Recherche

31 janvier 2012

Les 20 signes montrant l'Europe qui plonge dans une profonde dépression économique

Un cauchemar économique est en train de s'abattre sur l'Europe. Chaque mois qui passe, les chiffres économiques empirent partout en Europe. À ce stade, il devient extrêmement difficile de nier que l'Europe plonge dans une dépression économique de la plus grande envergure. En fait, certaines parties de l'Europe sont déjà dedans. En Espagne, le taux de chômage global dépasse 22%, et en Grèce une entreprise de vente au détail sur 5 a déjà fermé. Partout, en Europe, l'activité économique se ralentit rapidement, le chômage monte en flèche et les créances irrécouvrables sont détruites. Il n’y a même pas besoin de la faillite d’un pays, comme la Grèce, ou de l’effondrement de l'euro, pour enfoncer l'Europe dans la dépression économique. Pour en arriver là, tout ce qu’a à faire l'Europe, c’est de se maintenir précisément sur le chemin actuel. En temps normal, les gouvernements européens réagiraient au ralentissement économique en augmentant les dépenses publiques. Mais, cette fois, la plupart d'entre eux croulent déjà sous les dettes. En réalité, au lieu d’augmenter leurs dépenses, beaucoup de gouvernements européens les réduisent. Partout en Europe, les gouvernements des pays sont encouragés à mettre en œuvre toujours plus de hausses d'impôts et de compressions budgétaires. L'espoir est que toute cette austérité aidera à résoudre la crise des dettes souveraines cauchemardesques auxquelles est confrontée l’Europe. Mais, malheureusement, toutes ces hausses d'impôts et réductions budgétaires impliqueront aussi une somme énorme d’épreuves économiques.

Chose effrayante, la plupart des pays européens sont juste au début du processus. Si vous voulez savoir où vont les pays comme le Portugal, l'Italie et l'Espagne, jetez juste un coup d’œil sur la Grèce. La Grèce poursuit sa descente aux enfers depuis plusieurs années, et elle ne voit toujours pas le bout du tunnel.

L'augmentation des impôts et des restrictions budgétaires qui sont mises en œuvre en ce moment en Europe se feront sentir pendant des lustres à venir. Alimentée par une accumulation de dette sans précédent, l’énorme prospérité économique cédera désormais la place à une formidable désolation économique.

Voici 20 signes montrant que l'Europe est enlisée dans une dépression économique de la plus grande envergure :

#1 - Le taux de chômage des jeune est de 28% en Italie, 43% en Grèce et 51% en Espagne.

#2 - Dans l’ensemble, dans l’Union européenne, le taux de chômage des moins de 25 ans (les jeunes) est de 22,7%.

#3 - Citigroup prévoit que l'économie du Portugal se contractera de 5,7% cette année.

#4 - Le total de toutes les formes de dette du Portugal (gouvernement, entreprises et consommateurs) équivaut à 360% du PIB.

#5 - La "récession" grecque est maintenant entrée dans sa cinquième année.

#6 - L'économie grecque a reculé de 6% en 2011.

#7 - Il est prévu que l'économie grecque reculera encore de 5% en 2012.

#8 - Le taux de chômage global en Grèce est maintenant de 18,5%

#9 - En Grèce, 1 magasin de détail sur 5 a été définitivement fermé.

#10 - Le nombre de suicides en Grèce a récemment explosé de 40% en à peine 1 an.

#11 - Selon le FMI, le montant de la dette accumulée par le gouvernement grec équivaut à environ 160% du PIB.

#12 - Au total, il y a maintenant plus de 5 millions de chômeurs en Espagne.

#13 - Les créances douteuses de l’Espagne ont récemment atteint un sommet en 17 ans.

#14 - Le taux de chômage global en Espagne représente désormais un énorme 22,8% de la population.

#15 - Le nombre de saisies de propriétés en Espagne a augmenté de 32% au cours de la dernière année.

#16 - Quand la dette est arrivée à échéance que le gouvernement italien doit renouveler en 2012, est ajoutée à son déficit budgétaire prévu, le total s'élève à environ 23,1% du PIB talien.

#17 - L'activité industrielle européen baisse depuis cinq mois consécutifs.

#18 - L'économie britannique s’est contractée au cours du 4ème trimestre 2011.

#19 - L'économie allemande s’est également contractée au cours du 4ème trimestre 2011.

#20 - Le Baltic Dry Index, qui sert souvent d’indicateur pour la santé de l'économie mondiale, a violemment chuté de 61% depuis octobre dernier.

Le pessimisme économique se propage lentement comme un orage sur toute l'Europe. Certaines des économies européennes les plus fortes ne font que commencer à ralentir. D'autres sont déjà en proie à une énorme désolation économiques. Gerald Celente, le prévisionniste des tendances, a récemment expliqué à ABC Australia qu’une grande partie de l'Union européenne est déjà dans la dépression économique :
"Si vous vivez en Grèce, vous êtes dans une dépression ; si vous vivez en Espagne, vous êtes dans une dépression ; si vous résidez au Portugal ou en Irlande, vous êtes dans une dépression, » a déclaré Celente. « Si vous vivez en Lituanie, vous courez à la banque pour sortir votre argent car la banque arrive à fonctionner. C'est une dépression. En Hongrie, et dans une grande partie de l'Europe de l'Est, Roumanie, Bulgarie, il y a une dépression. Et beaucoup de dépressions approchent."
Comme les choses tombent en morceaux en Europe, les querelles politiques vont devenir encore plus intenses.

Par exemple, une nouvelle proposition allemande choquante a été révélée ces derniers jours. Apparemment, l'Allemagne aimerait que la Grèce donne à un commissaire du budget de l'UE un pouvoir de veto sur toutes ses décisions en matière d’impôt et de dépense.

Cela représenterait pour la Grèce une perte de souveraineté sans précédent, et, bien évidemment, les politiciens grecs ne sont pas du tout enthousiastes à l'idée.

En fait, Anna Diamantopoulou, ministre grecque de l'Education, a déclaré que cette proposition est "le produit d'une imagination malade."

Mais, en Allemagne, le sentiment est que, puisque la Grèce doit être renflouée par eux, elle devrait être prête à se plier à une certaine surveillance pendant quelque temps.

Il sera intéressant de voir comment ça va se dérouler.

Pendant ce temps-là, le peuple grec devient de plus en plus mécontent. Selon un récent sondage, environ 90 pour cent de l’ensemble des citoyens grecs sont furieux contre le gouvernement intérimaire dirigé par le premier ministre Lucas Papademos.

Les choses sont aussi en train de se dénouer très rapidement au Portugal. Maintenant, on dit aussi là-bas que les investisseurs privés devront nécessairement accepter une « coupe de cheveux » sur la dette portugaise.

Ce qui suit provient d'un article récent du Telegraph :
"Un rapport de l'Institut pour l'économie mondiale de Kiel indique que, pour éviter un dérapage hors de contrôle de la dynamique d'endettement, même dans un scénario de croissance annuelle plutôt optimiste de 2 pour cent, le Portugal doit faire un excédent budgétaire primordial de plus de 11 pour cent du PIB par an.

"La Dette du Portugal est insoutenable. C'est la seule conclusion possible," a déclaré David Bencek, le coauteur du rapport, en avertissant qu’aucun pays ne peut réaliser depuis longtemps un excédent budgétaire primordial supérieur à 5 pour cent.

Nous ne savons pas ce que sera le déclencheur, mais dès qu’il y aura une décision sur eux, les Grecs vont commencer à regarder de près et à réaliser que le Portugal est dans la même situation qu’eux depuis un an."
Malheureusement, cet article a parfaitement raison.

Le Portugal prend exactement le même chemin que la Grèce.

Le rendement sur cinq ans des obligations portugaises est désormais à un record sans précédant de 19,8%.

Il y a un an, le rendement de ces obligations n'était environ que de 6%.

C'est la même chose qui est arrivée à la Grèce.

Il y a un an, le rendement des obligations grecques sur cinq ans était d'environ 12%.

Maintenant, le rendement de ces obligations est de plus de 50%.

Le monde est confronté à une crise de la dette jamais vue avant, et l'Europe est juste au centre.

En ce moment, les principaux pays industrialisés du monde ont une dette de 55.000 milliards de dollars.

Tout le monde savait que la bombe de la dette allait exploser mais arrivé à un moment : elle va exploser !

Avec tout ça, que va-t-il se passer ensuite ?

Eh bien, l'Europe semble se diriger vers une dépression économique de grande ampleur inimaginable.

Le reste du monde pourra-t-il échapper à un sort similaire ?

La Réserve Fédérale américaine et le contrôle de l'argent

Documentaire sur le scandale de la Réserve Fédérale américaine, crée par le cartel de 6 méga banques. Le même processus a mené à la création de banques centrales dépossédant les Etats de la création monétaire, au seul profit d'une oligarchie financière mondialiste, et au détriment de tous les peuples du monde.

