Recherche

11 juillet 2013

INCROYABLE ! Une patiente se réveille dans l'hôpital avec les médecins qui allaient prélever ses organes - L'horreur !

J'ai averti plusieurs fois les lecteurs de Natural News à ce sujet depuis 10 ans : ne devenez jamais donneur d'organes ! Bien que vous puissiez en aider d'autres par bonté de cœur - littéralement, la sinistre vérité est que des médecins ici en Amérique prélèvent systématiquement les organes de patients vivants en état de mort cérébrale - quand le cerveau ne fonctionne plus, le reste de l'organisme fonctionne encore jusqu'à l'arrêt du coeur.

Et en voici une preuve supplémentaire. Vous allez trouver cette histoire vraie stupéfiante à vous glacer le sang !

Se réveiller sur une table de prélèvement d'organes...

Une femme nommée Colleen Burns a récemment ouvert les yeux en se retrouvant sur le billard d'un hôpital de Syracuse à New York. Regardant autour d'elle, elle remarque qu'elle va subir une intervention chirurgicale. Il s'avère que des médecins étaient sur le point de prélever ses organes et de les envoyer à d'autres chirurgiens qui les attendaient pour réaliser une greffe sur d'autres patients.

Ceci n'est pas une fiction ni du cinéma mais bel et bien réel ! Cela a été rapporté par ABC News et plusieurs autres sources d'information. Cela s'est vraiment passé.

Et de quelle manière est-ce arrivé ? Les médecins ont faussement prononcé sa mort en déclarant frauduleusement qu'elle avait succombé à un "arrêt cardio-pulmonaire et à un dommage cérébral irréversible". Ce qui leur a donné une justification médicale pour commencer à ouvrir alors même que le cœur de la femme battait encore.

C'est un sacré truc sur les dons d'organes : les médecins n'attendent pas que vous soyez réellement mort. Au moins pas selon la définition normale de "mort".

Vous voyez, vous et moi pensons que "mort" signifie que le cœur ne bat plus, que le cerveau ne fonctionne pas et que vous êtes sans vie. Mais les hôpitaux – qui génèrent d'immenses profits avec le trafic de greffes d'organes – sont très motivés à vous déclarer "cliniquement mort" longtemps avant que vous ne le soyez vraiment.

Ils peuvent en fait vous déclarer "mort" même lorsque votre cœur bat encore et que vous avez toujours une activité cérébrale. Et ils le font souvent. Voilà comment bon nombre de prélèvements d'organes sont pratiqués en réalité en Amérique : des patients au seuil de la mort (mais pas vraiment morts) sont simplement "déclarés" morts, puis leurs organes sont rapidement enlevés, les tuant pour de bon.

C'est un crime qui se passe tous les jours en Amérique, où les hôpitaux ont été pris à maintes reprises sur le fait de participer à un trafic d'organes au marché noir.

Une industrie de plusieurs milliards de dollars - Un marché juteux !

Le trafic d'organes est une industrie de plusieurs milliards de dollars. Des personnes riches autour du monde sont toujours dans l'attente de nouveaux reins, de nouveaux foies, de nouveaux cœurs et d'autres parties du corps.

Et devinez qui gagne des tunes sur toutes ces greffes ? Les médecins, les hôpitaux et les sociétés pharmaceutiques, bien sûr. Les greffes sont une industrie immensément profitable - largement parce qu'ils obtiennent gratuitement les organes. L'entourage des patients qui sont tués par ces médecins ne reçoit jamais d'argent pour les organes. Le fait que les patients fassent un "don" signifie en réalité qu'ils font don d'organes de très grande valeur pour un système de profit qui va tirer potentiellement des millions de dollars des organes d'un seul donneur.

Alors tandis que le patient donneur est assassiné pour ses organes, les médecins démarrent l'enlèvement et la greffes des organes et s'enrichissent. Les receveurs de greffes et les sociétés d'assurance santé paient très cher pour la chirurgie de greffes et les profits se poursuivent parce que les receveurs doivent aussi payer pour des médicaments anti-rejet au long cours, tous à un prix fixé par monopole.

La vérité doit être dite, l'industrie de la greffe d'organes n'est qu'une histoire de fric à tout prix. C'est un meurtre de patients, qui auraient pu autrement survivre, dans le but de prendre leurs organes et de gagner des millions de dollars en les greffant chez d'autres patients...patients qui n'ont habituellement que quelques mois à vivre même après la greffe.

Les organes greffés sont souvent en mauvais état ou infectés par des virus.

Voici un autre vilain piège que l'industrie de greffes d'organes ne vous dira jamais : les organes qui sont greffés chez d'autres patients sont souvent définitivement en mauvais état et très infectés.

Pour une autre preuve à ce sujet, prenons le cas de Colleen Burns, mentionnée ci-dessus. Elle a tenté de se suicider en prenant un mélange de médicaments. Selon les médecins, ce cocktail toxique de produits chimiques était fatal, et il l'a tuée - ils ont prononcé sa mort.

En même temps, ils ont insisté pourtant sur le fait que ses organes étaient suffisamment sains pour être greffés sur un autre patient ! C'est pourquoi ils ont presque commencé à les prélever.

En d'autres mots, même les organes que les médecins jugent lourdement endommagés par des cocktails chimiques seront quand même greffés chez d'autres patients ! Totalement vrai !

Mais c'est encore pire que ça...

Les organes greffés sont souvent truffés de maladies : hépatite, virus à discrétion, maladie de la vache folle et pire...

Il n'y a effectivement aucune norme de qualité dans l'industrie de la greffe d'organes. Si l'organe fonctionne toujours d'une manière ou d'une autre, il est "assez bon" pour être collé sur un patient même si cet organe peut en réalité le tuer.

