers, est un système qui désigne environ 600 employés de la ville qui montent la garde le long de leurs routes assignées de passages sécuritaires dans un effort pour prévenir le crime.

Lorsque nous examinons les comportements violents maintenant si communs dans notre monde, on pourrait être tenté de se demander pourquoi de tels incidents horribles continuent à se produire sur une base aussi fréquente. Je crois que ce comportement est le résultat des activités démoniaques, et il est prouvé que Satan exerce toujours son influence dans le monde.

L’impact négatif d’Obamacare !

Les dernières années n’ont pas été tendres envers la population américaine. Depuis la crise économique de 2008, cette grande nation d’autrefois a continué à subir les effets tenaces de la Grande Récession. Avec Barack Obama au pouvoir, les USA continuent à souffrir d’un taux de chômage élevé, de bas salaires et de la précarité des emplois à cause en partie de la nouvelle réforme des soins de santé. Même Obama lui-même a reconnu ces dernières semaines que l’économie américaine était pulvérisée. Cependant, il n’est pas prêt à prendre la responsabilité de ses échecs et cherche plutôt à placer le blâme sur les autres, en particulier sur ses adversaires politiques. Dans un récent discours prononcé à Knox College à Gallesburg, en Illinois, Obama a déclaré ce qui suit : "Inverser ces tendances doit être la priorité de Washington. C’est certainement ma plus haute priorité. Malheureusement, au cours des deux dernières années en particulier, Washington n’a tout simplement pas ignoré le problème; Trop souvent, ils n’ont fait qu’empirer les choses." Il a poursuivi et dira plus tard dans son discours : "Avec un défilé sans fin de distractions, ses gestes politiques et ses faux scandales, Washington a écarté ses yeux de sur la balle. Et, je suis ici pour dire que cela doit s’arrêter là. Les pensées à court terme et les débats stériles ne sont pas ce que nous avons besoin en ce moment." Alors qu’Obama continuait à déplorer le manque de volonté de ses adversaires à lui obéir, il a de nouveau, d’une manière arrogante, menacé d’utiliser des décrets présidentiels pour infliger sa volonté sur le peuple. "Je ne permettrai pas à l’impasse, à l’inaction ou à l’indifférence délibérée de se mettre sur notre chemin. Quel que soit le pouvoir exécutif, je dois aider la classe moyenne et je vais les utiliser," a déclaré Obama.

Une des plus belles réussites de Barack Obama est l’adoption de la Loi sur les Soins Abordables (LSA), ce qui est souvent désigné comme Obamacare. Obama et ses cohortes font la promotion de ce nouveau système, qui est socialiste par nature, comme un moyen par lequel chaque citoyen américain aura accès à des soins de santé abordables. En réalité, cette nouvelle loi va s’avérer onéreuse pour de nombreuses personnes et entreprises américaines. Par exemple, le coût du projet de l’assurance individuelle pour les soins de santé dans l’Indiana devrait augmenter de 72% en raison d’Obamacare. "Ces nouvelles données confirment malheureusement l’impact négatif de la LSA sur les marchés de l’assurance dans l’Indiana. La LSA exige que de nombreuses personnes achètent une assurance santé plus globale et plus chère que ce qu’ils peuvent vouloir ou avoir besoin. Ces taux remettent en question jusqu’à quel point l’assurance-maladie sera vraiment abordable pour de nombreux résidents," a dit le gouverneur de l’Indiana, Mike Pence.

Comme conséquence de l’Obamacare, de nombreux employeurs américains optent maintenant pour embaucher des travailleurs à temps partiel. Cette action est due en partie à ce que la LSA exige que toutes les entreprises de plus de cinquante employés fournissent à tous les employés à temps plein une assurance maladie. En revanche, ils ne sont pas tenus de la fournir aux employés à temps partiel, ceux qui travaillent moins de trente heures par semaine. Il y a eu près d’un million d’embauches aux USA depuis le début de l’année, mais, les 3 quarts de ces emplois sont des postes à temps partiel. Beaucoup de ces emplois sont également peu rémunérés. Un économiste de l’Institut des Politiques Économiques, Heidi Shierholz, a mis en garde contre l’impact négatif que cette tendance peut avoir sur le peuple américain. "La différence entre 30 et 40 heures peut être la différence entre être en mesure de joindre les deux bouts de mois en mois. Cela contribue à réduire le niveau de vie pour les familles américaines et se traduit en ayant moins de revenus à dépenser en biens et services, ce qui retient l’économie," a déclaré Shierholz.