30 janvier 2012

EXPLOSIF ! 6 révélations choquantes sur un gouvernement secret de Wall Street

Nous disposons maintenant de preuves concrètes de l’existence d’un gouvernement secret mené par Wall Street et par Washington, loin de tout processus démocratique. Suite à une requête faite au titre du Freedom of Information Act (FOIA) par Bloomberg News, le public a maintenant accès à plus de 29 000 pages de documents fédéraux, et 21 000 autres concernant des transactions fédérales qui ont été soigneusement cachées, et pour de bonne raisons. Pourquoi ?

Ces documents mettent en évidence comment de hauts-responsables gouvernementaux ont délibérément caché au Congrès et au public la véritable ampleur des plans de sauvetages financiers de 2008-2009 qui ont permis d’enrichir quelques personnes et d’augmenter les profits des grandes sociétés de Wall Street. Voici ce que nous savons aujourd'hui :
  • Le montant total du sauvetage financier secret de Wall Street est de 7 770 milliards de dollars, c’est-à-dire 10 fois plus que celui du Troubled Asset Relief Program (TARP) de 700 milliards qui avait été voté par le Congrès en 2008.
  • Ces informations sur les fonds secrets du sauvetage n’ont pas été communiquées au Congrès, même quand celui-ci était en train d’ébaucher et de débattre les lois nécessaires pour sauver les grandes banques.
  • Ces fonds secrets, financés en dessous des taux du marché, ont permis aux banques de Wall Street de faire 13 milliards de dollars de profits. (Une somme suffisante pour embaucher plus de 325 000 instituteurs.)
  • Les emprunts secrets ont servi à financer des fusions entre banques, et le résultat est que les grandes banques sont devenues encore plus grandes. Cet argent a également permis aux banques d’augmenter leur pouvoir de lobbying.
  • Tandis qu’Henry Paulson (photo ci-contre, secrétaire au Trésor sous George W.Bush) informait le Congrès et le public que quelques réformes mineures étaient suffisantes pour protéger les banques Fannie Mae et Freddy Mac de la faillite, il rencontrait en secret les plus importants fonds spéculatifs (Hedge Funds) de Wall Street - et parmi eux certains de ses anciens collègues chez Goldman Sachs - pour les prévenir qu’il allait nationaliser les principales sociétés de crédit - une opération qui aurait pour effet d’annuler pratiquement toute la valeur boursière de ces sociétés. Cette information était extrêmement précieuse puisqu’elle permettait aux Hedge funds ainsi prévenus de vendre à découvert les actions de ces deux banques, Fannie Mae et Freddy mac, faisant par là d’immenses profits.
  • Le sénateur démocrate du Delaware, Ted Kaufman, a rappelé que Timothy Geithner, qui dirigeait alors la Réserve fédérale de New York, avait dénoncé les efforts législatifs de Kaufman visant à limiter la taille des banques, en expliquant que le problème était "trop complexe pour le Congrès et que c’était aux spécialistes des marchés de prendre ces décisions." Mais en réalité, Geithner était parfaitement au courant des énormes montants des prêts secrets, tandis que Kaufman n’en avait absolument pas connaissance. Barney Frank, qui rédigeait certains des éléments-clés de la réforme législative sur les banques, n’était pas non plus au courant de ces prêts secrets. En fait, aucun membre du Congrès n’en avait été informé. 
Alors, que signifie tout cela ?


1. Les grandes banques et les principaux hedge-funds (fonds spéculatifs) étaient en grave difficulté que ce que l’on nous a fait croire.

Comme beaucoup d’entre nous le soupçonnaient, toutes les grandes banques étaient à genoux et imploraient de l’aide - en secret - tout en expliquant à leurs investisseurs, au public et au Congrès que tout allait bien. Elles avaient fait un pari, et elles avaient perdu. Selon les principes mêmes du capitalisme, elles auraient dû être démantelées, leur valeur en bourse annulée après faillite, et leurs managers remplacés. L’ensemble du système bancaire aurait dû être réorganisé de haut en bas. Au lieu de cela, ces monstrueuses faillites ont été récompensées.

2. Le gouvernement secret de Wall Street s’est assuré que les plus grandes banques pourraient encore grossir, aidé en cela par les fameux fonds secrets.

Pendant que le Congrès débattait de la législation visant à scinder les grandes banques et réinstituer le Glass Steagall (la séparation entre banques d’investissements risqués et banques commerciales garanties), le gouvernement secret utilisait des fonds publics pour s’agrandir encore plus au travers de fusion-acquisitions. Et puisque le Congrès et le public ne savaient rien de ces financements secrets et de la santé si défaillante de toutes ces banques, le projet de loi fut facilement écarté. Comme le montre malheureusement le graphique ci-dessous, les banques "too-big-to-fail" s’agrandirent encore plus.

3. Plus Wall Street s’enrichit, plus elle peut acheter les gouvernements.

Cela n’est pas un secret. Le fait que les six plus grandes banques se soient agrandies encore davantage leur a permis de dépenser encore plus d’argent en lobbying pour s’assurer qu’elles ne souffriraient d’aucun impact venant d’une éventuelle réforme législative. Et donc, après que les grandes banques eurent secrètement reçu des centaines de milliards sous forme de prêts, elles augmentèrent les fonds consacrés au lobbying afin de maintenir leur taille et leur pouvoir.

4. Le gouvernement secret de Wall Street se protège lui-même.

D’abord, on voit mal pourquoi le Secrétaire du Trésor, Paulson, ex-dirigeant de Goldman Sachs, a pris le risque de se rendre à un discours avec les dirigeants des fonds spéculatifs géants, dont la plupart travaillaient chez Goldman Sachs. Comment se peut-il que le plus haut responsable financier de la nation ose aller avertir l’élite des fonds spéculatifs à propos de la décision imminente du gouvernement de lâcher certaines banques, et cela avant même que le Congrès et le public ne soient prévenus ? Et bien, une réponse possible est qu’il s’est senti obligé d’avertir ses anciens camarades de ces nationalisations plutôt gênantes. Peut-être voulait-il leur éviter de chuter de trop haut s’ils étaient lourdement engagés sur ces marchés. Ou peut-être entendait-il leur fournir une information extrêmement précieuse dont ils pourraient profiter. Mais l’explication la plus profonde, selon moi, est que les hauts responsables du gouvernement secret de Wall Street - Paulson, Summers, Geithner, Orszag (l’ex-chef de bureau pour la gestion du budget OMB d’Obama qui gagne maintenant des millions de dollars chez Citigroup),.... sont absolument convaincus que :
  • Les banques de Wall Street sont les meilleures du monde et sont la fleur de l’économie américaine. Elles sont notre avenir.
  • Les banquiers de Wall Street et les dirigeants des fonds spéculatifs sont bien plus intelligents et perspicaces que nous tous. Ils méritent toute notre admiration.
  • Aider Wall Street à grossir et prospérer est exactement la même chose qu’aider les Américains et l’économie tout entière. Ils méritent notre soutien.
  • Les rencontres secrètes destinées à échanger des informations « de l’intérieur (insider information) sont des choses normales à Wall Street. Il n’y a rien de mal à prévenir des amis à propos de décisions politiques à venir qui pourraient impacter leurs profits.
  • Il n’y a rien de mal à offrir des milliers de milliards de dollars sous forme de prêts secrets aux meilleurs et aux plus brillants d’entre nous sans en référer au Congrès.
  • C’est un cercle vicieux d’auto-justification et d’auto-tromperie : Wall Street est brillante. Ce que fait Wall Street est bon pour le pays. Aider Wall Street profite au pays tout entier. Cacher la vérité à des représentants démocratiquement élus, c’est bon pour le pays, parce que Wall Street est brillante et sait tout mieux que personne.
Ces croyances sont profondément ancrées dans la mentalité de Wall Street et de son gouvernement secret, même si c’est Wall Street, et Wall Street seule, qui a plombé l’économie et supprimé 8 millions d’emplois en seulement quelques mois. Chapeau !

5. Wall Street représente un danger permanent pour la démocratie.

En général, je ne verse pas dans l’alarmisme. En fait, il m’arrive fréquemment de dénoncer les théories de la conspiration simpliste. J’aime à penser que notre démocratie a encore de l’avenir. Mais le crash provoqué par Wall Street et la réponse de notre gouvernement ne cesse de m’inquiéter. Les révélations du Bloomberg News nous apprennent que le gouvernement secret de Wall Street n’a que faire de ce qui reste de notre démocratie. Les élites financières pensent évidemment qu’elles ne peuvent pas se fier au Congrès pour faire les bons choix même lorsqu’il est acheté et payé en sous-main par les banques qu’il est censé réguler. Et que devenons-nous dans tout cela ? Nous sommes juste une masse informe d’illettrés tout juste bons à être manipulés par les médias de masse. Nos esprits également peuvent être achetés et revendus au moyen d’un marketing ad-hoc.

Cette arrogance et cette corruption financière sont extrêmement corrosives pour nos valeurs démocratiques. Nombreux sont les Américains qui, pour de bonnes raisons, ne font plus maintenant confiance à leur gouvernement ; ne votent plus ; pensent que la démocratie telle que nous la connaissons est un leurre. Wall Street n’aurait pas pu écrire un meilleur scénario pour assurer sa domination.

6. "Occupy Wall Street" est fondamentalement dans le vrai, mais ce n’est pas suffisant.