L'une des raisons pour lesquelles les patients greffés meurent souvent si rapidement après avoir reçu une greffe est que les organes qu'ils reçoivent sont des bombes de maladies à retardement.

Introduire un cœur ou un rein malade dans le corps de quelqu'un, par exemple, peut soudain infecter cette personne avec des centaines ou même des milliers de virus et de maladies transmises par le sang qui submergent leur système immunitaire affaibli. C'est encore aggravé par les médicaments anti-rejet qui, par définition, entraînent une suppression extrême de la fonction immunitaire.

Donc au moment exact où de nouvelles maladies sont introduites dans le corps du receveur d'organes, leur système immunitaire est ébranlé par les médicaments anti-rejet. C'est sans surprise la recette des catastrophes et une raison pour laquelle tant de patients meurent si vite après réception des organes d'un "donneur".

Un vétéran de la guerre d'Irak tué par une greffe de poumons atteints de cancer

En exemple de ce que je viens de décrire, en 2009, un vétéran de la guerre d'Irak nommé Matthew Millington a reçu une greffe pulmonaire qui était atteint d'un cancer à évolution rapide.

Il n'est pas étonnant qu'il soit mort moins de 10 mois après. Les médecins et chirurgiens de sa greffe l'ont-ils remboursé pour ce travail bâclé ? Bien sûr que non ! Les greffes d'organes ne sont pas garanties et on vous donne un organe malade, endommagé ou largement infecté qui va vous tuer. (Mais vous allez quand même payer!)

Il y a, en gros, 100.000 Américains aujourd'hui en attente de greffe d'organes. Mais il n'existe qu'un petit nombre d'organes disponible dans une année donnée, les médecins sont donc sous une intense pression pour 

1) prélever des organes des personnes qui ne sont pas encore morts
2) utiliser n'importe quel organe qu'ils peuvent trouver, même des organes atteints de maladies.

De nouveau, ce sont les sales petits secrets de l'industrie de la greffe d'organes dont aucun médecin ne vous parlera. Attendez-vous à n'entendre que des dénégations si vous posez une question aux médecins-transplanteurs.

Il est nécessaire que d'avantage de donneurs sains meurent subitement

L'autre handicap auquel fait face l'industrie de la greffe est que les personnes sains qui prennent soin de leur corps grâce à la nutrition et à l'exercice physique n'ont pas tendance à mourir très souvent. Le type de personne à mourir plus probable (et donc plus propice à donner des organes) sont les alcooliques, les accro à la drogue, les obèses et les malades en général. Alors voilà le genre d'organe rendu disponible pour la greffe : de méchants foies "graisseux" et des poumons cancéreux, par exemple.

Idéalement, l'industrie de greffes aimerait voir beaucoup de jeunes en bonne santé décapités dans des exercices militaires ou des accidents d'automobile. Cela fournirait un approvisionnement frais d'organes sains qui vaudrait le coup. En Chine, bien sûr, c'est pourquoi les membres du Falun Gong sont habituellement arrêtés et envoyés en prison : ils suivent des régimes très sains et ont donc des organes de grande qualité qui peuvent être prélevés avec profit sur les prisonniers politiques.

Pratiquer l'arrestation de personnes, les envoyer en prison et parfois les tuer pour leurs organes est bien plus répandu que vous ne l'imaginez. Comment supposez-vous que Steve Jobs a obtenu un nouveau foie si rapidement, alors que des milliers d'autres personnes en attendaient un ? Il l'a acheté. Tiens, pensez-vous vraiment que Steve Jobs soit resté en file d'attente comme tous les autres et qu'un foie soit apparu magiquement beaucoup plus vite que pour quelqu'un d'autre ?

Consentement présumé

Il existe une offensive mondiale pour prélever les organes de quiconque n'exprime pas explicitement son refus. Ces lois sont appelées lois de "consentement présumé" et elles n'existent que pour fournir un approvisionnement en organes humains frais qui vont générer des milliards de dollars de profit pour une industrie psychopathe à l'esprit criminel.

Comme l'explique un article du Journal Médical britannique de 2011, ces lois de consentement présumé signifient que des médecins peuvent commencer à prélever les organes de votre femme, de vos enfants ou d'autres proches sans même demander la permission aux membres de la famille !

Comme l'explique cet article :
Le consentement présumé est connu autrement comme système de "dérogation" et signifie que sans le souhait express exprimé de ne pas être donneur d'organes, on suppose qu'il y a consentement. Ce peut être dans le détail connu comme une "dérogation à la dure" où la famille n'est pas consultée.
Il existe même un site web à ce sujet – PresumedConsent.org – qui emploie un beau langage fleuri et une imagerie bien pensante pour cacher le fait de pousser les médecins à prononcer davantage de "mort" de patients et à prendre leurs organes pour assurer chaque année des millions supplémentaires de dollars à l'industrie de la greffe.

Nous parlons ici d'un prélèvement coercitif d'organes pour alimenter le trafic.

Pensez-y la prochaine fois qu'on veut vous faire remplir un papier où est écrit, "Voulez-vous être donneur d'organes ?"

Vous n'avez qu'à répondre : "Non merci. Je préfère que les médecins essaient en fait de me garder en vie".

Ne donnez aux médecins aucune incitation à vous tuer. Ils tuent déjà assez de malades sans le faire exprès.

Croyez-moi : stop aux dons d'organe. Si vous voulez vraiment aider les personnes, apprenez-leur à protéger les organes que Dieu leur a déjà donné grâce aux super-aliments, la nutrition, l'exercice et la vie saine.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...