Pendant ce temps, United Parcel Service, UPS, a annoncé qu’elle avait l’intention de laisser tomber la couverture d’assurance pour 15,000 conjoints de leurs employés. La compagnie a cité l’Obamacare et la hausse des coûts médicaux pour justifier cette dernière initiative. En Géorgie, un opérateur de garage de stationnements basé à Atlanta, connu comme AAA Parking, a déplacé 250 de ses employés vers un statut à temps partiel. Dans une déclaration expliquant pourquoi ce déplacement était nécessaire, la compagnie a déclaré que la LSA les forçait à faire "des changements importants dans nos employés horaires ou de souffrir d’énormes et insoutenables pertes nettes annuelles." En outre, la chaîne de magasins vestimentaires Forever 21 a récemment annoncé que les postes non-cadres seraient réduits à 29,5 heures par semaine commençant le 31 août 2013.

Obama lui-même s’est avéré être une peau de vache, un peu comme le Pharaon dont parle le livre biblique de l’Exode. Nous commençons tout juste à voir l’impact de l’Obamacare, et un examen attentif des faits révèle que ce nouveau système de santé pourrait avoir un effet très néfaste sur le peuple américain qui souffrent déjà de mauvaises conditions économiques. En effet, un article publié par l’Associated Press en juillet 2013 déclare que 80% des Américains sont confrontés à des luttes contre le chômage, sont près de la pauvreté et ont besoin de bien-être.

Étonnamment, ceux qui se tournent vers l’aide sociale sont parfois en meilleure condition que ceux qui ne le font pas. Un récent rapport publié par l’Institut Cato a déclaré que c’est maintenant un meilleur choix de recevoir du bien-être social que de travailler dans une position basse de gamme dans plus de trente Etats américains. "Une des meilleures façons simples de sortir de la pauvreté est de se trouver un emploi, mais, aussi longtemps que le bien-être social offre un meilleur niveau de vie qu’un travail bas de gamme, les bénéficiaires continueront à le choisir sur le travail", a déclaré Michael Tanner, un des co-auteurs du rapport. Le rapport élabore plus sur le problème. "Le système actuel de protection sociale offre un tel niveau de prestations qu’il agit comme une désincitatif au travail. Le bien-être social paie actuellement plus qu’un emploi au salaire minimum dans 35 Etats, même après prise en compte pour les crédits d’impôts sur le revenu gagné, et, dans 13 Etats, il paie plus de 15 dollars de l’heure", déclare le rapport.

Religion étrange dans cet époque moderne !

Comme nous nous rapprochons du Retour de notre Sauveur, de nombreux développements étranges se produisent dans le domaine de la religion. Par exemple, une église inhabituelle a été fondée à Lynnwood, Washington, il y a trois ans. Cette église, qui est connue comme l’Église Vivante Interconfessionnelle de Lynnwood, n’est pas comme les autres églises, mais plutôt, ses dirigeants prétendent embrasser toutes les religions. Selon les rapports, un service à l’église pourrait inclure des éléments de l’Islam, du Judaïsme, des Religions Amérindiennes des USA, du Christianisme, de la Wicca et d’autres religions. Bien que l’église ne dispose que d’une trentaine de membres à l’heure actuelle, elle sert d’un excellent exemple pour le système religieux mondial unique de l’antéchrist que Satan veut mettre en place dans les derniers jours.

Ces jours-ci, il semble que beaucoup de prétendues institutions chrétiennes commencent à perdre leur sens de la conviction morale. Un tel exemple est une dénomination connue comme les Disciples du Christ, qui a récemment adopté une résolution adoptant l’homosexualité. Une partie du texte de la résolution officielle de l’église est comme suit : "Il est de plus résolu que l’Assemblée générale demande à l’église chrétienne - les Disciples du Christ - d’affirmer la foi, le baptême et les dons spirituels à tous les chrétiens indépendamment de leur orientation sexuelle ou l’identité de genre, et que ce ne soit pas un motif d’exclusion de la communion ou du service au sein de l’église, mais, que nous célébrons que nous sommes tous une partie de la bonne création de Dieu."