Les manifestants de "Occupy Wall Street" s’en sont pris aux élites de Wall Street et ont frappé les esprits dans tout le pays avec leur slogan : 1% contre 99% !. Et ce concept perdure et se propage. Mais ce n’est qu’un début. Avant de reconquérir notre pays accaparé par le gouvernement secret de Wall Street, nous devons développer un vaste mouvement parmi les 99%. Bien que nous ayons l’espoir que cela puisse se produire via Twitter et Facebook, nous savons qu’il nous faudra des événements "physiques" impliquant des millions de personnes.

Pour le moment, personne ne connait la forme que cela prendra. Mais une chose est claire : les immenses concentrations de pouvoir et de richesse n’abandonnent leur pouvoir et leur richesse sans combattre à mort. Le gouvernement secret de Wall Street est fin prêt pour se défendre lui-même, même si cela signifie le renversement de notre démocratie. Les manifestants "Occupy" ont montré un grand courage dans leur lutte pour reconquérir nos droits démocratiques. Espérons que ce mouvement prendra de l’ampleur… et vite !

28 janvier 2012

Le dessous des cartes de la mondialisation des maladies réémergentes

En modifiant de nombreux paramètres dans l'économie, l'urbanisation, les transports et l'alimentation, la mondialisation affecte également la santé. Au début du XXIe siècle, de nouvelles problématiques sanitaires se répandent dans le monde, brouillant les frontières que l'on croyait nettes, entre pays riches et pays en développement

26 janvier 2012

Psywar - Guerre psychologique

À partir de la façon dont nos médias ont relaté les conflits en Irak entre 1991 et 2003, ce film énumère les principes généraux de la propagande de guerre et ses prolongements en temps de paix. C'est du lourd !

"Si c'est votre désir de comprendre comment nous sommes manipulés en leur faisant croire des choses que nous faisons - Regardez ce film - Tous le monde devraient le voir ... pour le bien de notre avenir." - Timothy Gatto [#]



Note : Pour activer les sous-titres en français, cliquez sur le bouton "Activer sous-titres" dans la fenêtre du lecteur.

25 janvier 2012

39 - 45 : ces français qui ont choisi Hitler

Pendant la Seconde Guerre mondiale, certains Français, par ambition ou par conviction, choisissent de se mettre au service des Allemands. Certains voulaient ainsi participer au renouveau de la France, d'autres prendre leur revanche sur un pays qui les avait exclus ou humiliés. Joseph Darnand devint ainsi chef de la Milice française. Henri Lafont, petit truand, se retrouve à la tête de la Gestapo parisienne. Pierre Paoli, petit comptable de Bourges, devient tortionnaire pour les SS. Violette Morris, sportive accomplie bannie par sa fédération, trouve sa revanche en devenant informatrice pour l'occupant.

22 janvier 2012

AVERTISSEMENT - Signes indiquant que nous devons nous préparer au pire !

Les signes d'alerte sont tout autour de nous. Tout ce que nous avons à faire est d'ouvrir nos yeux et regarder. Presque chaque journée est là des voix plus proéminentes dans le monde financier en nous disant qu'une crise économique massive vient et que nous avons besoin de nous préparer au pire. Mercredi, c'était la Banque Mondiale lui-même qui a publié un avertissement glacé. Dans un rapport absolument surprenant, la Banque Mondiale a révisé des estimations de croissance de PIB pour 2012 en forte baisse et a averti que l'Europe pourrait être sur le bord d'une crise financière ravageuse déclarant que le reste du monde doit "se préparer au pire." Vous vous attendriez entendre cette sorte de chose sur The Economy Collpase, mais ce n'est pas la sorte de langue que vous vous attendriez normalement de recevoir des nouvelles des trous du cul à la Banque Mondiale. Évidemment les choses sont devenues assez mauvaises que personne n'essaie même vraiment de ne pas le nier d'avantage. Andrew Burns, le premier auteur du rapport, a dit que si la crise de la dette souveraine devient encore pire nous pourrions voir une crise économique qui pourrait être encore pire que la dernière : "Une escalade de la crise n'épargnerait personne. Les taux de croissance développés de pays en développement pourraient chuter par autant ou plus que dans 2008/09." Burns a aussi déclaré que "l'importance de la planification d'urgence ne peuvent pas êtres assez soulignés." En d'autres termes, Burns dit qu'il est temps de se préparer au pire. Alors vous êtes prêt ?

Mais évidemment ce n'est pas juste la Banque Mondiale qui prévient de ces choses. Le choeur de voix qui prévient de la grande crise financière suivante semble juste grandir chaque jour.

Certaines de ces voix ont été décrits dans un article de Bloomberg... Ce qui suit n'est qu'un échantillon de citations de cet article....
- John Mauldin, président de Millennium Wave Advisors : "Nous avons un cancer. Ce cancer est la dette" 
- Marquez Spitznagel de Universa Investments : "Trop de malinvestment ont été maintenus en vie et l'histoire montre un plongeon inévitable, qui a commencé en 2000." 
- Michael Panzner de Financial Armageddon : "La perspective fondamentale est encore plus mauvaise maintenant que c'était il y a quelques semaines, étant donné le manque de positif des développements en Europe et plus de preuves que les économies des grands pays du monde entier se détériorent rapidement."
Si vous avez le temps, vous devriez aller voir le reste de cet article. Il est vraiment fascinant.

Quand cette crise sera terminée, toutes sortes de personnes vont courir partout affirmant qu'ils avaient prédit. Mais il ne prend pas de génie pour voir ce qui est à venir. Tout ce que vous avez à faire est d'ouvrir vos yeux et regardez les signes d'avertissement "rouges clignotants".

Alors, que devrions-nous tous envisager pour la prochaine ?

Le 20 mars est une date clef pour garder l'oeil dessus. C'est le jour où la Grèce va faire son paiement d'obligations de 14.5 milliards d'euros ou il sera en faillite.

La Grèce ne dispose pas d'une prière de procéder à ce paiement sans aide. Si la Grèce ne peut convaincre l'UE et le FMI de publier le paiement de renflouement programmé suivant et si la Grèce peut parvenir à un accord satisfaisant avec les obligataires privés, alors la faillite grec à venir pourrait être "ordonnée". Mais si quelque chose va mal, la faillite grec à venir pourrait être assez "désordonnée".

À ce point, presque chacun dans le monde financier prévoit une faillite grecque d'une forme ou un autre....

- Edward Parker, le directeur général pour le groupe souverain et supranational de Fitch en Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique, a déclaré récemment qu'une faillite grecque est inévitable....
"Il va arriver. La Grèce est insolvable donc elle sera en faillite."
- Moritz Kraemer, chef de S&P à l'unité d'indice d'écoute souveraine européenne, a fait la déclaration suivante sur Bloomberg Television ce lundi :
"La Grèce sera en faillite très bientôt. S'il y aura une solution à la fin des négociations actuelles et je ne peux pas dire."
- Richard McGuire, stratège à la banque hollandaise Rabobank, a été récemment cité par CNBC en disant ce qui suit....
"Le personnes demandent souvent si la Grèce va faire faillite, qui ... est un terme impropre, car la Grèce est (déjà) en faillite"
- Diane Swonk, économiste en chef à Mesirow Financial à Chicago, dit que la faillite de la Grèce sera probablement "ordonné", mais que la situation pourrait changer à tout moment....
"Il semble en ce moment que le marché accepte une faillite grecque comme inévitable et ce sera une faillite ordonné. Mais cela peut changer en un rien."
Mais s'il y a faillite ou non, la réalité est que la Grèce connaît déjà une récession à grande échelle économique. En Grèce, 20% de tous les magasins de détail ont déjà fermé. Le taux de chômage pour les moins de 24 ans est maintenant à 39%. Un grand nombre de Grecs tentent d'obtenir par eux-mêmes et leur argent hors du pays alors qu'ils ne peuvent toujours.

Le pessimisme concernant la Grèce est à un plus haut absolu. Michael Fuchs, député-chef du parti politique d'Angela Merkel, a fait récemment la déclaration suivante....
"Je ne crois pas que la Grèce, dans sa condition actuelle, puisse être sauvée."
Mais bien sûr, la Grèce n'est pas la seule économie en déclin en Europe, loin de là.

L'Italie a une économie beaucoup plus grande, et si l'Italie s'effondre complètement, il sera un véritable cauchemar pour le monde entier.

d'Italie prévoit une importante récession de l'économie italienne en 2012. Ce qui suit est d'une déclaration selon laquelle la Banque d'Italie vient de publier ....
"L'incertitude qui entoure les perspectives à moyen terme de l'économie italienne est extraordinairement haute... et est directement reliée à l'évolution de la crise de la dette de la zone euro".
Le taux de chômage des jeunes en Italie a atteint son plus haut niveau, et presque tous les secteurs de l'économie italienne montre des signes de ralentissement.

Plus il y a le problème surgissant de la dette italienne. Comme j'ai écrit hier, quand vous ajoutez la dette mûrissante que le gouvernement italien doit reconduire en 2012 à leur déficit budgétaire en projet, il vient à 23.1% du PIB de l'Italie.

