Recherche

23 février 2013

Une cellule zombie crée par les chercheurs américains

A en croire que c'est du pipeau mais là, c'est du réel et ce n'est pas du cinéma mais rassurez-vous, les zombies ne sont pas encore là. Ils ont bel et bien créé une cellule "zombie".

Les chercheurs ont créé des cellules biologiques zombies dans le laboratoire qui surpassent les cellules vivantes.

Sérieusement.

Une équipe de Sandia National Laboratories et de l'Université du Nouveau-Mexique ont innové une technique par laquelle les cellules de mammifères sont enduits avec de la silice pour former une réplique quasi-parfaite.

Les répliques de silice peuvent survivre à de plus grandes pressions et températures que la chair et d'effectuer de nombreuses fonctions mieux que les cellules d'origine vivantes.

En enduisant les cellules avec l'acide silicique dans une boîte de culture céllulaire, l'acide embaume la matière organique dans la cellule vers le bas à l'échelle nanométrique.

"Son utilisation la plus immédiate est de longue durée de conservation des échantillons biologiques. Mais potentiellement la technique peut être utilisée pour fabriquer des complexes nanomachineriques utiles," explique Bryan Kaehr, chercheur principal aux Laboratoires Sandia National à l'Université du Nouveau-Mexique.

Il ajoute : "Il est très difficile pour les chercheurs de construire des structures à l'échelle nanométrique. Nous pouvons fabriquer des particules et des fils, mais des structures arbitraires en 3D n'ont pas encore été atteintes. Avec cette technique, nous n'avons pas besoin de construire ces structures - la nature le fait pour nous. Nous avons seulement besoin de trouver des cellules qui possèdent la machinerie que nous voulons et le copier en utilisant notre technique. Et, en utilisant la chimie ou de la modélisation de surface, on peut programmer un groupe de cellules pour former quelque forme que semble souhaitable. "

La silice agit alors comme une armure perméable, selon Michael Hess à l'Office américain des affaires publiques.

Cela signifie que la cellule peut être utilisée en dessous comme un catalyseur à des températures bien supérieures à la normale.

Le chauffage de la silice à environ 400 °C laisse évaporer la protéine dans la cellule, tout en laissant la silice comme une réplique tridimensionnelle de "l'ancien être vivant", Hess déclare :
"La différence est qu'au lieu de modeler le visage, par exemple, d'un criminel célèbre, les cellules basées sur la silice durcies affichent des structures minéralisées intérieures avec des fonctionnalités complexes allant de la nanométrie à des échelles de longueur millimétrique."
Le matériel biologique précieux peut ainsi être converti en un fossile réutilisable, ce qui pourrait avoir des utilisations dans des piles à combustible, la décontamination et la technologie des capteurs, ainsi que de production commerciale.

Si le composite n'est pas chauffé, il existe des applications possibles aussi. Par exemple, les catalyseurs biologiques - les enzymes - doit conserver une certaine forme pour déclencher des réactions chimiques. Le revêtement de silice conserve la structure à des températures inimaginables par nature tout en étant capable de réaliser des réactions.

Kaehr, a dit dans une déclaration que la recherche distingue d'une cellule de momie et d'une cellule de zombie.

"Nos cellules de zombie rapprochent la chimie et la biologie pour créer des formes qui ressemblent non seulement presque parfaitement à leur passé, mais peuvent faire le travail futur," dit Kaehr, effroyablement.

Article traduit sur RT et Huffington Post
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...