Pendant ce temps, Fuller Seminary, qui est connu comme un des séminaires les plus influents aux USA, a récemment permis la formation d’un groupe d’étudiants pour les homosexuels. Le groupe, qui est connu comme OneTable, affirme que son objectif est d’être "un endroit sûr pour le dialogue entre les étudiants lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres, et la communauté Fuller plus large." Le groupe de défense des homosexuels, GLAAD, était content d’apprendre ce développement. "Alors que la progression peut sembler faible pour les personnes en dehors du monde évangélique, ceux à l’intérieur pourront sans aucun doute reconnaître la gravité de cette étape. Comme séminaire évangélique de premier plan, Fuller prépare les futurs dirigeants de l’église à être les ministres et les défenseurs du changement", a écrit GLAAD dans une déclaration officielle.

Même le pape François a fait des remarques ces derniers jours qui adoucissent apparemment sa position en ce qui concerne le mode de vie homosexuel. S’adressant aux journalistes, le pape a déclaré : "Si une personne est gaie et recherche Dieu et a une bonne volonté, qui suis-je pour la juger ?" Il est intéressant de noter qu’un récent article publié par US News & World Report affirme que près de 60% de tous les prêtres catholiques sont gais. "C’est un fait empirique que beaucoup d’hommes homosexuels sont des prêtres. Et, ils sont de très bons prêtres. Je voudrais aussi faire remarquer que le nombre d’hommes et de femmes gais dans le ministère de l’église est probablement plus important que dans la population générale, précisément parce qu’ils ne cherchent pas le mariage", a déclaré le Père James Bretzke, professeur à l’Université de Boston.

Situation d’urgence déclarée au Japon !

Bien qu’il ait passé presque deux ans et demi depuis le séisme dévastateur qui a frappé le Japon et paralysé la centrale nucléaire de Fukushima, la zone environnante est toujours aux prises avec les effets de la catastrophe. En fait, il a été révélé que l’installation paralysée a laissé fuir environ 300 tonnes d’eaux contaminées dans l’Océan Pacifique sur une base quotidienne. Cette révélation a incité les responsables gouvernementaux du Japon à déclarer une urgence et à promettre d’intervenir avec un plan pour arrêter le problème. "Il y a une crainte accrue auprès du public, en particulier sur le problème de l’eau contaminée. C’est une question urgente qui doit être abordée. Le gouvernement va intervenir pour prendre des mesures fermes," a déclaré le Premier ministre japonais, Shinzo Abe. Le président de l’Autorité de la Sécurité Nucléaire, Shunichi Tanaka, a exprimé sa grave préoccupation face à la situation de la centrale endommagée. "Je ne sais pas si le décrire de cette façon est approprié, mais, c’est comme une maison hantée et, comme je l’ai dit, des mésaventures continuent à arriver les unes après les autres. Nous devons examiner comment nous pouvons réduire les risques et comment l’empêcher de provoquer un accident mortel ou grave", a déclaré M. Tanaka. Les officiels du Ministère des Affaires Étrangères de la Chine ont également exprimé leurs consternations devant cette catastrophe. "Nous espérons que la partie japonaise peut sérieusement prendre des mesures efficaces pour mettre un terme aux impacts négatifs des séquelles de l’accident nucléaire de Fukushima," a indiqué l’agence dans un communiqué.

Malheureusement, cette catastrophe pourrait très facilement contaminer une grande partie de notre planète. Parce que des quantités massives d’eau contaminée s’écoulent dans l’océan, il est difficile de prévoir dans quelle mesure la matière radioactive peut se propager. Sur la base des quelques informations que je peux glaner dans les reportages récents, je dirais que la situation concernant cette catastrophe nucléaire est bien pire que ce qu’ils nous disent. C’est encore une autre raison pour laquelle nous devons continuer à veiller et à prier dans ces temps difficiles.

Une aggravation de la crise en Syrie !