À l'origine on a espéré que les problèmes économiques en Europe pourraient être contenus à juste quelques pays. Mais maintenant c'est devenu clair qui juste ne va pas arriver.

Le prévisionniste de tendances Gerald Celente a expliqué récemment à ABC, chaîne australienne, si la plupart de l'Europe connaît déjà essentiellement une dépression économique....
"Si vous vivez en Grèce, vous êtes dans une dépression; si vous vivez en Espagne, vous êtes dans une dépression; si vous vivez au Portugal ou à l'Irlande, vous êtes dans une dépression," a déclaré Celente. “Si vous vivez en Lituanie, vous courez à la banque pour obtenir votre argent de la banque pendant que la ruée bancaire continue. C'est une dépression. La Hongrie, il y a une dépression et la plupart de l'Europe de l'Est, la Roumanie, la Bulgarie. Et il y a beaucoup de dépressions [déjà] en cours."
Les nouvelles inquiétantes de l'Europe semblent juste continuer à entrer dans les moeurs. Voici quelques exemples plus récents....

- L'activité manufacturière dans la zone euro a chuté pendant cinq mois d'affilée.
- L'économie allemande s'est contractée en fait pendant le 4ème trimestre 2011.
- Il est annoncé que l'économie espagnole s'est contractée pendant le 4ème trimestre 2011.
- De mauvais prêts en Espagne frappent récemment un plus haut en 17 ans et le taux de chômage est au plus haut depuis 15 ans.

Donc, tout cela signifie que le problème économique s'est finalement propagé aux États-Unis ?

Bien sûr, il le fera.

L'économie mondiale est plus interconnectée que jamais aujourd'hui. En 2008 la crise financière qui a commencé à Wall Street a fini par devenir des économies ravageuses partout dans la planète. La même chose arrivera pendant cette prochaine grande crise financière.

Sauf que cette fois les Etats-Unis est dans une position nettement affaiblie. Le problème de l'endettement des Etats-Unis s'est beaucoup dégradée depuis la dernière crise.

Pendant 2008, notre dette nationale a traversé la marque de 10 trillions de dollars. Moins de 4 ans plus tard, nous avons traversé la marque de 15 trillions de dollars.

Alors qu'allons-nous faire la prochaine fois un grand nombre de banques échouent et le chômage monte en flèche ?

Où allons-nous pour récupérer l'argent pour renflouer toutes les banques et à prendre soin de tous ces nouveaux chômeurs ?

Certaines personnes disent que le socialisme est la réponse, mais la vérité est que nous sommes déjà un État providence socialiste. Si vous ne pouvez le croire, près de la moitié des Américains vivent dans un ménage qui reçoit une certaine forme d'avantages financiers du gouvernement américain.

Pendant la prochaine grande crise, le nombre de personnes qui dépendent du gouvernement sera encore plus élevé.

Si vous ne voulez pas finir dépendant du gouvernement, vous devriez tenir compte des signes d'alerte et vous devez utiliser ce temps pour se préparer pour les temps difficiles qui sont à venir.

Quand même la Banque Mondiale nous dit d'être optimistes, mais faudra se préparer au pire, vous savez qu'il est en fin de match.

Malheureusement, la grande majorité des personnes croient seulement ce qu'ils veulent croire. Ils ne veulent pas croire qu'une grande crise économique est à venir et comme quand cela arrivera vraiment ils seront absolument aveuglés par cela.

Les Anonymous mettent en garde le gouvernement américain qui censure le Web

Ceci est une alerte d'urgence concernant tous les citoyens des États-Unis. Le jour que nous avons tous attendu est malheureusement arrivé. Les Etats-Unis censure Internet. Notre évidente réponse est que nous ne nous assierons pas pendant que nos droits nous sont enlevés par le gouvernement, nous les préserverons. Ce n'est pas un appel aux armes, mais un appel à la reconnaissance et à l'action !

Le gouvernement des Etats-Unis a maîtrisé cette manière corrompue de nous donner un faux sentiment de liberté. Nous pensons que nous sommes libres et pouvons faire ce que nous voulons, mais en réalité nous sommes très restreint et limité quant à ce que nous pouvons faire, comment nous pouvons penser, et même comment notre éducation est obtenu. Nous avons été tellement distrait par ce mirage de liberté, que nous venons de devenir ce à quoi nous essayions d'échapper.

Pendant trop longtemps, nous avons été ralenti comme nos frères et sœurs ont été arrêtés. Pendant ce temps, le gouvernement a été intrigant, préparant les façons d'accroître la censure, avec l'aide des FAI, les blocages DNS, la censure des moteurs de recherche, de la censure de site, et plein d'autres méthodes qui s'oppose directement aux valeurs et idées des Anonymous, ainsi que celles des pères fondateurs de ce pays, qui croyaient en la liberté d'expression et de la presse!

Les Etats-Unis ont souvent été utilisé comme un exemple idéal de pays libre. Lorsque la seule nation qui est connue pour sa liberté et ses droits commencent à abuser de son propre peuple, c'est le moment ou vous devez vous battre, parce que d'autres vont bientôt suivre. Ne pensez simplement que parce que vous n'êtes pas un citoyen des Etats-Unis, cela ne s'applique pas à vous. Vous ne pouvez pas attendre que votre pays décide de faire de même. Vous devez l'arrêter avant qu'il ne se développe, avant qu'il ne soit accepté. Vous devez détruire ses fondations avant qu'il ne devienne trop puissant.

Le gouvernement Américain n'a t-il pas appris du passé ? N'at-il pas vu les révolutions de 2011 ? N'a t-il pas vu que nous nous opposons où qu'il se trouve et que nous allons continuer à nous y opposer ? Évidemment, le gouvernement des Etats-Unis pense qu'il est exempt. Ce n'est pas seulement un appel des Anonymous à l'action collective. Quel sera l'attaque DDOS à faire ? Quels sites à défacer contre les puissances corrompues du gouvernement? AUCUN, c'est un appel pour un Internet mondial et une protestation physique contre les pouvoirs en place. Diffuser ce message partout. Nous n'en resterons pas la! Dites à vos parents, vos voisins, vos collègues, vos enseignants, et toute autre personne avec qui vous entrer en contact. Cela affecte toute personne qui désire la liberté de surfer anonymement, parler librement sans crainte de représailles, ou de protestation, sans crainte d'arrestation.

Aller à chaque réseau IRC, chaque réseau social, toute communauté en ligne, et leur dire l'atrocité qui est sur le point d'être commise. Si contestation il ne suffit pas, le gouvernement des Etats-Unis doit voir que nous sommes vraiment légion et quenous viendrons ensemble comme une seule force s'opposer à cette tentative de censure de l'Internet une fois de plus, et par la même de décourager tout autre gouvernement de continuer ou d'essayer.

Nous sommes Anonymous.
Nous sommes Légion.
Nous ne pardonnons pas la censure.
Nous n'oublions pas le déni de nos droits en tant qu'êtres humains libres.
Pour le gouvernement des Etats-Unis [et les autres], vous devriez nous attendre



21 janvier 2012

L’accaparement des terres par l’agriculture industrielle

Au cours de l’Histoire, le pouvoir s’est attaché, par la force, à briser les solidarités rurales, substituant aux usages collectifs des sols la propriété privée, confisquant les meilleures terres, formant de vastes domaines. Après la seconde guerre mondiale, le capitalisme industriel s’engouffre dans la brèche pour accélérer la concentration des terres, programmant l’élimination de centaines de millions d’exploitations par la dictature du rendement. Ce hold-up se poursuit aujourd’hui avec la captation de terres à l’étranger de la part de gouvernements ou d’entreprises (alimentation, agrocarburants, spéculation...). Pourquoi supprimer ainsi des paysans et paysannes ?

La condition paysanne a souvent été synonyme de souffrances, ponctuée par quelques périodes de révoltes sauvagement réprimées. Hostilité de la nature, caprices des saisons, techniques rudimentaires, insécurité, impôts, corvées. Dépourvu de tout scrupule, le pouvoir seigneurial, ecclésiastique, royal ou bourgeois a peu à peu brisé les solidarités rurales, substitué aux usages collectifs des sols la propriété privée. C’est l’injustice, la force, la violence qui ont contribué à la confiscation des meilleures terres, à la formation de vastes domaines, de fortunes considérables, l’héritage assurant, d’une génération à l’autre, la reproduction de ces inégalités.

Apparue au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la « modernisation » fait naître, chez les paysans, l’espoir d’une nette amélioration du niveau de vie et des conditions de travail : les illusions seront de courte durée. Les gains de productivité provenant de la deuxième révolution agricole (motorisation, mécanisation, fertilisation minérale) entraînent une baisse très importante des prix réels de la plupart des denrées agricoles.

Confrontés à cette concurrence, les agriculteurs les moins équipés, au nord comme au sud, sont condamnés à la régression et à l’élimination. Le recours à des techniques de plus en plus coûteuses creuse les écarts entre ceux qui disposent d’importantes capacités et ceux dont les moyens financiers sont faibles. Des centaines de millions d’exploitations paysannes ont ainsi d’ores et déjà disparu. Par sa nature même, le système capitaliste ne peut fonctionner qu’à grande échelle. Il fallait donc de grandes, si possible de très grandes exploitations pour vendre des machines toujours plus puissantes et sophistiquées, et des quantités toujours plus importantes d’engrais et de produits « phytosanitaires » pour surproduire.