Le 21 août 2013, il a été rapporté par les médias traditionnels que les militaires en Syrie auraient utilisé des armes chimiques lors d’une attaque contre des civils. Les rapports varient largement et estiment que n’importe où entre 136 et 1,300 personnes auraient été tuées dans l’attaque. Le présumé incident a suscité l’indignation dans toute la communauté internationale avec de nombreux représentants de divers pays à travers le monde demandant qu’une action soit prise contre la Syrie. Ce tollé comprend des officiels tels que le Ministre français des Affaires Étrangères, Laurent Fabius, qui a déclaré "qu’une action forte doit être prise" si les allégations sont avérées vraies. Le secrétaire général adjoint de l’Organisation des Nations Unies, Jan Eliasson, a promis que l’ONU va lancer une enquête sérieuse. "Nous voyons la nécessité d’enquêter sur ceci dès que possible; Peu importe les conclusions, ceci représente une grave escalade avec de graves conséquences humanitaires et humaines," a déclaré M. Eliasson. Pendant ce temps, le Ministre des Affaires Stratégiques d’Israël, Yuval Steinitz, a fustigé contre les Nations Unies au sujet de leur réponse à la crise syrienne."Rien de pratique et de significatif n’a été fait dans les deux dernières années pour arrêter le massacre continu de civils perpétré par le régime de Bashar al-Assad. Je pense que l’enquête de l’Organisation des Nations Unies est une plaisanterie," a déclaré Steinitz. La guerre civile en Syrie, qui a été en cours depuis mars 2011, a coûté la vie à plus de 100,000 personnes à ce jour. Le régime syrien, dirigé par Bashar al-Assad, n’est pas tombé malgré la guerre prolongée, en partie grâce au soutien de ses principaux alliés comme la Russie, la Chine et l’Iran.

En terminant, j’invite tous les lecteurs à rester fermes dans leur foi. Le monde dans lequel nous vivons est dans un état de plus en plus déplorable, mais, nous savons que Jésus nous a promis dans Matthieu 24:13 : "Mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé." Je vous remercie de votre aimable soutien pour ce ministère. Que la grâce et la paix soient sur vous au Nom du Seigneur Jésus-Christ.

13 octobre 2013

Alcyon Pleiades

Comme nous l'avons expliqué dans la trilogie d'Alcyon Pléiades, pendant que nous espérons l'entrée tellement attendue de notre planète Terre et de toute l'humanité dans le ceinturon photonique du Soleil Alcyon, ainsi que l'arrivée extraterrestre des Etres de la Brigade de Sauvetage, formée en particulier de Pléiadiens et de Siriens, de toute part une infinité d'évènements mondiaux sont entrain de se produire, à savoir : une série d'énormes changements politiques, gouvernementaux, religieux et sociaux. Ceci est complètement nécessaire pour mener à terme le plus urgemment possible l'évacuation et la désactivation du Gouvernement visible, du Gouvernement de l'ombre et des Aliens envahisseurs de notre planète.

De plus, outre ces points tellement fondamentaux, nous faisons référence à des faits qui dans la majorité des cas ne sont absolument pas favorables pour notre humanité actuelle... des évènements qui s'aggravent à cause des déséquilibres naturels et climatiques, des situations sociales chaque fois plus dramatiques et critiques, des provocations et des annonces de guerres dans divers pays, des crises et des conflits de toute part... De même que des conspirations et des intrigues occultes, une plus grande quantité d'apparitions d'ovnis, de phénomènes étranges et lumineux chaque fois plus évidents et visibles davantage dans de nombreux lieux, etc.

De tout cela, nous voudrions à partir de maintenant tenir informés périodiquement ceux qui suivent assidument Alcyon Pléiades, à travers une compilation d'informations et de documents actuels et de grand intérêt, qui la plus part du temps sont occultés par les milieux officiels ou passent de manière inaperçue, mais qui n'en demeurent pas moins fondamentaux pour connaître la réalité de ces temps que nous vivons.

Nouvel Ordre Mondial - La solution finale

Voici un documentaire parlant de solutions possibles face aux problèmes auxquels nous faisons actuellement face dans notre société. Un message constructif et inspirant que tous et chacun devrais comprendre et mettre en application. Un jour l'humanité sortira du système actuel pour vivre une vie plus simple et remplie d'amour ! Unissez-vous mes frères et soeurs ! Le pouvoir est en chacun d'entre nous ! Ensemble nous vaincrons !