Les lois d’orientation agricole des années 60, en France, vont permettre l’élimination progressive des petites exploitations. Le complexe mafieux des firmes capitalistes, des gouvernements successifs, du Crédit agricole et de la FNSEA va favoriser celles dont il a besoin (prêts avantageux, larges subventions – 80 % des aides vont aux 20 % les plus aisés – remembrements favorables...) ; il va asphyxier financièrement les autres par un endettement considérable. Bilan : l’agriculture française, qui comptait 2 300 000 exploitations en 1950, n’en compte plus que 650 000 ; elle n’en tolérera que 300 000 dans dix ans.

Les conséquences sont nombreuses :
– Une profession sinistrée : 60 000 emplois perdus chaque année, stress permanent, états dépressifs, alcoolisme, suicide, intoxications, allergies dues aux produits chimiques, accidents très fréquents ;
– Un déséquilibre accru dans l’aménagement du territoire : la diminution régulière du nombre d’exploitations dans les communes rurales va contribuer aux déplacements de populations des campagnes vers les villes, entraînant la désertification (fermetures d’écoles, de gares, de services publics, disparition d’artisans, de commerçants) ;
– Des atteintes graves à l’environnement : pollution de l’eau, de l’air, dégradation des sols, réduction de la biodiversité ;
– Une alimentation à deux vitesses : « malbouffe » pour les classes défavorisées, nourriture de qualité pour une minorité de privilégiés, et de sérieux problèmes de santé publique (antibiotiques, pesticides, nitrates, dioxine, métaux lourds, vache folle...) ;
– Le pillage de l’agriculture des pays pauvres : « révolution verte », cultures d’exportation, effets pervers de l’aide alimentaire ;
– La dépendance du monde paysan : le secteur agricole devient un simple maillon du complexe agro-industriel, un simple fournisseur de matières premières.

Sous les prétextes fallacieux de vaincre la faim dans le monde et de lutter contre la pollution, la transgénèse va fournir un second souffle à l’agriculture capitaliste. Les OGM constituent à la fois une réponse que celle-ci tente de trouver à ses propres problèmes (pesticides, fragilité des animaux d’élevages industriels, obésité) et un nouvel instrument de domination des paysanneries et des consommateurs. La possibilité de breveter le vivant, l’existence des droits de propriété intellectuelle vont permettre aux entreprises de biotechnologie de transformer la biodiversité, richesse collective, en propriété privée d’un cercle restreint, de faire main basse sur des millénaires de connaissances indigènes pour commercialiser ensuite ces ressources au prix fort. Le contrôle des ressources génétiques pour la transgénèse est aussi déterminant que celui des ressources énergétiques fossiles pour la révolution industrielle. Il s’agit d’imposer le « tout-génétique » comme on a imposé le « tout-nucléaire », à des fins évidentes de contrôle social.

Cette « biopiraterie » aura des conséquences dramatiques pour les agriculteurs les plus vulnérables, et notamment dans les pays « en développement », où la plupart des paysans utilisent les semences issues de leurs propres récoltes. En Inde, où 80 % des semences sont produites dans des fermes, plusieurs centaines de paysans se sont déjà suicidés, du fait d’un endettement irrémédiable. Des économies entières risquent d’être ruinées du fait du remplacement des produits naturels par des produits fabriqués par des transgéniques (vanille de Madagascar, cacao d’Afrique de l’Ouest, sucre de canne de Cuba, huile de palme de Malaisie). Ainsi le capitalisme, qui s’appuyait jusqu’alors sur la propriété privée des moyens de production, s’établit aujourd’hui, en plus, sur une quasi-propriété des moyens de reproduction.

Face au bilan catastrophique d’une agriculture capitaliste qui n’a fait illusion sur le plan de la rentabilité que parce qu’elle s’est appliquée à externaliser les coûts sociaux et écologiques qu’elle engendrait, des agricultures alternatives se mettent en place, qui recherchent : une plus grande autonomie, un respect de l’environnement, la qualité des produits, la revalorisation du métier d’agriculteur, le renforcement des liens entre producteurs et consommateurs. Ces luttes n’aboutiront que si elles remettent en cause l’usurpation des ressources naturelles par la propriété privée, foncière, industrielle ou agraire. L’objectif à long terme ne peut qu’être une nouvelle répartition des moyens de production (terres, cheptel, matériel), la mise en commun des terres agricoles au niveau de chaque commune. Toute autre perspective n’est qu’un leurre.

Jean-Pierre Tertrais sur Plus Loin.org

20 janvier 2012

ALERTE ROUGE ! Le Web en danger de mort !

Des sites en noir en guise de protestation contre les projets de loi liberticides SOPA et PIPA en Amérique mais aussi, ACTA en Europe. Ces 3 plans sont dangereux pour la liberté d'expression ainsi que la presse et pourront bloquer des contenus jugés illicites. Le black out du Web a débuté en Amérique touchant de nombreux sites tel que Wikipedia, Google,... et peut s'étendre à toute la planète. Amis internautes, le Web est en danger de mort : REVEILLEZ VOUS !

Ces initatives font partie d'une tentative globalisée de censure du Web au nom du droit d'auteur. Ils mèneront inévitablement à des politiques qui cassent la liberté d'expression, le droit à la vie privée, la capacité à innover, et la compétitivité sur le Web. Ces projets de loi mettent en danger le Web tel que nous le connaissons. Le Web a permis au logiciel libre comme Ubuntu de se développer pour constituer aujourd'hui un phénomène de société à part entière. Pendant qu'ils y sont, ils pourront carrément couper le Web, n'est-ce pas Obama ?

Mercredi 18 janvier 2012, Natural News.com s'est mis en noir pour protester contre le projet de loi contreversé SOPA, "Stop Online Piracy Act" (Loi contre le piratage en ligne), qui est en fait un effort du gouvernement à peine voilée de censure. Nous protestons aussi que PIPA, "Protect act IP" (Loi sur la protection IP) qui est destructif de la même façon dans ses effets. Vous pouvez être arrivés à cette maquette de notre page d'index "de saisie" qui représente ce qui pourrait arriver si SOPA devient la loi.

C'est essentiel pour tous les lecteurs et les fans de Natural News pour comprendre : Si SOPA passe, Natural News sera fermé. En fait, la loi proposée contient une disposition spécifique - la section 105 - qui permet au gouvernement américain de fermer des sites Internet qu'il réclame en "mettant la santé publique en danger."

Étant donné que Natural News recommande ouvertement et à plusieurs reprises des conseils comme la lumière solaire naturelle et la vitamine C - dont les deux sont dangereux selon le gouvernement qui a dit - notre site Internet pourrait être saisi par le gouvernement par la SOPA. Et cela ne considère même pas notre position publique contre les vaccinations de routine, les produits chimiques alimentaires traités et les médications de prescription dangereuses (que le gouvernement essaie toujours de persévérer le public pour tuer les personnes avant qu'ils vivent longtemps assez pour recueillir l'aide sociale).

Si la loi SOPA passe, il entraînera la fermeture de Natural News, Info Wars, Drudge, Lew Rockwell, Reddit et beaucoup d'autres sites Internet de nouvelles alternatives.

Ne vous méprenez pas sur la gravité de cette question : Si le projet de loi SOPA (et PIPA) passent, il aura pour résultat tôt ou tard la saisie gouvernementale et la fermeture de tous les sites Internet de nouvelles alternatifs - notamment ceux qui sont en désaccord avec la criminalité du régime politique actuel corrompu à Washington.

Imaginez Internet sans Natural News.com. Imaginez le mouvement de liberté sans InfoWars.com. Imaginez le Web du monde entier étant "aseptisé" par le gouvernement pour enlever n'importe quels sites Internet qui n'approuvent pas la position officielle du gouvernement sur la finance, la guerre contre la drogue, la guerre contre le terrorisme, les produits pharmaceutiques et les vaccins. C'est à quoi nous faisons face si le projet de loi SOPA passe : tsunami virtuel de toute la vérité à travers Internet, en laissant seulement les mensonges des informations gouvernementaux "officiels"... le Ministère de Vérité, en d'autres termes.

L'Internet est l'arme pour rétablir la liberté et contre la tyrannie écrasante

Pourquoi le gouvernement américain travaille-t-il si fiévreusement pour écraser des journaux d'informations indépendants véridiques sur Internet ? Puisque les contrôleurs mondialistes se rendent compte qu'Internet est le dernier bastion de liberté dans un monde dirigé par l'élite globale corporatiste.

Pendant que l'élite globale possède et dirigé le courant dominant comme les médias, qu'ils possèdent le Congrès, et qu'ils possèdent tous les influents à but non lucratif telles que US Cancer Society totalement corrompus, ils ne contrôlent pas encore l'Internet ! Ce n'en reviennent pas, surtout quand ils voient la vérité autant être produite par les individus aimant la liberté qui sont d'exposer les néo-conservateurs, les socialistes et les voyous criminels qui dirigent l'esprit de Wall Street et la Maison Blanche.

Ils sont désespérés pour écraser la liberté Internet et le projet de loi SOPA est l'outil qu'ils espèrent utiliser pour tout accomplir. C'est pourquoi votre opposition à la SOPA est absolument essentielle. C'est aussi pourquoi les géants Internet tels que Wikipedia et Reddit ont participé à la protestation contre la tyrannie de la SOPA et ce qui devient vite la campagne de terrorismee d'information sponsorisée par le gouvernement contre la liberté d'expression.

Obama peut signer le projet de loi SOPA, même si il dit qu'il s'y oppose.

Il est crucial que vous prenez des mesures dès maintenant, parce que même si la SOPA a été "abandonné" et Obama a retiré son soutien pour elle, rappelez-vous que Barack Obama a également promis qu'il mettrait son veto à la NDAA, et pourtant il tranquillement et sournoisement signé que le réveillon du Nouvel An, du le fait de dépouiller des Américains de leurs droits de défense.

Juste parce qu'Obama dit qu'il s'oppose à quelque chose ne signifie pas qu'il ne le signera pas ! Et croyez-moi, la tactique de tous ces serviteurs du mal à Washington est de fonctionner dans l'obscurité, en signifiant qu'ils retarderont la SOPA quand les personnes font l'attention, mais alors, quelques mois plus tard, après que la conscience publique ayant diminué, ils l'attacheront insidieusement à une certaine dépense et feront la loi tranquillement. Un jour vous vous réveillerez et tous vos sites Internet préférés disparaîtront tout simplement. Rappelez-vous, le gouvernement a déjà fermé 84 000 sites Web, sans procédure régulière.

C'est pourquoi vous avez besoin d'exprimer votre opposition à la SOPA dès maintenant et prendre position pour la parole à Internet gratuit.

Si vous ne le faites pas, vous pouvez très bien se réveiller un jour et trouver Natural News.com fermé, InfoWars.com retiré du la toile,..... Ensuite, vos seules options de nouvelles restantes seront CNN, Fox, MSNBC et toutes les autres sources de désinformation contrôlée de l'esprit complète que l'établissement d'entreprise "de revirement" veut forer dans votre crâne.

Enfin, partagez cet article sur Facebook, Twitter et autres réseaux sociaux. Faites passer le mot à propos de SOPA. Encouragez les autres à prendre des mesures. Rappelez-vous: L'Internet est le dernier bastion de la liberté de notre monde moderne. Si nous perdons l'internet, les criminels corrompus et des tyrans qui dirigent Wall Street et Washington auront un contrôle total sur toutes les informations incessantes, et votre liberté sera étouffée sous un programme régime policier de la désinformation totale.

Faites passer le mot. Agissez. Protégez la liberté ! Protéger les personnes contre la censure du gouvernement !



Les Anonymous mettent en garde l'Amérique et ses projets de loi liberticides SOPA et PIPA
[#] Bonjour le Congrès américain. Nous sommes Anonymous. Votre proposition de loi sur le piratage en ligne est un acte de violation envers les droits constitutionnels des citoyens américains. Vous prétendez que le projet de loi est passé pour empêcher le piratage en ligne, mais tout le monde avec les yeux et les oreilles peuvent dire que cela est faux.

Président Lamar Smith (R-Texas.) : Nous savons que vous ne nous aimez pas, et c'est acceptable pour Anonymous. Nous ne vous aimons pas non plus. Ce projet de loi, il sera illégal d'après les copies de données tels que des conseils.... Plus important encore, il permettra aux réseaux sociaux pour retirer les vidéos postées et les données de l'Internet. Ceci, cependant, est inacceptable pour les utilisateurs anonymes. Le gouvernement américain soutiendrait la lutte pour la démocratie et la liberté de l'information dans d'autres pays, mais quand il s'agit de leur propre terre, ils tentent de le démolir par la force brute et la censure. La seule chose qu'ils ne sont pas encore à comprendre, c'est que vous ne pouvez pas arrêter une idée. Vous ne pouvez pas tuer une idée, et vous ne pouvez pas arrêter une idée. Chaque acte de violence contre les manifestants à travers le monde entier jette tout simplement de l'huile sur le feu. Vous ne comprenez pas que pour chacun de nous qui tombe, dix autres prendront sa place. Vous ne comprenez pas que les grands médias ont été contraints de montrer les événements qui se passaient en Amérique et à travers le monde. Vous ne comprenez pas que les idéaux, les personnes, les pays, les croyances et les religions se fanent, mais l'Internet restera. Pour passer ce projet de loi provoquera un tollé général, ce qui permettra d'améliorer grandement notre mouvement.

Nous, Anonymous, sachez qu'il s'agit d'une campagne cachée pour détruire la capacité des populations à travers le monde de se connecter et de partager leurs expériences avec autrui.


Avertissement pour le Congrès américain :

Si vous passez ce projet de loi, vous allez payer pour cela.

Nous sommes Anonymous.
Nous sommes Légion.
Nous ne pardonnons pas.
Nous n'oublions pas.
Pour le Congrès américain
Attendez-nous.


Au moment que j'ai fini la traduction, j'ai appris aujourd'hui que Megaupload a été fermé arbitrairement et SANS PREVENIR par cette bande de chacals américains sans scrupules sous prétexte en infraction vis à vis des droits d'auteurs et cette fermeture a fait le tour du monde déclenchant un mega-tollé planétaire sur la toile. Même Nicolas Sarkozy a sauté au plafond lors de la fermeture de la plate-forme. Lorsque les Anonymous ont su la nouvelle, ils sont partis en guerre contre les sites d'intérêts américains officiels tel que la Maison Blanche, FBI, RIAA, MPAA,..... mais aussi HADOPI mis hors-service ! Carton rouge pour l'Amérique qui se croit tout permis et atteinte a la liberté sur le Web avec ses projets de lois SOPA et PIPA et fermeture de Megaupload entraînant la perte de fichiers légaux et pénalise les utilisateurs verts de rage qui ont tout perdu (photos et vidéos persos mais aussi, des années de travail partis en fumée)Les réactions des internautes sur les sites informatiques et high tech sont violentes et certains sont furieux de voir leur site préféré muselé par le FBI mais rassurez-vous, d'autres plates-formes de partage de fichiers verront le jour et ils ne seront pas hébergés en Amérique qui vont censurer au max si les lois SOPA et PIPA passent. OBAMA EST UN IMPOSTEUR ! En Europe, ACTA ne doit pas être ratifié ce 26 janvier sous peine de censure et atteinte à la liberté sur le Web. LET'S DO IT ! LA GUERRE NE FAIT QUE COMMENCER ! ATTENTION : CA VA BARDER ! RESISTANCE !

Mise a jour du 23/01/12 - Après la fermeture de Mégaupload, un vent de panique s'est emparé du Web et les hébergeurs de fichiers tombent comme des dominos.

18 janvier 2012

Le marketing de la folie

« La psychiatrie est probablement la force la plus destructive qui ait affecté la société les soixante dernières années. » - Thomas Szasz, Professeur honoraire en psychiatrie

Le marché des psychotropes rapporte gros. L'alliance entre la psychiatrie et les firmes pharmaceutiques leur a permis de réaliser plus de 80 milliards de dollars de ventes de psychotropes. Mais les apparences sont trompeuses. Que valent les diagnostics psychiatriques, et jusqu'à quel point ces psychotropes sont-ils sans danger ?

Ce documentaire révèle les faits derrière le vernis social d'un marketing habile et soi-disant scientifique qui dissimule une campagne de vente de produits dangereux et parfois fatals. Aux yeux des psychiatres et du DMS, le manuel des diagnostiques psychiatriques, nous sommes tous fous, sans exception.

14 janvier 2012

L'histoire du monde en 80 minutes

En 80 minutes seulement, ce document nous entraîne dans un voyage impressionnant, des origines de l'univers au temps présent. Au programme, le Big Bang originel, la formation du système solaire puis de la Terre. Les éléments issus du Big Bang favorisent ensuite la vie sur notre planète. Celle-ci se développe, puis émergent des mammifères, qui conduisent à l'apparition d'Homo Sapiens. Le spectateur assiste à l'arrivée des premières civilisations, jusqu'aux conflits d'ampleur mondiale et découvre comment l'accélération des progrès techniques a mené au monde d'aujourd'hui.

13 janvier 2012

Les documents top secret révèlent que les diplomates américains travaillent pour Monsanto

Le géant de la biotechnologie, Monsanto, a modifié génétiquement l'approvisionnement alimentaire du monde et a produit par la suite la dévastation environnementale pour des années mais les documents obtenus secrètement révèlent maintenant que Monsanto a infiltré aussi profondément le gouvernement américain. Avec les rapports obtenus secrètement révélant comment les diplomates américains travaillent en fait pour Monsanto pour repousser leur ordre du jour avec d'autres représentants clés du gouvernement, saisir de Monsanto sur la politique internationale n'a jamais été aussi claire.