8 octobre 2013

Les 12 signes très inquiétants sur ce qu'une faillite de la dette américaine pourrait signifier pour l'économie mondiale - L'effet d'une bombe !

Une faillite de la dette américaine qui dure depuis quelques jours pourrait provoquer un krach financier différent de tout ce que le monde a jamais vu avant. Si le gouvernement américain a délibérément voulu endommager le système financier mondial, la meilleure façon qu'ils pourraient faire serait de se mettre en faillite sur ​​les obligations de la dette américaine. La faillite de la dette américaine pourrait causer des chutes vertigineuses des stocks, entraînant des obligations dans leur sillage, provoquant une montée en flèche des taux d'intérêt qui deviennent follement incontrôlables, pourrait provoquer un resserrement du crédit massif, et causerait une panique des dérivés qui serait absolument sans précédent. Et ce serait juste pour commencer. Mais ne prenez pas mon mot pour lui. Ce sont les choses que les meilleurs experts financiers de toute la planète que disent qui se passera si il y a une faillite prolongée de la dette américaine.

Parce qu'ils sont tellement rapprochés que le "shutdown" gouvernemental et la date limite du plafond de la dette sont confondus par de nombreux Américains.

Comme je l'écrivais l'autre jour, le "shutdown partiel du gouvernement" que nous vivons en ce moment est à peu près un non-événement. Oui, les réserves préservées sont fermés et certains travailleurs fédéraux auront leurs chèques en retard, mais ce n'est pas la fin du monde. En fait, seulement environ 17% du gouvernement fédéral est effectivement arrêté pour le moment. Ce "shutdown" pourrait se poursuivre pendant de nombreuses semaines de plus et ne devrait pas trop affecter l'économie mondiale.

D'autre part, si la date limite du plafond de la dette (vers le 17 octobre) passe sans un accord serait extrêmement dangereux.

Et si le gouvernement américain est finalement contraint de commencer à reporter les paiements d'intérêts sur la dette américaine - qui pourrait se produire dès novembre - ce serait absolument catastrophique.

Encore une fois, il suffit de ne pas prendre mon mot pour lui. Ce qui suit sont les 12 avertissements très inquiétantes sur ce qu'est une faillite de la dette américaine signifierait pour l'économie mondiale ...

# 1 - Gerald Epstein, un professeur d'économie à l'université de Massachusetts Amherst : "Si les USA sont vraiment en faillite, qui fera banqueroute comme Lehman Brothers qui ressemblera à une partie de plaisir."

# 2 - Tim Bitsberger, un ancien fonctionnaire du Trésor sous la présidence de George W. Bush : "Si nous manquons un paiement d'intérêts, qui ferait sauter Lehman Brothers hors de l'eau"

# 3 - Peter Tchir, fondateur de New York, basé à TF Market Advisors : "Une fois que le système commence à se décomposer et liée à la colonisation et les paiements, puis la liquidité disparaît, comme nous l'avons vu après Lehman Brothers"

# 4 - Bill Isaac, président de Fifth Third Bancorp situé à Cincinnati : "Nous ne pouvons même pas imaginer toutes les choses qui pourraient arriver, comme Henry Paulson ne pouvait pas imaginer toutes les mauvaises choses qui pourraient arriver s'il a permis à Lehman Brothers de chuter"

# 5 - Jim Grant, fondateur de l'Observateur des taux d'intérêt de Grant : "Les marchés financiers sont tous basés sur la confiance. Si cette confiance est secouée, vous avez la catastrophe."

# 6 - Richard Bove, vice-président de la recherche chez Rafferty Capital Markets : "Si ils font sérieusement faillite sur la dette, nous parlons vraiment de dépression"

# 7 - Le vice-ministre chinois des Finances, Zhu Guangyao : "Les USA sont clairement conscients des préoccupations de la Chine au sujet de l'impasse financière à Washington et à la demande de la Chine pour les USA pour assurer la sécurité des investissements chinois."
# 8 - Le Département du Trésor US : "Une faillite serait exceptionnelle et a le potentiel d'être catastrophique : les marchés de crédit pourraient geler, la valeur du dollar pourrait s'effondrer, les taux d'intérêt américains pourraient monter en flèche, les retombées négatives pourraient se répercuter à travers le monde, et il pourrait y avoir une crise financière et la récession qui pourrait faire écho aux événements de 2008 ou pire."

# 9 - Goldman Sachs : "Nous estimons que l'obstacle fiscal s'élèverait à 9% du PIB. Si cela était permis de se produire, cela pourrait mener à un ralentissement rapide de l'activité économique, si elle n'est pas inversée rapidement."

# 10 - Simon Johnson, ancien économiste en chef du FMI : "Il serait insensé de faire faillite, mais ce n'est plus une probabilité de 0%."

# 11 - Warren Buffett sur ​​le potentiel d'une faillite de la dette : "Il devrait être comme des bombes nucléaires, fondamentalement trop horrible à utiliser."

# 12 - Bloomberg : "Quiconque se souvient de l'effondrement de Lehman Brothers Holdings Inc. il y a peu plus de cinq ans qui sait ce qu'est une catastrophe financière mondiale - Une faillite du gouvernement américain, quelques semaines à peine si le Congrès ne parvient pas à relever le plafond de la dette car il menace maintenant à faire, sera une catastrophe économique comme nul le monde ait jamais vu."

Une faillite de la dette américaine pourrait être l'élément déclencheur du scénario de cauchemar que tant de gens ont écrit au sujet de ces dernières années. En fait, il pourrait grandement accélérer le calendrier de l'effondrement économique inévitable qui vient. Un récent article de Yahoo décrit quelques-unes des choses que nous n'aurions probablement voir dans le cas d'une faillite de la dette américaine prolongée
Une faillite retournerait les marchés monétaires, détruire des fonds d'obligation, claquer les freins sur le prêt, faire des taux d'intérêt monter en flèche, rendre nos banques insolvables, et porter un coup à nos partenaires commerciaux et des créanciers étrangers partout dans le monde - ce qui enverrait les USA et le monde dans le chaos économique.
Et bien sûr, les stocks chuteraient vertigineusement pour beaucoup de temps. David Bianco de la Deutsche Bank estime que si le gouvernement américain commence à manquer de paiements d'intérêt sur les bons du Trésor US, nous pourrions voir le S&P 500 descendre à 850 d'ici la fin de l'année.

Il y aurait panique presque immédiate parmi les Américains ordinaires aussi. En fait, il est rapporté que certaines banques ont déjà rempli à bloc leurs distributeurs automatiques de billets de cash supplémentaire sera juste au cas où ...
Avec seulement 10 jours pour relever le plafond de la dette et les républicains du Congrès qui menacent de forcer le gouvernement qui ne respecte pas ses obligations, les banques prennent des mesures spectaculaires pour préparer le chaos économique qui résulterait de la surenchère continue.

Les rapports sur Financial Times montre qu'une grande banque américaine a commencé à remplir au maximum ses guichets automatiques avec du cash supplémentaire en vue d'une panique bancaire. Le New York Times rapporte qu'une autre banque prépare un plan pour avancer des fonds à des clients qui comptent sur la sécurité sociale et autres paiements gouvernementaux qui pourraient arrêter en cas de défaut.
Espérons que les têtes froides l'emporteront et que le faillite de la dette américaine sera évitée.

Malheureusement, il semble que les démocrates sont absolument déterminés à ne pas se déplacer de leur position actuelle d'un seul pouce. Ils ont décidé de refuser de négocier et d'exiger que les républicains de leur donner chaque chose qu'ils veulent.

Et qui peut vraiment les blâmer pour l'adoption de cette stratégie ? Après tout, il a certainement travaillé dans le passé. Chaque fois que les démocrates étaient déterminés, unis et ont refusé de faire un pouce, les républicains ont toujours paniqué et cédé par la suite.

Ce temps sera-t-il différent ?

Le plus drôle, c'est que il était une fois, Barack Obama était catégoriquement contre toute augmentation de la limite d'endettement. Ce qui suit est offert gracieusement par Zero Hedge...
Le dossier du Congrès - L'augmentation de la limite légale de la dette publique

L'augmentation de la dette américaine nous affaiblit l'échelle nationale qu'internationale. Le leadership signifie que la balle s'arrête pas là. Au lieu de cela, Washington déplaçant le fardeau de mauvais choix aujourd'hui sur le dos de nos enfants et petits-enfants. Les USA ont un problème de la dette et un échec du leadership. Les Américains méritent mieux. J'ai donc l'intention de m'opposer à l'augmentation de la limite de la dette américaine.
Mais maintenant, Obama dit "qu'il est déraisonnable de s'opposer à une augmentation de la limite de la dette et que les négociations soient exclues."