Sans déconner, les renseignements révèlent que la société massive est aussi extrêmement impliquée dans le passage et les règlements concernant les mêmes ingrédients d'OGM dont ils sont responsables. En fait, les informations publiées par Wikileaks révèlent combien la puissance de Monsanto est grâce à des postes clés au sein du gouvernement des Etats-Unis et ailleurs. Non seulement, il fut exposé que les Etats-Unis menacent les nations qui s'opposent aux guerres commerciales de Monsanto de style militaire, mais que de nombreux diplomates américains font travailler directement pour Monsanto.

Ce que les documents top secret révèlent - les guerres commerciales de style militaire et la corruption gouvernementale

En 2007, il a été demandé que les nations spécifiques à l'intérieur de l'Union Européenne soient punies du fait de ne pas soutenir l'expansion des récoltes d'OGM de Monsanto. La demande de telles mesures à prendre a été faite par Craig Stapleton, ambassadeur américain en France et partenaire à George W. Bush. En dépit de l'évidence montante reliant le maïs OGM de Monsanto à l'atteinte des organes et la dévastation de l'environnement, l'ambassadeur demande manifestement "de cibler des représailles" contre ceux qui ne soutiennent pas la récolte d'OGM. Dans les documents secrets, Stapleton expose :
"Paris recommande que nous calibrions une liste de représailles cibles qui provoque un peu de douleur à travers l'UE puisqu'il s'agit d'une responsabilité collective, mais cela se concentre aussi en partie sur les pires coupables. La liste devrait être mesurée, plutôt que malfaisante et doit être durable pendant le long terme, comme nous ne devrions pas nous attendre à une première victoire. Le mouvement des représailles expliquera que le sentier actuel a des coûts réels aux intérêts de l'UE et pourrait aider à renforcer des voix pro-biotech européennes."
Le soutien éternel des acteurs clés américains vers Monsanto est incontestablement expliqué, pas seulement dans cette libération, mais dans les décisions législatives prises par les organisations telles que le FDA et l'USDA. Les décisions législatives telles que le fait de permettre l'hormone synthétique de Monsanto Posilac (RBGH) pour y être injecté dans les vaches américaines en dépit d'une interdiction dans les 27 pays. Comment Monsanto l'a-t-il enlevé ?

Le poids lourd de la biotechnologie a réussi à infiltrer les positions du FDA, responsables de l'approbation du RBGH, en allant autant plus loin que de prendre position même de l'entreprise Margaret Miller en tant que directeur adjoint de la sécurité humaine et des services consultatifs. Après avoir pris cette position, Miller a examiné sa propre rapport sur la sécurité et l'efficacité de la RBGH.

Beaucoup de pions de diplomates américains à l'ordre du jour des OGM de Monsanto

Pendant que cela peut être consternant à vous si vous n'êtes pas familiers avec l'effet corrompue de Monsanto, les fuites montrent également que de nombreux diplomates américains font pression sur les cultures OGM comme un impératif gouvernemental et commercial stratégique. Chose intéressante, les Etats-Unis ont concentré leurs efforts vers les conseillers du pape en particulier, dû au fait que de nombreux figurants catholiques ont ouvertement exprimé leur opposition aux OGM. Avec ce genre d'effet politique, il n'est pas étonnant que de nombreux produits alimentaires de base sont maintenant majoritairement OGM. Près de 93% du soja américain est fortement modifié de façon conservatrice, avec de nombreuses autres cultures de base pour s'établir à des chiffres similaires.

Les diplomates américains ont des occasions uniques de diffuser des campagnes honnêtes et intellectuelles qui peuvent servir à la meilleure humanité et à la souffrance de fin, cependant ils diffusebt plutôt les racines de Monsanto plus profond et plus profond dans le territoire international. Comme un remplaçant pour l'amélioration de l'humanité, ceux-ci ont payé - des diplomates diffusent maintenant la destruction environnementale et de notre santé.

Comme s'il n'y avait pas déjà assez de renseignements pour révéler la corruption de Monsanto, le géant biotechnologique passe aussi l'énorme quantité de gouvernement de faisant pression d'argent chaque année. Monsanto a passé 2 millions de dollars en faisant pression sur le gouvernement fédéral dans le troisième trimestre 2011 uniquement selon les sources principales. Pourquoi tant d'argent ? La pression faite sur le gouvernement se concentre sur les éditions comme les règlements pour les récoltes OGM et les réformes brevetées. Cette forme "juridique" de persuasion est la raison que les organismes gouvernementaux comme l'USDA et la FDA permettant à Monsanto de se déplacer librement.

La satisfaction des fonctionnaires financiers du droit acquis est tout ce qui compte lorsqu'il s'agit de méga-sociétés corrompues comme Monsanto. Aussi longtemps que ces relations de la finance continuent à exister, Monsanto continuera à régner sur l'approvisionnement alimentaire et continuer à assouvir la dévastation à l'environnement, l'écosystème et l'humanité.

Manipulation des médias et les tambours de guerre - Comment les médias attisent les pays vers la guerre ?

Tandis que les tensions montent dans le détroit instable d'Hormuz avec les gouvernements américain et iranien et que la Chine et la Russie commencent à se douter sur l'interférence de Washington dans leur politique intérieure, le monde entier est sur le fil du rasoir des tensions militaires. Loin d'être un observateur impartial de ces développements, les médias ont en fait été au centre d'une montée de ces tensions et d'une préparation du public à l'attente d'une confrontation militaire. Mais comme les médias en ligne arrivent à supplanter les formules classiques par lesquelles le public construit sa compréhension du monde, pas mal de personnes commencent aujourd'hui à réaliser par eux-mêmes les mensonges médiatiques sur la guerre.

Quand les tambours de guerre commencent à résonner encore une fois en Iran, Syrie, mer de Chine et autres points chauds et poudrières potentiels autour de la planète, des citoyens inquiets se demandent maintenant comment un monde si malade de ses carnages et une population si fatiguée des conflits qui pourraient être entraîné à nouveau dans cette merde.

Pour saisir cet apparent paradoxe, nous devons d'abord comprendre l'histoire séculaire sur les moyens dont usé les médias pour faire galoper une nation dans une frénésie guerrière, pour déshumaniser les supposés ennemis et même manipuler le public pour lui faire croire à la cause d'une guerre, guerre qui, des décennies plus tard, s'est avérée totalement fictive.

Le terme "journalisme jaune" a été inventé pour décrire un genre de reportages sensationnalistes tournés vers les scandales et souvent faussés, popularisés par des journaux comme le journal new-yorkais de William Randolph Hearst. Comme l'un des plus flagrants exemples de ce phénomène, le journal de Hearst claironnait partout le naufrage d'USS Maine en 1898 comme étant le travail des espagnols. Bousculé vers une fureur anti-hispanique par un torrent quotidien d'histoires dépeignant des forces armées espagnoles supposées torturer et violer des cubaines, et poussés dans leurs retranchements par l'incident du Maine, le public poussa une ovation au début de la guerre hispano-américaine. Aujourd'hui bien qu'il soit largement avéré que l'explosion du Maine était due à un incendie dans l'une de ses soutes à charbon, les épouvantables reportages initiaux d'une implication espagnole avaient fait leur œuvre et la nation fut menée vers la guerre.

A plusieurs niveaux, la phrase notoirement attribuée à Hearst en réponse à son illustrateur "Vous fournissez les images et je fournirai la guerre", phrase apocryphe comme peuvent l'être les histoires, décode quand même parfaitement la méthode pour conduire le public vers une période de guerre et ceci renouvelé au cours des décennies.

Les États-Unis a été entraîné dans la Première Guerre mondiale par le naufrage du Lusitania, un navire de ligne britannique transportant des passagers américains, qui fut torpillé par des sous-marins allemands au large de l'Irlande, tuant plus d'un millier de passagers. Ce dont le public n'a pas été informé, bien sûr, c'est que juste une semaine avant l'accident, le premier Lord de l'amirauté, Winston Churchill, avait écrit au président de la Chambre de Commerce qu'il était "très important d'attirer des navires neutres vers nos plages, particulièrement dans l'espoir d'une embrouille entre les États-Unis et l'Allemagne. Aucun rapport ne fut fait en annonçant l'attaque que le bateau transportait des munitions et autres fournitures militaires. Les rapports accentuèrent au contraire encore une fois que l'attaque était une frappe au hasard par un ennemi maniaque, et le public fut conduit vers la guerre."

L'implication américaine dans la Seconde Guerre mondiale fut pareillement le résultat d'une désinformation délibérée. Bien que le journal local Honolulu Adviser avait déjà prédit l'attaque de Pearl Harbor à l'avance, que les codes de la Marine japonaise avaient déjà été décryptés à cette époque et même qu'Henry Stimson, le secrétaire d'état à la guerre, avait noté dans son journal intime la semaine précédente avoir discuté dans un meeting avec Roosevelt "comment nous devrions manœuvrer les japonais pour qu'ils tirent les premiers sans autoriser trop de danger pour nous-mêmes," le public a toujours été amené à croire que l'attaque de Pearl Harbor avait été totalement imprévue. Le mois dernier, une note récemment déclassifié est sortie, montrant que Roosevelt avait été averti d'une attaque japonaise imminente sur Hawaïi juste trois jours avant les événements, et pourtant les livres d'histoire dépeignent toujours Pearl Harbor comme un exemple d'attaque surprise.