Alors qu'Obama a-t-il raison ?

Si les démocrates ne négocieront pas, une faillite de la dette pourrait encore être évité si les Républicains cèdent.

Et c'est ce qu'ils font toujours, n'est ce pas ?

Peut-être pas cette fois. Il suffit de vérifier ce que John Boehner avait à dire sur Sunday ...
"Je travaille avec mes membres et j'ai décidé de faire cela d'une manière unifiée", dit l'orateur - avec des demandes de blocage de fonds, reports ou autres, modification de la loi sur les soins abordables.

Boehner avait prévu que la lutte Obamacare viendrait lors du prochain vote de relever le plafond de la dette. "Mais, vous savez, travailler avec mes membres, ils ont décidé, nous allons le faire maintenant", a-t-il dit. "Et le fait est que cette lutte allait venir, d'une façon ou d'une autre. Nous sommes dans le combat. Nous ne voulons pas de fermer le gouvernement. Nous avons adopté projets de loi pour payer les troupes.. Nous avons adopté des lois pour nous assurer que les employés fédéraux savent qu'ils vont être payés partout dans cela."

"Vous n'avez jamais vu un groupe de plusieurs personnes dévouées qui sont complètement préoccupés par l'avenir de notre pays", a-t-il dit des républicains de la Chambre. "Il est temps pour nous de lever et se battre."
Mais les républicains vont vraiment se lever et se battre ?

Dans le passé, les paris sur le courage du Parti républicain a été un perdant à chaque fois.

Donc, nous verrons. Boehner insiste sur le fait que cette fois c'est différent. Boehner insiste sur le fait qu'il ne va pas se plier comme un costume de 20 dollars cette fois. En fait, quand on lui a demandé si le gouvernement américain se dirigeait vers une faillite de la dette si Obama a continué à refuser de négocier, Boehner a fait la déclaration suivante ...
"C'est le chemin que nous avons."
Les principaux médias ont placé certainement l'essentiel de la responsabilité aux pieds des républicains, mais au moins la Chambre des représentants américains a essayé d'obtenir un accord parfait. La Chambre a voté 26 fois depuis le Sénat ayant voté en dernier. Harry Reid a essentiellement fermé au Sénat jusqu'à ce que les républicains se plient et donnent aux démocrates exactement ce qu'ils veulent.

Le plus drôle, c'est que cela pourrait probablement être résolu très facilement. Si les démocrates ont convenu d'un délai d'un an au mandat individuel, les républicains auraient probablement sauter sur elle. Et en raison des problèmes techniques épiques, presque personne a été capable d'être engagé pour Obamacare de toute façon. Ainsi, un délai d'un an donnerait le temps de l'administration Obama à obtenir leur acte ensemble.

Malheureusement, les démocrates semblent absolument obsédés par l'idée qu'ils ne donneront pas les républicains un seul pouce. Ils semblent croire que ce sera à leur avantage politique.

Mais c'est un jeu très dangereux qu'ils jouent. Le gouvernement américain doit refinancer 441 milliards de dollars de dette à court terme entre le 18 octobre et le 15 novembre.

Si un relèvement du plafond de la dette n'est pas en place d'ici là, il enverra les taux d'intérêt à des sommets. Les coûts d'emprunt pour les Etats et collectivités locales, les entreprises et les Américains ordinaires vont passer par le toit et l'activité économique seront touchés très fort.

Et comme détaillé ci-dessus, nous pourrions potentiellement faire face à un krach financier qui ferait de 2008, ressemble à un pique-nique du dimanche.

Espérons donc pour une solution politique prochaine. Cela aura marqué le coup pour un peu plus longtemps.

Si un faillite de la dette devait se produire avant la fin de cette année, qui apporterait une énorme quantité de douleur économique future dans l'ici et maintenant, et les conséquences seraient probablement beaucoup plus que n'importe quel d'entre nous pouvait imaginer.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...