En août 1964, on a dit au public que les Nord-Vietnamiens avaient attaqué un destroyer américain dans le golfe du Tonkin en deux occasions distinctes. Les attaques étaient montrées comme un bon exemple d'agression communiste et une résolution fut bientôt passée au Congrès autorisant le président Johnson à commencer à déployer les forces armées américaienes au Vietnam. En 2005, une étude interne de la NSA (National Security Agency) fut publiée concluant que la deuxième attaque n'a en fait jamais eu lieu. En effet, 60.000 militaires américains et au moins trois millions de vietnamiens, sans parler de 500.000 cambodgiens et laotiens y laissèrent leur vie à cause d'un incident qui n'arriva que dans l'imagination de l'administration Johnson et les pages des médias américains.

En 1991, le monde découvrit l'histoire émouvante de Nayirah, une jeune fille koweitienne qui témoigna des atrocités commises par les forces armées irakiennes au Koweït.

Ce qu'on n'a jamais dit au monde c'est que l'incident avait en fait été le travail d'une entreprise de relations publiques, Hill et Knowltown, et que la jeune fille était en réalité la fille de l'ambassadeur du Koweït. A nouveau, le public fut précipité dans une frénésie de haine envers le régime d'Hussein, non pour les atrocités documentées vraiment commises sur des éléments de sa propre population avec des armes fournies par les États-Unis eux-mêmes, mais sur la base d'une histoire imaginaire racontée au public via sa télé et orchestrée par une société de relations publiques.

A l'approche de la guerre en Irak, les médias américains prirent notoirement l'initiative d'encadrer le débat sur les armes de destruction massive du gouvernement irakien, non comme une question de si oui ou non ils ont même existé, mais comme une question de savoir où ils avaient été cachés et ce qui doit être fait pour les désarmer. Le New York Times ouvrit le feu avec le reportage malheurement célèbre de Judith Miller sur l'histoire des armes de destruction massive irakiennes, reconnu aujourd'hui avoir été basé sur de fausses informations provenant de sources non crédibles, mais le reste des médias suivit avec les informations de nuit de la NBC demandant "quelles menaces précises l'Irak et ses armes de destruction massive posent à l'Amérique", et le Time qui débattait sur "si Hussein faisait un effort de bonne foi pour désarmer les armes de destruction massive irakiennes." Des rapports sur des caches d'armes chimiques étaient diffusés avant d'être confirmés, bien que les gros titres soutenaient avec audace leur existence comme un fait indiscutable. Nous savons aujourd'hui qu'en fait ces réserves n'existaient pas, et que l'administration a baratiné au pays de manière préméditée pour une autre nouvelle guerre, mais la plus forte opposition que reçut l'administration Bush sur ce crime documenté de guerre fut quelques corrections polies lors d'une émission politique du dimanche.

Il est remarquable que le public, en général, n'ait manifestement rien appris de toutes ces manipulations historiques. Les médias sont devenus en fait encore plus audacieuses dans leur tentative de manipuler les perceptions du public, peut-être embobinés par le fait que si peu d'audience semble vouloir remettre en question l'image qui lui est présentée aux nouvelles du soir.

En 2009, la BBC montra une image retouchée d'une manifestation en Iran qu'elle déclarait être une foule de manifestants se rassemblant pour montrer leur opposition au gouvernement iranien. Une version non rognée de la même photo fut cependant affichée sur le site du Times, qui révélait que la photo provenait en fait d'une manifestation pro-Ahmedinejad.

En août 2011, la BBC diffusa un court-métrage de ce qu'ils déclaraient une célébration dans le Green Square de Tripoli. Quand des spectateurs à l'oeil perçant remarquèrent que les drapeaux du reportage étaient en fait des drapeaux indiens, la BBC fut forcée d'admettre qu'ils avaient enregistré "accidentellement" un reportage en Inde au lieu à Tripoli.

Ce mois-là également, le CNN rapporta une histoire de l'Observatoire syrien pour les Droits Humains déclarant que 8 nouveaux-nés dans des incubateurs étaient morts dans un hôpital du Hama quand les autorités syriennes avaient coupé le courant dans cette zone. Quelques sites d'informations publièrent même les photos des nouveaux-nés. Il fut admis plus tard que les photos avaient été prises en Égypte et qu'aucune preuve n'était sortie pour corroborer les accusations.

Aussi stupéfiante que soient tous ces mensonges, manipulations et soi-disant "erreurs", cela ne représente pas les seules fonctions des médias pour la machine de guerre. Maintenant le gouvernement américains prend l'initiative de s'impliquer de plus en plus dans le bidonnage de messages médiatiques pour une propagande de guerre et le public est encore plus piégé par les fausses images du monde au travers du propre objectif du Pentagone.

En 2005, au temps de Bush, la Maison Blanche a admis de produire des vidéos prévues pour ressembler à des reportages d'informations venant de journalistes légitimes indépendants et en abreuver les médias comme du matériel préemballé prêt à être diffusé aux JT du soir. Quand l'équivalent de la Cour des Comptes du gouvernement a jugé que ces faux reportages constituaient en fait une propagande cachée illégale, la Maison Blanche fit paraître simplement une note déclarant la pratique comme légale.

En avril 2008, le New York Times a révélé un programme secret du département américain de la défense lancé en 2002 qui impliquait l'utilisation d'officiers militaires à la retraite pour implanter des sujets de discussion persuasifs dans les médias. Les officiers étaient présentés comme des "analystes indépendants" dans des émissions-débats et des programmes d'informations, bien qu'ils avaient été "briefés" exprès à l'avance par le Pentagone. En décembre 2011, le propre inspecteur général du département de la défense a publié un rapport concluant que le programme était en parfaite conformité avec les politiques et les règlements du gouvernement.

Plus tôt en 2011, il a été révélé que le gouvernement américain avait passé un contrat avec HB Gary Federal pour développer un logiciel qui crée des compte-rendus médiatiques sociaux falsifiés pour orienter l'opinion publique et promouvoir une propagande sur des sites populaires. Le contrat fédéral pour le logiciel en provenance la base aérienne de Mac Dill repart en Floride.

En tant qu'instrument par auquel l'information du monde extérieur est prise, arrangée, éditée et transmise dans nos foyers, les principaux médias ont l'immense responsabilité de modeler et d'influencer notre compréhension des événements auxquels nous n'avons aucun accès de première main. C'est une redoutable responsabilité même dans les conditions les plus idéales, avec des journalistes diligents guidés par des éditeurs dignes de confiance faisant de leur mieux pour rapporter les nouvelles les plus importantes de la manière la plus directe.

Mais dans un paysage médiatique où une poignée de sociétés possèdent virtuellement tous les médias d'impression, de radio et télévision dans chaque pays, le seul recours que possède le public est de se détourner de tous les principaux médias. Et c'est précisément ce qui arrive.

Comme rapport après rapport et études après études l'ont montré, la mort des vieux médias s'est accélérée ces dernières années, avec de plus en plus de gens abandonnant les journaux et maintenant même la télévision comme principale source d'informations. Le public se tourne à la place vers des sources Internet pour cela, quelque chose de nécessairement ennuyeux pour la machine de guerre elle-même, un système qui ne peut réellement s'épanouir que quand le bras de la propagande est détenu sous contrôle monopolistique.

Mais avec les citoyens qui se détournent du New York Times pour des sites indépendants, de nombreux parmi eux gérés et entretenus par des journalistes citoyens et des éditeurs amateurs, le système qui a renforcé son contrôle sur l'esprit du public pendant des générations semble finalement montrer des signes qu'il n'est sûrement pas invincible.

Cela ne veut sûrement pas dire que les médias en ligne soient imperméables aux défauts qui ont rendu les médias classiques vraiment peu fiables. C'est tout à fait le contraire. Mais la différence, cest que les médias en ligne donnent toujours pour l'instant une relative liberté de choix au niveau individuel. Tant que la liberté sur Internet existe, les lecteurs et visiteurs privés ne doivent pas prendre pour parole d'évangile un site Web ou un expert ou commentateur sur quelque question que ce soit. Ils peuvent contrôler ou censurer la source d'informations eux-mêmes, sauf, peut-être pas par hasard, sur les sites du bastion des médias traditionnels qui ont tendance à ne pas donner de lien des sources du matériel et de la documentation dans ses articles.

Avec la loi SOPA, le gouvernement américain essaie de prendre le contrôle des sites au niveau des noms de domaines et surtout faire des attaques concertées sur la liberté sur Internet comme on l'a vu ces dernières années.

Finalement, un public informé et engagé est beaucoup moins disposé à poursuivre des guerres menées pour le pouvoir et le profit. Et comme le public devient mieux informé sur des questions où les médias ont essayé de leur mentir pendant si longtemps, il réalise que la réponse face à tous ces médias dominants promoteurs de guerre et manipulateurs éhontés est peut-être plus simple que ce qu'on pensait : tout ce qu'il reste à faire est de tout débrancher.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...